La folie des nuits parisiennes se raconte en images à l’Hôtel de Ville

Mythique, le monde des nuits parisiennes fait l'objet d'une exposition à la Mairie de Paris jusqu'au 27 janvier 2018, “les Nuits parisiennes du Palais-Royal au Palace”. Deux siècles d'histoire mis en scène à travers affiches, vêtements, photographies, articles de journaux et vidéos.

Par La rédaction

  • Coulisses d’un music-hall Anonyme Tirage postérieur© Collection Roger-Viollet / Roger-Viollet
    1/11
  • Jeune zazou dansant - Agence d'information illustrée Albert Harlingue© Albert Harlingue / Roger-Viollet
    2/11
  • Kenzo Birthday - Le Palace - 11 mars 1978 © Philippe Heurtault
    3/11
  • Rock'n'RollBernard Lipnitzki (1930-2012) Reproduction, 1956© Bernard Lipnitzki / Roger-Viollet
    4/11
  • L’Étoile-palace et la salle Wagram, illumination un soir de fête Anonyme, carte postale© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
    5/11
  • Affiche publicitaire pour le bal Tabarin, rue Pigalle et rue Victor Massé. Lithographie en couleur1904 © Grün / Bib. Forney / Roger Viollet
    6/11
  • Jeton métallique de l’Élysée Clichy© Julien Vidal / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
    7/11
  • Provost, "Le bal Mabille, 1867". Estampe© Musée Carnavalet / Roger-Viollet
    8/11
  • Palmiers en acier du bal MabilleReproduction d’un daguerréotype stéréoscopique, vers 1850 © Carole Rabourdin / Musée Carnavalet / Roger-Viollet
    9/11
  • Soirée chez Régine : Pierre Delanoé, auteur de chansons, et Régine.Crédit photographique :© Noa / Roger-Viollet
    10/11
  • Guinguette et bar sur les bords de SeineParis Plage, 22 juillet 2005©DICOM / Sophie Robichon
    11/11
1/11

Des tripots et maisons closes du quartier du Palais-Royal aux bals populaires de Paris-Plage, la Mairie de Paris fait revivre en images la vie nocturne de la capitale depuis le XVIIIe siècle. À travers des eaux-fortes, estampes, jetons de bal du XIXe siècle, mais aussi bouteilles de champagne, tenues de soirée, et clichés historiques, la longue histoire du monde de la nuit à Paris resurgit sous nos yeux. L'iconographie retrace l'évolution des quartiers successivement mis à la mode par les établissements en vogue et les noctambules branchés. En 1867, des estampes témoignent de l'affluence des danseurs sous les becs de gaz du bal Mabille (situé dans le périmètre de l'actuelle avenue Montaigne) lieu très prisé que Balzac évoque dans ses romans.

 

 

Dans les années 80, les folles soirées du Palace ou des Bains-Douches règnent en maître sur la Ville lumière…

 

 

Dans les années 1920, c'est ensuite dans les brasseries Art déco du quartier Montparnasse que la bohème arty fait la fête, avant que les caves de Saint-Germain-des-Prés ne prennent le relais après guerre, à la fin des années 40. Photos en noir et blanc de zazous ou de couples capturés en train de danser un rock enfiévré en 1956 viennent témoigner de ces évolutions. Parmi les figures emblématiques de la nuit parisienne, on croise bien sûr, sur les clichés des années 60, aisément reconnaissable en longue robe noire pailletée, l'ineffable Régine, photographiée dans son club. Un peu plus tard, dans les années 80, ce sont les folles soirées du Palace ou des Bains-Douches qui règnent en maître sur la Ville lumière… une histoire mouvementée, qui continue de s'écrire aujourd'hui du quartier Oberkampf aux rives du canal Saint-Martin, à redécouvrir jusqu'au 27 janvier 2018 à l'Hôtel de Ville.

 

“Les Nuits parisiennes, du Palais-Royal au Palace”, jusqu'au 27 janvier 2018, à la mairie de Paris, 5, rue Lobau, Paris IVe.