New York sera en effervescence en mai. L’illustre famille Rockefeller, qui a fait fortune dans le pétrole au début du XXe siècle avant d’établir un empire financier, met en vente ses innombrables trésors chez Christie’s : plus de 2000 objets dont 9 chefs-d’œuvre de l’art moderne, impressionniste et post-impressionniste. La Fillette à la corbeille fleurie (1905) de Picasso, pièce phare de la période rose du peintre, croise La table du musicien de Juan Gris, mais aussi les tableaux de Monet, Seurat, Gauguin, Manet, Corot ou Delacroix. Du mobilier européen aux céramiques chinoises, la collection dantesque de Peggy et David Rockefeller, estimée à 700 millions de dollars, est en passe d’établir un nouveau record. Loin devant les 484 millions issus de la liquidation des trésors d’Yves Saint Laurent et de Pierre Bergé en 2009. Christie’s se dirige vers la nouvelle vente du siècle. Conformément au dessein philanthropique de la lignée, les profits tirés de cette vente seront versés à des organismes caritatifs.

 

Tournée internationale. En préambule aux enchères du printemps, de multiples expositions se succèderont dans les grandes métropoles : Londres (du 21 février au 8 mars), Paris (du 16 au 21 mars) Pékin (du 6 au 7 avril), Shanghai (du 10 au 11 avril), Los Angeles (du 6 au 12 avril) puis New York. Si David Rockefeller fut un grand mécène des musées new-yorkais et longtemps président du MoMa, la tournée internationale des œuvres a pourtant débuté à Hong Kong en novembre dernier. Un hommage au premier acte de bienfaisance de John. D. Rockefeller à la Chine en 1863.

 

Vente aux enchères directe et en ligne, du 8 au 11 mai, Christie's New York.