32 œuvres d’art en plein air à Paris

À Paris, l’art ne se confine pas à l'intérieur des bâtiments. La capitale s’offre toute entière comme un véritable musée à ciel ouvert, accessible à tous ceux qui veulent bien se donner la peine de lever les yeux, avec plus d’une centaine de créations signées d'artistes de renommée internationale. Numéro propose une petite sélection – en 32 images – des œuvres à ne pas rater lors d'une escapade parisienne.

Par Antoine Ruiz

  • “Deux Plateaux” de Daniel Buren, communément appelés les “colonnes de Buren”, cour d'honneur du Palais-Royal, 1e arrondissement.
    1/32
  • ”Sphérades” de Pol Bury, cour d'honneur du Palais-Royal, 1e arrondissement.
    2/32
  • “Le Mur des je t'aime” de Frédéric Baron et Claire Kito, square Jehan-Rictus, Montmartre, 18e arrondissement.
    3/32
  • “La Fontaine Stravinsky” de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle, place Igor-Stravinsky, 4e arrondissement.
    4/32
  • “Welcoming Hands” de Louise Bourgeois, situées à la Terrasse du Jeu de Paume dans le jardin des Tuileries, 1e arrondissement.
    5/32
  • “Bel Costumé” de Jean Dubuffet, dans le jardin des Tuileries, 1e arrondissement.
    6/32
  • “Écoute” de Henri de Miller, placée dans le jardin des Halles, 1e arrondissement.
    7/32
  • “Le Voilage” d'Alexander Nicolaevich Bourganov, située dans le jardin des Champs-Élysées, 8e arrondissement.
    8/32
  • “Le Mur des vents” de Pierre Comte, à l'angle des rues Saint-Sauveur et Dussoubs, 2e arrondissement.
    9/32
  • “La Danse de la fontaine émergente” de Chen Zhen et Xu Min, sur la place Augusta-Holmes, 13e arrondissement.
    10/32
  • “Le Défenseur du temps” de Jacques Monestier, dans le quartier de l'Horloge au niveau de la rue Bernard-de-Clairvaux, 3e arrondissement.
    11/32
  • “La Vénus des Arts” d'Arman, située rue Jacques-Callot, 6e arrondissement.
    12/32
  • “L’Heure de tous” et “Les Valises” d'Arman, sur le parvis de la Gare Saint-Laraze, 8e arrondissement.
    13/32
  • “La Tour d'exercice” de Wang Du, sur le parvis devant l'état-major de la Brigade de Sapeurs-pompiers de Paris, 17e arrondissement.
    14/32
  • “La Quatrième Pomme” de Franck Scurti, situé sur le boulevard de Clichy, 18e arrondissement.
    15/32
  • “Le Centaure” de César Baldaccini, sur place Michel-Debré, 6e arrondissement.
    16/32
  • “Dans le bonheur” de Diadji Diop, sculpture rouge d'un nageur située à côté du musée National de l'Histoire de l'Immigration, 12e arrondissement.
    17/32
  • “Le Pouce” de César, Place Carpeaux, La Défense, Puteaux.
    18/32
  • “La Connaissance” fait par Paul Flury et les élèves de l'École Supérieur de Fonderie, La Défense, Puteaux.
    19/32
  • “Utsurohi” d'Aiko Miyawaki, La Défense, Puteaux.
    20/32
  • “Les Personnages fantastiques” de Joan Miró, “Utsurohi” d'Aiko Miyawaki, La Défense, Puteaux.
    21/32
  • “La Terre” de Louis Derbré, La Défense, Puteaux.
    22/32
  • “Le Somnambule“ de Henri de Miller, La Défense, Puteaux.
    23/32
  • “Le Moretti” de Raymond Moretti, La Défense, Puteaux.
    24/32
  • “Les Doubles lignes indéterminées” de Bernar Venet, La Défense, Puteaux.
    25/32
  • “1SQMH” de Didier Fiuza Faustino, au croisement du boulevard Masséna et de la rue Émile Levassor, 13e arrondissement.
    26/32
  • “Mirage” de Bertrand Lavier, dans rue des Peupliers, 13e arrondissement.
    27/32
  • “Monochrome for Paris” de Nancy Rubins, sur l'esplanade Pierre-Vidal-Naquet, 13e arrondissement.
    28/32
  • “Les Rochers dans le ciel” de Didier Marcel, sur la place Farhat-Hached, 13e arrondissement.
    29/32
  • “L'Homme debout” d'Anita Molinero, qui fait office de station à Porte de la Villette, 19e arrondissement.
    30/32
  • “La Grande Fontaine” de Katinka Bock, au niveau de Porte d'Aubervilliers, 19e arrondissement.
    31/32
  • “Tu me fais tourner la tête” de Pierre Ardouvin, également au niveau de Porte d'Aubervilliers, 19e arrondissement.
    32/32
1/32

Dans un jardin, au détour d'un carrefour ou près d'une ligne de tramway, l'art public prolifère dans la capitale française. Outre les traditionnelles statues des grandes personnalités de l'Histoire émaillant les jardins, parcs et places, un certain nombre d'œuvres contemporaines ont jailli au fil du temps dans des lieux moins fréquentés. 

