07 Mai

Passions, mythe et chasse à l’homme... Les toiles éprouvantes de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner

 

Connue pour ses portraits où les visages tiraillés expriment les sentiments les plus extrêmes, Marlene Dumas s’inspire du mythe de Venus et d’Adonis pour son exposition à la galerie David Zwirner de New York : Myths & Mortals.

Par Marthe Rousseau

  • Marlene Dumas, 2018. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    1/23
  • Marlene Dumas, “She speaks”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 11 7/8 x 9 1/4 inches 30 x 23.5 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    2/23
  • Marlene Dumas, “Venus praises the pleasures of love”, 2015-2016 Ink wash and metallic acrylic on paper 9 1/4 x 8 inches 23.5 x 20.3 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    3/23
  • Marlene Dumas, “Venus with Body of Adonis”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 10 1/4 x 11 3/8 inches 26.0 x 28.9 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    4/23
  • Marlene Dumas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    5/23
  • Marlene Dumas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    6/23
  • Marlene Dumas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    7/23
  • Marlene Dumas, 2017, Oil on canvas, 118 1/8 x 39 3/8 inches 300 x 100 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    8/23
  • Marlene Dumas, 2017, Oil on canvas 118 1/8 x 39 3/8 inches 300 x 100 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    9/23
  • Marlene Dumas, 2017, Oil on canvas 118 1/8 x 39 3/8 inches 300 x 100 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    10/23
  • Marlene Dumas, 2017, Oil on canvas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    11/23
  • Marlene Dumas, 2017, Oil on canvas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    12/23
  • Marlene Dumas, 2017, Oil on canvas, 118 1/8 x 39 3/8 inches 300 x 100 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    13/23
  • Marlene Dumas, “Adonis blushes”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 11 1/2 x 8 5/8 inches 29.2 x 21.9 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    14/23
  • Marlene Dumas, “The boar smiles”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 9 3/4 x 12 3/4 inches 24.8 x 32.4 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    15/23
  • Marlene Dumas, “Venus in bliss”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 10 1/4 x 9 inches 26 x 22.9 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    16/23
  • Marlene Dumas, “The owl”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper, 6 7/8 x 5 3/4 inches 17.5 x 14.6 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    17/23
  • Marlene Dumas, “Adonis leaves for the hunt”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 11 1/2 x 8 1/8 inches 29 x 20.5 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    18/23
  • Marlene Dumas, “The wild boar”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 12 x 8 7/8 inches 30.5 x 22.5 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    19/23
  • Marlene Dumas, “The snail”, 2015-2016, Ink wash and metallic acrylic on paper 4 5/8 x 7 3/8 inches 11.7 x 18.7 cm. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    20/23
  • Marlene Dumas, 2018. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    21/23
  • Marlene Dumas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    22/23
  • Marlene Dumas. Exposition “Myths & Mortals”, Galerie David Zwirner, New-York
    23/23
1/23
  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

  • Amants enlacés, bêtes sauvages et lèvres dans l’attente d’un baiser… Tout inspire la chasse (à l’homme ?) dans l’exposition Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York. Dans ses peintures à l’huile et encre sur papier, l’artiste s’inspire du mythe de Venus & Adonis, initialement écrit par Ovide dans Les Métamorphoses et repris dans une pièce de 1593 par William Shakespeare. L’auteur anglais y décrit l’amour passionnel de Venus pour Adonis qui la repousse car il préfère chasser. La déesse le met en garde contre les bêtes sauvages, mais le bellâtre refuse de l’écouter et meurt sous les coups de défense d’un sanglier.

     

    Du bleu Klein au rouge vif en passant par l’encre noire, Marlene Dumas représente les corps nus et échauffés de Venus et d’Adonis, les bouches distordues, sensuelles ou gémissantes, et les animaux prêts à bondir… Avec ses figures floues aux contours appuyés, l’artiste crée une impression de mouvement frénétique, entre style primitif et pop moderne.

     

    Née en 1953 au Cap en Afrique du Sud, l’artiste vit et travaille à Amsterdam depuis 1976. La mort, la souffrance, le sexe, la violence sont autant de thèmes qui couvrent l’œuvre de l’artiste et qui trouvent leur source d’inspiration dans l’actualité, la culture populaire ou l’histoire de l’art. Par des nus monumentaux de femmes, Marlene Dumas représente le corps dans toute sa dimension, beau ou diminué. Et révèle avec force l’expression la plus poussée des passions humaines.

     

    Myths & Mortals de Marlene Dumas à la galerie David Zwirner de New York jusqu’au 30 juin 2018.

NuméroNews