1117

Quand l’héritier d’une dynastie de marchands d’art ouvre une galerie où rien n’est à vendre (pour le moment)

 

Vous ne connaissez pas les Nahmad ? C’est pourtant l’une des dynasties les plus puissantes du milieu de l’art. Alors lorsque l’un de ses héritiers, Joseph Nahmad, décide d’ouvrir une galerie d’un nouveau genre à Londres, c’est forcément l’événement…

Par Thibaut Wychowanok

Tommaso Calabro, Francesco Bonami et Joseph Nahmad à l’inauguration de Nahmad Projects début juin.

 

 

La famille Nahmad est l'une des plus grandes dynasties de galeristes, collectionneurs et marchands. Selon Les Échos, il serait question d’une collection de 4 500 pièces dont 300 Picasso ! Du côté de la branche anglaise de la famille, c’est l’héritier Joseph Nahmad qui a fait l’événement début juin en ouvrant Nahmad Projects, une galerie d’un nouveau genre, en plein milieu du très classique quartier de Mayfair. À proximité des poids lourds (Sotheby’s, mais aussi David Zwirner, Hauser & Wirth, Gagosian…), Nahmad Projects joue la carte de la contre-proposition. Alors que les galeries classiques représentent des artistes sur le long cours, Joseph Nahmad et son jeune associé Tommaso Calabro (un Italien passé par Sotheby’s) refusent ce modèle établi.

 

 

 

 

“TROIS PERFORMEURS REPRODUIRONT LES MOUVEMENTS DES CHATS LES PLUS CÉLÈBRES DE L’HISTOIRE DE L’ART.” Tommaso Calabro

 

 

 

Nous privilégierons des projets au coup par coup, organisés à chaque fois par un commissaire d’exposition différent… et présentant des artistes différents”, explique Tommaso Calabro. Et Joseph Nahmad de renchérir : “Un projet comme le nôtre serait attendu dans un quartier comme Shoreditch, mais absolument pas à Mayfair ! J’espère que nous arriverons à apporter un peu de fraîcheur et de jeunesse, tout en préservant une certaine élégance et sophistication.” 

 

Performance réalisée au sein du projet “I am NOT tino sehgal” à Nahmad Projects.

 

 

 

Pour leur premier projet “I am NOT tino sehgal”, les deux associés ont fait appel au célèbre commissaire d’exposition Francesco Bonami pour mettre en place un concept plutôt intrigant : un hommage à Tino Sehgal. L’artiste basé à Berlin est la star incontestée d’un art contemporain bousculant toutes les conventions. Avec Tino Sehgal (qui sera l’invité du Palais de Tokyo en octobre), ni objet matériel ni trace de son travail (photographique ou vidéo)… mais des expériences à vivre.

 

Des “situations” qui forment des moments chorégraphiés par ses soins où peuvent se mêler chants, danses, déplacements dans l’espace ou simples paroles. Le spectateur ne sachant en général rien de ce qui l’attend, la surprise est totale. La dématérialisation de l’œuvre d’art est à son apogée… Mais elle reste bien à vendre (devant notaire et par oral, sans trace écrite là non plus).

Performance réalisée au sein du projet “I am NOT tino sehgal” à Nahmad Projects.

 

 

 

Francesco Bonami a donc eu l’idée de lancer un appel à candidatures auprès d’une nouvelle génération d’artistes internationaux influencés par la “révolution” Tino Sehgal. Trente performances ont été sélectionnées et sont présentées quotidiennement – une par jour – jusqu’au 20 juillet. “Les performances ne sont pas forcément liées à des œuvres de Tino Sehgal, nous explique Tommaso Calabro peu avant l’ouverture au public. Mais certaines se sont bien sûr inspirées de sa pièce emblématique The Kiss [une chorégraphie au cours de laquelle un couple reproduit les baisers les plus célèbres de l’histoire de l’art]. Trois performeurs reproduiront par exemple les mouvements des chats les plus célèbres de l’histoire de l’art [rires].” L’hommage se permet donc quelques dérisions et prises de distance. 

 

 

 

“AVEC TINO SEHGAL, NOUS ASSISTONS À LA FIN DE L’ART CONTEMPORAIN.” Francesco Bonami

 

 

 

Finalement, nous explique le curateur Francesco Bonami, n’importe quelle situation pourrait être du Tino Sehgal. Vous entrez dans une galerie et un gardien commence à vous parler… c’est du Tino Sehgal ! Dans les performances classiques telles que les pratique Marina Abramovic, la mise en scène et l’aspect théâtral vous indiquent clairement qu’il s’agit d’une œuvre. Rien de tout cela avec Tino Sehgal ! Ses situations n’impliquent qu’une relation avec au minimum deux personnes, le performeur et le spectateur. Et celui-ci n’est bien souvent pas informé de ce qui se passera, ni où, ni quand. Tino Sehgal a porté la dématérialisation de l’œuvre d’art à un tel point qu’il incarne pour moi la fin ultime de l’art contemporain, celui qui avait commencé avec Marcel Duchamp et qui se clôt donc avec lui. La fin de l’objet est totale.

Pour l’inauguration de la galerie le 9 juin, Tomàs Diafas proposait aux visiteurs de lui souffler dans l’oreille ce qu’ils voulaient changer dans leur vie (en un mot). Puis, l’artiste grecque criait devant tout l’auditoire l’ensemble des réponses… provoquant rires et moments de gêne.

 

 

 

“LES SITUATIONS DE TINO

SEHGAL SE VENDENT ENTRE 100 000 ET 200 000 DOLLARS. MAIS ICI, RIEN N’EST À VENDRE.” Tommaso Calabro

 

 

Mais les règles strictes qu’impose Tino Sehgal ne sont pas toutes suivies à la lettre chez Nahmad Projects. “Nous acceptons que le public prenne des photos, confirme Tommaso Calabro. Mais contrairement à Tino Sehgal dont les ‘situations’ peuvent se vendre 100 à 200 000 dollars, nos performances ne sont pas à vendre. Nous avons juste défrayé les artistes de 1 000 livres.” Il n’en sera évidemment pas de même pour tous les projets…

 

Pour l’inauguration de la galerie le 9 juin, Tomas Diafas proposait ainsi aux visiteurs de lui souffler dans l’oreille ce qu’ils voulaient changer dans leur vie (en un mot). Puis l’artiste grec criait devant tout l’auditoire l’ensemble des réponses provoquant quelques rires à l’énoncé de certaines réponses : “boulot” (à de (trop !) nombreuses reprises), “petite amie”, “chien” ou “philosophie”.

 

J’avais tout de même proposé une autre idée, s’amuse Francesco Bonami. J’aurais trouvé très amusant que Joseph, en tant que membre d’une très grande famille de collectionneurs et de marchands d’art, achète l’ensemble des œuvres de Tino Sehgal et qu’il les stocke dans un entrepôt. Ç’aurait été une manière amusante de pousser jusqu'à l’absurde la logique à l’œuvre chez cet artiste.

 

I am NOT tino sehgal à la galerie Nahmad Projects à Londres, jusqu’au 20 juillet.

 

>> Retrouvez notre interview de Tino Sehgal et le compte-rendu de son intervention sur la place Jemma el-Fna à Marrakech.

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.