963

La folle histoire du “Porte-bouteilles” de Marcel Duchamp, le tout premier ready-made

 

Le “Porte-bouteilles” de Marcel Duchamp, premier ready-made de l’histoire de l’art, est exposé à Paris jusqu’au 14 janvier. L’occasion de rappeler la rocambolesque aventure de cette œuvre culte.

Par Thibaut Wychowanok

Photo par Philippe Fragnière

 

On est en janvier 1916. Depuis New York où il s’est exilé, Marcel Duchamp crée, à distance, le premier ready-made et entre dans l’histoire. Par une lettre célèbre, il enjoint à sa sœur d’“activer” un porte-bouteilles demeuré dans son atelier parisien depuis son achat, en 1914, au Grand Bazar de l’Hôtel de Ville. Pour cela, Suzanne Duchamp devra simplement apposer sur l’objet la signature de Duchamp et une inscription “en bas et à l’intérieur du cercle du bas en petites lettres peintes avec un pinceau à l’huile en couleur blanc d’argent”, précise l’artiste. Par ce geste, un objet usuel se voit ainsi “promu à la dignité d’objet d’art par le simple choix de l’artiste”, pour reprendre la définition qu’André Breton donna du ready-made duchampien en 1938. Une révolution artistique sans précédent dont l’écho résonne encore : tout, désormais, est potentiellement de l’art.

 

Et si le Porte-bouteilles n’était pas le premier ready-made ? Marcel Duchamp a, en effet, acheté dès 1913 au BHV une roue de bicyclette qu’il a installée sur un tabouret en bois blanc dans son atelier parisien. Mais il ne l’envisage pas encore comme une œuvre, plus comme une “distraction”. Le Porte-bouteilles reprend l’avantage… Si un autre rebondissement n’était pas intervenu… car lorsque la famille de Duchamp procède au déménagement de son atelier, croyant bien faire, ils se débarrassent de l’encombrant porte-bouteilles, et le précieux premier ready-made de l’histoire de l’art finit ainsi au rebut ! Heureusement, un porte-bouteilles se remplace ! Et Man Ray de photographier sa seconde version en 1935-1936.

 

Plus de vingt ans plus tard, en 1959, New York honore le Français d’une exposition. Duchamp demande alors à Man Ray de lui envoyer, au plus vite, l’exemplaire du Porte-bouteilles de 1935… ou d’en racheter tout simplement un autre au Grand Bazar de l’Hôtel de Ville. C’est chose faite. Le Porte-bouteilles traverse alors les États-Unis avec l’exposition. Il finit par être acquis par Robert Rauschenberg pour seulement trois dollars (!). Mais, au grand désespoir du légendaire artiste américain, l’œuvre n’est pas signée et ne comporte pas l’inscription originale demandée à Suzanne Duchamp.

 

Le hasard et un peu de courage aideront à pallier cette carence. Jasper Johns, avec qui Rauschenberg est en couple, a invité les Duchamp dans son atelier. Il collectionne les œuvres du Français, qui va justement lui en signer une. Une opportunité inespérée pour Rauschenberg… qui hésite, timide, et finit par s’en ouvrir à la femme de Duchamp. “Marcel signera n’importe quoi”, lui répond-elle. De bonne grâce, le nouveau porte-bouteilles acheté par Man Ray en 1959 est alors signé début 1960. Mais pas moyen pour Duchamp de se souvenir de l’inscription originelle. À la place, il appose : “Impossible de me rappeler la phrase originale M. D./Marcel Duchamp/1960”.

 

56 ans plus tard, contre toute attente, la Fondation Robert Rauschenberg se sépare du Saint-Graal. À charge pour le galeriste Thaddaeus Ropac de trouver une institution internationale à la hauteur (financière) de cet objet, exposé en attendant à Paris, jusqu’au 14 janvier.

 

 

Porte-bouteilles de Marcel Duchamp, à la galerie Thaddaeus Ropac à Paris, jusqu’au 14 janvier 2017, ropac.net

 

 

 

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.