183

Art Diary

 

Chronique d'un reporter infiltré à Venise. Par Nicolas Trembley.

L’ouverture de la Biennale de Venise est toujours le théâtre de scènes  plus ou moins cocasses. Le Lion d’or, cette année, revient à la Fondation Prada, dont le ponton plein d’invités s’est affaissé dans le Grand Canal lors du vernissage de l’exposition Portable Classic (il n’était pas ici question de sacs, mais de sculptures antiques). Cela a beaucoup amusé les locaux, et la presse a titré : “Tutti i VIP nell’acqua per Prada”. Rien de grave, pas de noyade, mais sans doute une bonne moisson de streptocoques.

 

Le commissaire général de la Biennale, Okwui Enwezor, d’origine nigériane, a  intitulé cette 56e édition All the World’s Futures. Dans l’arène centrale du pavillon international avait lieu, chaque matin, une lecture des pages du Capital de Karl Marx. “Quoi ? une Biennale de communistes ?” Aux manettes de ce projet : l’artiste Isaac Julien, dont le nouveau film était – de façon un peu incongrue – sponsorisé par Rolls-Royce. Devenue un événement mondain, la Biennale fait le grand écart entre des propositions radicales et politiques (migrations, révoltes, racisme, répartition injuste des biens) et son public toujours  plus nombreux, plus riche, qui fait de cette manifestation la plus lucrative de la lagune (bien plus que la Mostra de cinéma ou que le carnaval). Mais, dans l’art, la politique a ses limites institutionnelles, et le pavillon islandais conçu par le Suisse Christoph Büchel – qui avait transformé une église désaffectée en mosquée – a été fermé au bout de deux semaines. De même, les films du collectif syrien Abounaddara, pourtant récompensés d’une mention spéciale, n’ont jamais été diffusés. Le collectif s’est retiré de la Biennale (on peut consulter ses films à l’adresse suivante : http://vimeo.com/126950191).

 

“C’est l’arnaque”, entend-on assez souvent dans la foule, mais pas pour  les mêmes raisons, car les Vénitiens n’hésitent pas à quadrupler les prix pendant les journées professionnelles précédant l’ouverture officielle...

 

[...]

 

Par Nicolas Trembley

 

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro 165, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.
→ Abonnez-vous au magazine Numéro
→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

  • Photo Jessica Craig-Martin
“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.