869

Quatre événements du festival Do Disturb à ne pas rater au Palais de Tokyo

 

Du 8 au 10 avril, le Palais de Tokyo accueille la seconde édition du festival Do Disturb dédié à la performance. La musicienne Peaches, Johannes-Paul Raether, Gerard & Kelly et Marga Weimans… Découvrez notre sélection pour ce week-end haut en couleur.

Par Thibaut Wychowanok

Gerard & Kelly, Reusable Parts / Endless Love

(c) Gerard & Kelly Pictured Roger Prince and niv Acosta

 

Le baiser partouse de Gerard & Kelly

 

 

Fasciné par l’exposition de Tino Sehgal au Guggenheim en 2010, Brennan Gerard et Ryan Kelly proposent d’en rejouer l’une des pièces phares, The Kiss. Une performance sous la forme d’un baiser sans fin et au ralenti entre un homme et une femme. Sauf qu’ici, les deux artistes et chorégraphes y insufflent un vent transgenre : le duo du baiser se transforme en trio, l’homme peut être femme et la femme homme. Un trouple homosexuel et hétérosexuel très dans l'air du temps.

 

Le 8 avril à 19 h 30, le 9 à 13 h 30 et le 10 à 15 heures.

 

La furie Peaches

 

La Dj et performeuse canadienne, radicale et expérimentale, est l’invitée du collectif berlinois Janus, la nuit du vendredi 8 au samedi 9 avril au Yoyo, le club du Palais de Tokyo. La musicienne y présentera son dernier album. Depuis Fatherfucker en 2003, Peaches s’est imposée comme une icône incontournable du mouvement punk et féministe, en lutte pour l’égalité des genres.

 

De 23 heures à 6 heures au Yoyo, Palais de Tokyo, vendredi 8 avril. 15 €

 

On the Other Side of Reality, Marga Weimans, in Tent Rotterdam

Photo Aad Hoogendoom

 

Le carnaval de Marga Weimans

 

La styliste néerlandaise (lauréate du I-D Award en 2005) rejoue au Palais de Tokyo sa parade créée pour TENT en 2015. Un carnaval en forme de défilé avec parures incroyables. Une fête païenne et mode incontournable.

 

Le 8 avril à 19 heures

 

 

Swarm-Being of the Infected Metropolis, Johannes Paul Raether. 

Photo Kerstin Brätsch

 

L’identité trouble de Johannes Paul Raether

 

L’artiste berlinois Johannes Paul Raether pose littéralement son nid au Palais de Tokyo. Une structure au sein de laquelle il entrera de temps à autre pour en ressortir avec une nouvelle identité, porteuse à chaque fois d’un message politique. Un jeu schizophrénique puissant à découvrir pendant toute la durée du festival.

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.