 

Stars incontestées des réseaux sociaux, les fameux Deux Plateaux de Daniel Buren (1986) furent très décriés lors de leur installation dans la cour du Palais-Royal. Et c'est sous un nom plus simple qu’ils ont acquis la célébrité : les “colonnes de Buren”. Non loin d'elles dans la cour d'honneur, le promeneur est aussi invité à contempler les Sphérades de Pol Bury (1985). Datant de la même époque et voisine du Centre Georges-Pompidou, la Fontaine Stravinsky de Jean Tinguely et Niki de Saint Phalle (1983) est une sculpture-fontaine incontournable haute en couleur du quartier du Marais. Autre grand classique : Le Mur des je t'aime (inauguré en 2000), est une déclaration amoureuse de 40 m carrés dans plus de 300 langues réalisée par Frédéric Baron et Claire Kito, qu'on retrouve au square Jehan-Rictus à Montmartre.

 

Moins connues, d'autres œuvres ont été installées en plein cœur de Paris, où l'on passerait à côté sans même s'en rendre compte. C'est sans doute le cas pour les petites Welcoming Hands de Louise Bourgeois (1996), situées sur un rocher du jardin des Tuileries, non loin du Bel Costumé de Jean Dubuffet (1998), sculpture contemporaine extravagante à la forme humaine. Posé à même le sol, dans le jardin des Halles, un immense visage de pierre incliné, derrière une main, semble tendre l'oreille vers nous : c’est Écoute, sculptée par Henri de Miller en 1986. Et dans le jardin des Champs-Élysées, qui remarque Le Voilage d'Alexander Nicolaevich Bourganov (2006), ironique sculpture montrant deux mains tenant un voile dissimulant le visage qu'on s'attendrait à voir au-dessus du buste de pierre.

 

En dehors des espaces verts, plusieurs œuvres ont été dispersées à l'écart des zones les plus touristiques à l'occasion des opérations d’aménagement urbain initiées par la ville de Paris depuis plus de 50 ans. En se perdant dans le quartier latin, on pourrait tomber nez à nez sur La Vénus des Arts (1992), une sculpture contemporaine en bronze d'Arman (qu'on retrouve pour L’Heure de tous et Les Valises, sur le parvis de la Gare Saint-Laraze) revisitant la fameuse figure grecque en une décomposition sophistiquée. Seulement à quelques rues, Le Centaure de César Baldaccini (1985) : sculpture d'une créature mythique dont la tête est en fait un autoportrait du sculpteur. Certaines œuvres ont d'ailleurs parfois suscité quelques polémiques. Sur le boulevard de Clichy, La Quatrième Pomme de Franck Scurti (2011) en a fait les frais. Cette sculpture de pomme a provoqué de nombreux questionnements avant de finalement révéler son contexte : l'œuvre rend hommage au philosophe Charles Fourier, qui avait émis une théorie sur les méandres des mécanismes indusriels (imagés par le prix de la pomme).

 

Bien qu'en dehors de Paris, la zone de la Défense foisonne de petits trésors contemporains résultant d'une politique de valorisation artistique du site depuis 1958. Au programme, 69 œuvres ont été installées. Parmi elles, le célèbre Pouce de César (1981), une représentation en marbre massif du pouce du sculpteur, dont une des autres reproductions se dressait sur la devanture du Centre George Pompidou à l'occasion d'un rétrospective sur l'artiste au musée d'art contemporain. Pour les adèptes des clichés instagrammables, la sculpture abstraite Utsurohi d'Aiko Miyawaki (1988) se fond parfaitement dans le décor ultra moderne offert par le parvis de la Défense. Désignant un état de flottement, l'œuvre de l'artiste japonais propose de nouvelles perspectives dynamiques sur les bâtiments industriels avoisinants. Autrement, Les Personnages fantastiques de Joan Miró (1976) présentent un véritable contraste : deux sculptures bariolées semblables à des personnages de dessins animés détonnent devant l'architecture sobre du centre commercial Les Quatre Temps.

 

Quoi de plus original que d'observer des œuvres depuis un siège de tramway? Sous la direction de Christian Bernard, directeur du Musée d’art moderne et contemporain de Genève, plusieurs œuvres conçues par des artistes internationaux ont été placées près des rails de la ligne de tramway T3 (A et B) afin de redessiner les contours de Paris. Pour rivaliser avec le design futuriste en bronze des quais de la ligne 11 de la station de métro Arts et métiers, l'artiste Anita Molinero a proposé en 2013 L'Homme debout (ou La Station), un édifice à la forme élancée parsemé de traces de pas faisant office de station de tramway à Porte de la Villette. Pour les voyageurs qui s'aventureraient dans le fin fond du 13e arrondissement, certains auront peut-être la chance d'apercevoir les palmiers de l'installation de Bertrand Lavier, Mirage (2006), qui se soulèvent aléatoirement une fois par heure. Non loin, en levant légèrement les yeux, on peut aussi observer Les Rochers dans le ciel de Didier Marcel (2012), des rochers se hissant en haut de mâts dont l'inspiration provient d'une photographie de l'artiste même, donnant l'illusion qu'ils flottent dans l'air.

 

 

Retrouvez le reste de la sélection dans le diaporama en haut de page.