639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

Vous danserez mieux demain grâce à la Collection Pinault
876

Vous danserez mieux demain grâce à la Collection Pinault

Art Inaugurée début avril à Venise, “Dancing with myself”, la nouvelle exposition-évènement de la Collection Pinault réunit 140 œuvres queer, engagées et bouleversantes. Une exposition qui danse avec son époque.  Inaugurée début avril à Venise, “Dancing with myself”, la nouvelle exposition-évènement de la Collection Pinault réunit 140 œuvres queer, engagées et bouleversantes. Une exposition qui danse avec son époque. 

Benjamin Millepied de retour à Paris au Théâtre des Champs-Elysées
873

Benjamin Millepied de retour à Paris au Théâtre des Champs-Elysées

Art Le célèbre chorégraphe prend possession du Théâtre des Champs-Elysées avec sa compagnie L.A. Dance Project jusqu’au 24 avril. A cette occasion, Numéro propose une plongée exclusive au cœur des répétitions de ce foyer de création installé à Los Angeles.     Le célèbre chorégraphe prend possession du Théâtre des Champs-Elysées avec sa compagnie L.A. Dance Project jusqu’au 24 avril. A cette occasion, Numéro propose une plongée exclusive au cœur des répétitions de ce foyer de création installé à Los Angeles.    

“Il faut proposer au public des créations qui peuvent lui parler, avec des individus qui lui ressemblent.” Le futur de la danse selon Benjamin Millepied
895

“Il faut proposer au public des créations qui peuvent lui parler, avec des individus qui lui ressemblent.” Le futur de la danse selon Benjamin Millepied

Portrait Il incarne une pensée en mouvement, une articulation unique entre la culture du ballet classique et la liberté de la danse contemporaine… Depuis Los Angeles, où il vit et a décidé d’installer sa compagnie de danse LADP, le Frenchie Benjamin Millepied travaille d’arrache-pied à écrire l’avenir d’une discipline artistique longtemps restée passéiste. Numéro Homme fait le point sur les multiples projets de cet homme-orchestre. Il incarne une pensée en mouvement, une articulation unique entre la culture du ballet classique et la liberté de la danse contemporaine… Depuis Los Angeles, où il vit et a décidé d’installer sa compagnie de danse LADP, le Frenchie Benjamin Millepied travaille d’arrache-pied à écrire l’avenir d’une discipline artistique longtemps restée passéiste. Numéro Homme fait le point sur les multiples projets de cet homme-orchestre.

La Fondation Prada inaugure une tour réalisée par Rem Koolhaas
827

La Fondation Prada inaugure une tour réalisée par Rem Koolhaas

Art Le 20 avril, la Torre de la Fondation Prada de Milan ouvrait ses portes au public avec une vaste exposition, “Atlas”, déployée sur six étages. Le 20 avril, la Torre de la Fondation Prada de Milan ouvrait ses portes au public avec une vaste exposition, “Atlas”, déployée sur six étages.

Danh Vo fait entrer les chaos du monde au Guggenheim
876

Danh Vo fait entrer les chaos du monde au Guggenheim

Art A New York, Danh Vo confirme son statut de créateur aux multiples visages : d’historien engagé à poète politique. Un lustre provenant de l’hôtel Majestic où furent ratifiés les accords de paris en 1973, le menu servi à la Maison Blanche le jour de l’assassinat de JFK, la lettre d’un jeune missionnaire d’Indochine... Par morceaux, l’artiste d’origine vietnamienne convoque la grande histoire pour mieux la revisiter à la lumière de son parcours personnel… et toucher à l’universel.  A New York, Danh Vo confirme son statut de créateur aux multiples visages : d’historien engagé à poète politique. Un lustre provenant de l’hôtel Majestic où furent ratifiés les accords de paris en 1973, le menu servi à la Maison Blanche le jour de l’assassinat de JFK, la lettre d’un jeune missionnaire d’Indochine... Par morceaux, l’artiste d’origine vietnamienne convoque la grande histoire pour mieux la revisiter à la lumière de son parcours personnel… et toucher à l’universel. 

“Je voulais faire descendre le ciel sur la Terre.” L’artiste Phillip K. Smith III nous parle de son installation pour COS à Milan
376

“Je voulais faire descendre le ciel sur la Terre.” L’artiste Phillip K. Smith III nous parle de son installation pour COS à Milan

Art Le label COS a fait appel cette année à l'artiste américain Phillip K. Smith III pour réaliser Open Sky, une installation immersive et monumentale présentée à Milan au Palazzo Isimbardi à l’occasion du Salon du meuble 2018. Le label COS a fait appel cette année à l'artiste américain Phillip K. Smith III pour réaliser Open Sky, une installation immersive et monumentale présentée à Milan au Palazzo Isimbardi à l’occasion du Salon du meuble 2018.