22

Art diary

 

Grandeur et décadence du milieu de l'art

Chronique d'un reporter infiltré. De Paris à New York.

Richard Prince n’était pas présent à son vernissage à Paris chez Almine Rech, sa maman était malade et il est rentré à New York. C’est triste. Les œuvres étaient annoncées à 700 000 dollars chacune. C’est cher.

 

Jeff Koons, lui, voyageait avec sa famille au complet pour sa rétrospective au Centre Pompidou. Il a au moins six enfants, une femme, des nounous, des amis, des oncles, des tantes, des cousins, des cousines, etc., et il a aussi une maman sur une chaise roulante à qui il demandait, en passant devant ses premières oeuvres qui ressemblaient à du plastique gonflable : “Hey Mam, do you remember when I did this?”(c’était à la fin des années 70). On n’avait pas vu depuis longtemps un essaim aussi dense de photographes people à un vernissage. C’était familial et glamour.

 

À Berne se situe l’une des plus anciennes Kunsthallen de la récente histoire de l’art contemporain (et l’une des meilleures également). Son directeur, Fabrice Stroun, s’est fait évincer par le comptable qui a décidé de se mêler de ce qui ne le regardait pas, à savoir juger une direction artistique. Fabrice Stroun ne pourra même pas terminer les expositions qu’il avait programmées. C’est bête.

 

À Bottrop, au vernissage de Wade Guyton, il n’y avait aucun photographe. Bottrop ? Une petite ville provinciale à 45 minutes de Cologne. La Galerie GiselaCapitain avait invité une douzaine de personnes à visiter le musée Josef-Albers qui a sollicité l’artiste pour réinstaller sa collection permanente et aussi produire de nouvelles oeuvres au sein même de cette dernière. La visite avait un petit air de “comment c’était l’art contemporain avant”. C’était vraiment bien.

 

À New York, dans son immense atelier de Brooklyn, le même Wade Guyton a convié John Armleder à concevoir des toiles. Gigantesques elles-mêmes, elles inaugurent une palette de couleurs iridescentes. Armleder est en forme : il en a tant produit qu’il n’y avait pas assez de place pour les accrocher (c’est pourtant l’un des plus grands ateliers qu’il m’ait été donné de visiter). L’artiste les a donc empilées les unes sur les autres. Le vernissage a eu lieu pendant la semaine des grandes ventes aux enchères new-yorkaises, lors de laquelle la succession des dîners de gala payants et fundraising chics pour institutions en tout genre est à son plus haut niveau d’activité. Chez Wade, il n’y avait que des amis, un camion pizza devant l’atelier, et les tables étaient dressées sur des tréteaux. C’était gratuit.

 

Paris Photo : j’ai beaucoup ri à la critique de mon confrère Éric Troncy sur l’exposition de Mapplethorpe pour laquelle Isabelle Huppert s’est improvisée “curator” à la Galerie Thaddaeus Ropac. “J’espère qu’elle ne se sentira pas aussi légitime pour faire des opérations à coeur ouvert si un jour j’en ai besoin…” Il faut dire qu’en le rendant tellement convenable et si peu sexuel, l’actrice avait comme désactivé l’artiste. Ça, c’était un peu triste et cul-bénit.

 

La galerie Balice Hertling, elle, a exposé Olivier Zahm sans désactiver la charge érotique de ses photographies. Sa femme, très enceinte, trône nue sur un fauteuil, en hauts talons, les jambes ouvertes, dans un magnifique cliché accueillant les visiteurs à Belleville. C’était cool.

 

Chez Ropac encore, mais cette fois-ci à Pantin, Sylvie Fleury – que l’on n’avait plus vue à Paris depuis près de cinq ans – imaginait une performance dans laquelle des actrices produisaient des sons à partir de leurs gestes transmis par des capteurs à un ordinateur programmé par l’Ircam, l’Institut de recherche et de coordination acoustique-musique. On voyait Loïe Fuller danser dans une sorte de transe, une femme fatale qui se séchait les cheveux, mais c’est la joggeuse que tout le monde adorait. En justaucorps trèseightieselle sautait sur un step que Jane Fonda avait commercialisé dans les années 80. Fleury ne cachait pas sa joie de finalement l’avoir reçu, car eBay l’avait d’abord envoyé au Swaziland, en pensant que c’était la même chose que Switzerland. C’était expérimental.

 

Par Nicolas Trembley, photo Jessica Craig-Martin

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.