639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

Album “Sans Titre 4” : une sélection d’œuvres par Julie Boukobza
432

Album “Sans Titre 4” : une sélection d’œuvres par Julie Boukobza

Art La commissaire d’exposition Julie Boukobza partage avec Numero.com sa sélection d’artistes qui l’ont le plus marquée ces dernières semaines. Découvrez la 4e sélection de cette Française qui compte parmi les curateurs les plus en vue aujourd’hui. La commissaire d’exposition Julie Boukobza partage avec Numero.com sa sélection d’artistes qui l’ont le plus marquée ces dernières semaines. Découvrez la 4e sélection de cette Française qui compte parmi les curateurs les plus en vue aujourd’hui.

Air Biennale : la jeune création contemporaine détourne un parking
123

Air Biennale : la jeune création contemporaine détourne un parking

Art Jusqu'au dimanche 21 mai, Marie Madec, curatrice des expositions “Sans titre”, et l'artiste Robert Brambora présentent, avec le soutien de Nike, une "anti-Biennale” au sein du parking d'un ancien bâtiment industriel. Jusqu'au dimanche 21 mai, Marie Madec, curatrice des expositions “Sans titre”, et l'artiste Robert Brambora présentent, avec le soutien de Nike, une "anti-Biennale” au sein du parking d'un ancien bâtiment industriel.

Et si on regardait la Biennale de Venise autrement ? (suite)
528

Et si on regardait la Biennale de Venise autrement ? (suite)

Art La photographe Clarisse Tranchard s’est glissée pour Numéro dans les allées de la Biennale de Venise 2017. Prenant le contre-pied des comptes Instagram qui déversent à l’infini les photos des œuvres exposées, la Française s’est attachée à capturer l’esprit des lieux, entre moments poétiques et clins d’œil humoristiques. Elle livre ici les clichés des suites de ses pérégrinations. La photographe Clarisse Tranchard s’est glissée pour Numéro dans les allées de la Biennale de Venise 2017. Prenant le contre-pied des comptes Instagram qui déversent à l’infini les photos des œuvres exposées, la Française s’est attachée à capturer l’esprit des lieux, entre moments poétiques et clins d’œil humoristiques. Elle livre ici les clichés des suites de ses pérégrinations.

Et si on regardait la Biennale de Venise autrement ?
544

Et si on regardait la Biennale de Venise autrement ?

Art La photographe Clarisse Tranchard s’est glissée pour Numéro dans les allées de la Biennale de Venise 2017. Prenant le contre-pied des comptes Instagram qui déversent à l’infini les photos des œuvres exposées, la Française s’est attachée à capturer l’esprit des lieux, entre moments poétiques et clins d’œil humoristiques.   La photographe Clarisse Tranchard s’est glissée pour Numéro dans les allées de la Biennale de Venise 2017. Prenant le contre-pied des comptes Instagram qui déversent à l’infini les photos des œuvres exposées, la Française s’est attachée à capturer l’esprit des lieux, entre moments poétiques et clins d’œil humoristiques.  

La Chine fantasmée de Coco Capitan
321

La Chine fantasmée de Coco Capitan

Photographie La photographe espagnole, a qui l'on doit le tee-shirt logotypé et raturé du dernier défilé Gucci, réunit dans un livre intime les photos de son voyage en Chine. La photographe espagnole, a qui l'on doit le tee-shirt logotypé et raturé du dernier défilé Gucci, réunit dans un livre intime les photos de son voyage en Chine.

Thaddaeus Ropac, nouveau roi d’Angleterre ?
859

Thaddaeus Ropac, nouveau roi d’Angleterre ?

Art Le galeriste autrichien Thaddaeus Ropac, également installé à Paris, inaugurait fin avril un nouvel espace à Londres. Un coup d’éclat porté par une programmation au cordeau : Joseph Beuys, Gilbert & George, Dan Flavin, Sol LeWitt et Oliver Beer. Le galeriste autrichien Thaddaeus Ropac, également installé à Paris, inaugurait fin avril un nouvel espace à Londres. Un coup d’éclat porté par une programmation au cordeau : Joseph Beuys, Gilbert & George, Dan Flavin, Sol LeWitt et Oliver Beer.