639

La fantaisie libre de Peter Shire à la New Galerie

 

Entre céramiques colorées et sculptures miniatures, l’artiste californien touche-à-tout, ancien du groupe Memphis, revient en très grande forme. Rencontre avec la commissaire d’exposition Julie Boukobza, qui a eu la géniale idée de l’inviter.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Numéro : Pourquoi avoir choisi d’exposer Peter Shire, un artiste né en 1947, à la New Galerie plutôt tournée vers les jeunes artistes ?

 

Julie Boukobza : Lorsque la New Galerie m’a proposé de réaliser une exposition, j’ai tout de suite eu envie de prendre le contre-pied de leur programmation habituelle. J’avais envie de les surprendre. Et je cherchais depuis longtemps une opportunité de travailler avec Peter Shire. C’est une personnalité libre, fascinante. Il a tout fait : artiste, designer… Il a appartenu au groupe Memphis avec Ettore Sottsass dans les années 80, mais il a également réalisé de nombreuses œuvres publiques à Los Angeles. Il utilise aussi bien la céramique que le métal. Mais il est resté hors marché, à l’écart du circuit des galeries, et, surtout, il n’était pas venu en France depuis trente ans. 

 

Quelles œuvres présentez-vous à l’occasion de cette exposition ?

 

Nous avons essayé d’être fidèles à son côté touche-à-tout et pluridisciplinaire. L’exposition présente aussi bien des céramiques très colorées que des dessins, des œuvres inspirées par Jacques Tati qu’une vidéo, des pièces assez imposantes que des petites tasses… Ces dernières semblent d’ailleurs obséder tout le monde. La liste des réservations est impressionnante. Elles coûtent 45 euros et il les fabrique à la chaîne… À la fois pièces uniques et objets industriels, elles incarnent parfaitement le mélange des genres caractéristique de Peter Shire. Il peut tout aussi bien réaliser une pièce de quelques dizaines d'euros qu’une céramique à 10 000 euros.

 

On rapproche toujours Peter Shire du groupe Memphis dont il a fait partie, notamment en raison de son usage de la couleur…

 

En effet, la couleur a toujours joué un rôle important dans son travail, même s’il s’essaie parfois à des œuvres plus sombres. Peter Shire a toujours vécu dans le quartier d’Echo Park à Los Angeles, à majorité hispanique. Son usage de la couleur en a été très influencé, lui conférant un côté un peu “Memphis mexicain”. 

 

Pourquoi avoir choisi d'installer ses pièces sur cette grande table blanche ?

 

Exposer un artiste californien dans un espace aussi exigu avec une cave voûtée moyenâgeuse est assez amusant, voire exotique. J’ai cherché à accentuer cet esprit décalé en installant les œuvres sur cette table très haute, très grande, à la manière d’Alice au pays des merveilles… Envahissant l’espace, elle oblige le public à se confronter physiquement aux œuvres. 

 

Peter Shire, Love and P's, exposition réalisée par Julie Boukobza, à la New Galerie, 2, rue Borda, Paris IIIe, jusqu’au 27 février. 

courtesy New Galerie

photo : Aurélien Mole

Pourquoi est-il temps de s’intéresser aux artistes des Balkans ?
478

Pourquoi est-il temps de s’intéresser aux artistes des Balkans ?

Art L’initiative Balkan Projects de Marija Karan, soutenue par le Swiss Institute, offre une occasion rare de se pencher sur la passionnante scène artistique des Balkans. Visite guidée à Belgrade. L’initiative Balkan Projects de Marija Karan, soutenue par le Swiss Institute, offre une occasion rare de se pencher sur la passionnante scène artistique des Balkans. Visite guidée à Belgrade.

