Quand Pinocchio se transforme en Chucky avec l'artiste Jordan Wolfson

Jordan Wolfson, artiste contemporain provocateur à la croisée entre la fantasmagorie et les nouvelles technologies, expose son pantin animatronique inspiré des peurs de l'enfance à la Tate Modern.

Par Antoine Ruiz

L'installation “Colored Sculpture” de Jordan Wolfson. Courtesy of Tate photography (Seraphina Neville).

Émanant d'une rencontre fictive entre Pinocchio et Chucky, le pantin démoniaque de Jordan Wolfson, intitulé Colored Sculpture, s'installe à la Tate Modern après avoir déjà fait sensation à la galerie David Zwirner, à la fondation LUMA Arles et au Stedelijk Museum d'Amsterdam. Inspiré des figures de la culture pop américaine juvénile (Huckleberry Finn, Mad Magazine, Howdy-Doody), la sculpture animatronique de l'artiste new-yorkais ravive les peurs les plus fantasmagoriques de l'enfance en proposant une version dystopique d'un personnage issu d'un dessin animé. Désarticulé et enchaîné, le pantin de sept pieds de haut gît au centre d'une immense pièce, animé par un logiciel qui active mécaniquement ses chaînes pour le soulever, le traîner et le reposer au le sol. Munie d'un système de reconnaissance faciale lui permettant de fixer les spectateurs et les prendre à témoin, l'installation offre un véritable spectacle troublant. L'atmosphère est d'autant plus glauque lorsque la voix enregistrée de Jordan Wolfson énumère une litanie glaçante : "… 13: je t'ai tué. 14: tu es aveugle …”.

 

Fabriquée dans un studio d'effets spéciaux à Los Angeles pour pas moins d'un demi-million de dollars, Colored Sculpture attise autant la pitié que l'effroi et floute la frontière entre l'Homme et la machine. Comme l'expliquait récemment le critique d'art Eric Troncy, “avec ses œuvres qui abordent de manière frontale des sujets traumatisants, y compris parfois de manière ludique ou désinvolte, nul doute que l'art de Wolfson entend se mesurer à autre chose qu'aux toiles de Matisse ou de Richard Prince”, mais à l'entertainment lui-même. L'artiste se distingue depuis longtemps par ses propositions artistiques fascinantes et anticonformistes, à l'instar de sa Female Figure (animatronique à l'apparence d'une femme, masquée au visage et vêtue d'une lingerie fine) ou de son installation immersive en réalité virtuelle pour Real Violence (où le spectateur assiste de façon impuissante au tabassage d'un homme à coup de batte de base-ball).

 

 

“Colored Sculpture” de Jordan Wolfson est visible gratuitement au Tate Modern jusqu'au 26 août.

L'installation “Colored Sculpture” de Jordan Wolfson à la Fondation LUMA Arles