639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie
photo : Aurélien Mole

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie
A la Fondation Louis Vuitton, l’Afrique donne une belle leçon d’humilité à l’Occident
333

A la Fondation Louis Vuitton, l’Afrique donne une belle leçon d’humilité à l’Occident

Art Avec Art/Afrique, soit 3 expositions consacrées à l’art contemporain du continent, la Fondation Louis Vuitton suscite une vraie question : mais pourquoi ne s’est-on pas (à quelques exceptions près) passionné plus, et plus tôt, pour ces excellents artistes africains ? Avec Art/Afrique, soit 3 expositions consacrées à l’art contemporain du continent, la Fondation Louis Vuitton suscite une vraie question : mais pourquoi ne s’est-on pas (à quelques exceptions près) passionné plus, et plus tôt, pour ces excellents artistes africains ?

Yannick Alléno vs Bernard Blistène: et si l'un des plus grands chefs français rencontrait le directeur d'un des plus importants musées au monde ?
919

Yannick Alléno vs Bernard Blistène: et si l'un des plus grands chefs français rencontrait le directeur d'un des plus importants musées au monde ?

Art Espiègle et curieux, Bernard Blistène se distingue depuis 2013 à la tête du musée national d’Art moderne. Grand amateur d’art, le chef étoilé Yannick Alléno dirige les plus prestigieux restaurants du monde. Deux grands passionnés voués à se rencontrer. Espiègle et curieux, Bernard Blistène se distingue depuis 2013 à la tête du musée national d’Art moderne. Grand amateur d’art, le chef étoilé Yannick Alléno dirige les plus prestigieux restaurants du monde. Deux grands passionnés voués à se rencontrer.

Why Do We Sweat?… la performance imaginée par Delphine Roche s'invite à la Galerie RX
1

Why Do We Sweat?… la performance imaginée par Delphine Roche s'invite à la Galerie RX

Art Réunis au sein de la Galerie RX ce jeudi 27 avril par Delphine Roche, également rédactrice en chef magazine de Numéro, cinq boxeurs, trois danseurs de l’Opéra de Paris et trois basketteurs évolueront sur une musique de John Cage A Cough or a Baby Crying Will Not Ruin a Good Piece of Modern Music et offriront un dialogue singulier entre sport et danse. Réunis au sein de la Galerie RX ce jeudi 27 avril par Delphine Roche, également rédactrice en chef magazine de Numéro, cinq boxeurs, trois danseurs de l’Opéra de Paris et trois basketteurs évolueront sur une musique de John Cage A Cough or a Baby Crying Will Not Ruin a Good Piece of Modern Music et offriront un dialogue singulier entre sport et danse.

La culture queer célébrée à la très classique Tate Britain
293

La culture queer célébrée à la très classique Tate Britain

Art “Queer British Art 1861-1967” revient en photographies, peintures, dessins et croquis sur les artistes qui ont marqué une époque où les droits LGBT étaient loin d'être reconnus. “Queer British Art 1861-1967” revient en photographies, peintures, dessins et croquis sur les artistes qui ont marqué une époque où les droits LGBT étaient loin d'être reconnus.

30 ans après, on rejoue la Cène d’Andy Warhol
451

30 ans après, on rejoue la Cène d’Andy Warhol

Art “La Cène”, dernière œuvre réalisée par l’icône du pop art, fête ses trente ans. Pour cet anniversaire, le Museo del Novecento de Milan accueille l’exposition “Andy Warhol : Sixty Last Suppers”. “La Cène”, dernière œuvre réalisée par l’icône du pop art, fête ses trente ans. Pour cet anniversaire, le Museo del Novecento de Milan accueille l’exposition “Andy Warhol : Sixty Last Suppers”.

“Do Disturb” : 5 raisons de se laisser déranger par le festival du Palais de Tokyo
389

“Do Disturb” : 5 raisons de se laisser déranger par le festival du Palais de Tokyo

Art Du 21 au 23 avril, le Palais de Tokyo devient le théâtre d’une étrange effervescence qui, pour le profane, relèverait presque de l’hôpital psychiatrique : le festival de performance “Do Disturb” revient pour sa troisième édition. L'institution abritera ainsi, le temps d’un week-end, dans son bâtiment aux dimensions dantesques, une quarantaine de propositions hybridant danse, théâtre, musique, performance, happening, nées des cerveaux bouillonnants de jeunes artistes issus du monde entier.  Du 21 au 23 avril, le Palais de Tokyo devient le théâtre d’une étrange effervescence qui, pour le profane, relèverait presque de l’hôpital psychiatrique : le festival de performance “Do Disturb” revient pour sa troisième édition. L'institution abritera ainsi, le temps d’un week-end, dans son bâtiment aux dimensions dantesques, une quarantaine de propositions hybridant danse, théâtre, musique, performance, happening, nées des cerveaux bouillonnants de jeunes artistes issus du monde entier.