Le Centre Pompidou tresse enfin les lauriers de César
512

Le Centre Pompidou tresse enfin les lauriers de César

Art Le Centre Pompidou rend enfin hommage à César avec une rétrospective du 13 décembre 2017 au 26 mars 2018. L'occasion pour le commissaire d'exposition et critique Eric Troncy de revenir sur le parcours de ce grand sculpteur passé à la postérité en laissant son nom à la célèbre remise des prix du cinéma français, dont il a imaginé les trophées. Passé des compressions aux expansions, il s’est toujours distingué par ses jeux avec la matière.   Le Centre Pompidou rend enfin hommage à César avec une rétrospective du 13 décembre 2017 au 26 mars 2018. L'occasion pour le commissaire d'exposition et critique Eric Troncy de revenir sur le parcours de ce grand sculpteur passé à la postérité en laissant son nom à la célèbre remise des prix du cinéma français, dont il a imaginé les trophées. Passé des compressions aux expansions, il s’est toujours distingué par ses jeux avec la matière.  

La folie des nuits parisiennes se raconte en images à l’Hôtel de Ville
4453

La folie des nuits parisiennes se raconte en images à l’Hôtel de Ville

Art Mythique, le monde des nuits parisiennes fait l'objet d'une exposition à la Mairie de Paris jusqu'au 27 janvier 2018, “les Nuits parisiennes du Palais-Royal au Palace”. Deux siècles d'histoire mis en scène à travers affiches, vêtements, photographies, articles de journaux et vidéos. Mythique, le monde des nuits parisiennes fait l'objet d'une exposition à la Mairie de Paris jusqu'au 27 janvier 2018, “les Nuits parisiennes du Palais-Royal au Palace”. Deux siècles d'histoire mis en scène à travers affiches, vêtements, photographies, articles de journaux et vidéos.

La performance de  Marie-Agnès Gillot et Vincent Chaillet au musée d’Orsay
4775

La performance de Marie-Agnès Gillot et Vincent Chaillet au musée d’Orsay

Art À l’occasion de la soirée Intimissimi qui célébrait les femmes françaises au Musée d’Orsay mercredi dernier, la célèbre étoile et chorégraphe Marie-Agnès Gillot, ambassadrice de la nouvelle campagne #Insideandout, livrait une performance de danse classique accompagnée par Vincent Chaillet, premier danseur au sein du Ballet de l'Opéra national de Paris. À l’occasion de la soirée Intimissimi qui célébrait les femmes françaises au Musée d’Orsay mercredi dernier, la célèbre étoile et chorégraphe Marie-Agnès Gillot, ambassadrice de la nouvelle campagne #Insideandout, livrait une performance de danse classique accompagnée par Vincent Chaillet, premier danseur au sein du Ballet de l'Opéra national de Paris.

Ugo Rondinone fait entrer une armée de clowns dans le Bass Museum de Miami
4465

Ugo Rondinone fait entrer une armée de clowns dans le Bass Museum de Miami

Art Comme toujours début décembre, la foire d'art contemporain Art Basel Miami Beach enflamme la côte est des États-Unis. Focus sur le Bass Museum qui rouvre ses portes avec, entre autres, l’exposition hautement instagrammable d’Ugo Rondinone, Good Evening Beautiful Blue, présentée jusqu’au 19 février 2018. Comme toujours début décembre, la foire d'art contemporain Art Basel Miami Beach enflamme la côte est des États-Unis. Focus sur le Bass Museum qui rouvre ses portes avec, entre autres, l’exposition hautement instagrammable d’Ugo Rondinone, Good Evening Beautiful Blue, présentée jusqu’au 19 février 2018.

Leonardo Cremonini, le peintre de la couleur admiré par Francis Bacon et Umberto Eco, exposé à Paris
8874

Leonardo Cremonini, le peintre de la couleur admiré par Francis Bacon et Umberto Eco, exposé à Paris

Art Acclamé par les plus grands auteurs du XXe siècle, le fascinant peintre Leonardo Cremonini fait l’objet d’une monographie à la galerie parisienne T&L jusqu’au 23 décembre. On y découvre des toiles anciennes aux teintes vermeilles revigorantes. Acclamé par les plus grands auteurs du XXe siècle, le fascinant peintre Leonardo Cremonini fait l’objet d’une monographie à la galerie parisienne T&L jusqu’au 23 décembre. On y découvre des toiles anciennes aux teintes vermeilles revigorantes.