587

Télépathie et jeux de hasard : Robert Barry à la galerie Until Then

 

Icône de l'art conceptuel, l'Américain de 80 ans présente des œuvres récentes et historiques au pouvoir de séduction et d'évocation toujours aussi puissant.

Par Thibaut Wychowanok

Robert Barry, untitled, 2016, vinyl on wood panel & glossy acrylic medium 50 x 50 cm (19,69 x 19,69 inches) each one - 7 paintings.

courtesy: untilthen, saint ouen. photo: Emmanuel Decouard

 

 

Monument de l’art conceptuel, l’artiste new-yorkais de 80 ans appartient à la première vague du mouvement, celle des On Kawara et Lawrence Weiner, et tient toujours son rang de figure tutélaire. Très en forme, il réussit en seulement deux salles à Paris à démentir tous les clichés sur l’art conceptuel. Rasoir ? Robert Barry semble au contraire beaucoup s’amuser. Au sein du vaste espace principal, l’artiste a placé trois séries de ses Random Paintings réalisées en 2016. Chaque mur s’est ainsi vu attribuer des “tableaux” monochromes, sur toile ou sur bois, disposés de manière aléatoire. De manière assez réjouissante, Robert Barry a décidé de leur disposition en jetant des pièces sur le sol. Chaque pièce représentant un tableau, la constellation ayant résulté du jet a été reproduite sur le mur (une vidéo présentée à l’étage est là pour en témoigner). Le hasard et la mise en retrait du rôle de l’artiste réduit à un simple ouvrier du hasard sont depuis longtemps parmi ses thèmes privilégiés. 

 

 

"Les mots seuls suffisent à évoquer une multitude d’images mentales chez le visiteur. Plus que jamais, c’est le spectateur qui fait l’œuvre."

Vue de l'exposition Random de Robert Barry à la galerie Until Then.

courtesy: untilthen, saint ouen. photo: Emmanuel Decouard

 

 

L’art conceptuel serait froid et hermétique ? Les Random Paintings de Robert Barry ouvrent pourtant à un imaginaire infini, personnel et sensible. Loin de se réduire à des monochromes, l’artiste a apposé sur chacun d’entre eux des mots : ENCOUNTER (rencontre), IRONIC, CONFUS, UNEXPECTED (inattendu), REMEMBER (souviens-toi). Comme souvent chez Robert Barry, le langage tient lieu d’art visuel. Les toiles n’ont pas besoin de représenter une personne, un lieu ou une sensation, les mots seuls suffisent à évoquer une multitude d’images mentales chez le visiteur. Plus que jamais, c’est le spectateur qui fait l’œuvre, pensant immédiatement en lisant “rencontre” ou “ironique” à un souvenir, à une personne, à une situation totalement imaginée sur l’instant… 

 

 

"L’imperceptible et la limite du visible ont toujours passionné Robert Barry : des ses expérimentations avec les champs électromagnétiques, les ultrasons ou le gaz à son intérêt pour la télépathie."

Robert Barry, Wire sculpture with gold ring, 1968 - 2016 dimension variable for the installation.

courtesy: untilthen, saint ouen. photo: Emmanuel Decouard

 

 

Dans la seconde salle, la galerie Untilthen a fait le choix de présenter successivement sept installations de l’artiste, toutes réalisées dans les années 60. La première, dévoilée début septembre, était à peine visible : un simple anneau doré tendu au milieu de la pièce par un ensemble de fils à peine perceptibles. L’imperceptible et la limite du visible ont toujours passionné Robert Barry : des ses expérimentations avec les champs électromagnétiques, les ultrasons ou le gaz à son intérêt pour la télépathie. L’art conceptuel serait intello ? Il tiendrait plutôt ici de la magie : celle de faire voler les anneaux et de projeter dans le subconscient du visiteur des images… à partir de simples mots.

 

Random de Robert Barry à la galerie Until Then (Saint-Ouen), jusqu'au 23 octobre. www.untilthen.fr

 

Robert Barry, Wire sculpture with gold ring, 1968 - 2016 dimension variable for the installation.

courtesy: untilthen, saint ouen. photo: Emmanuel Decouard

 

Ouverte il y a un peu plus d’un an par trois anciens de la galerie Yvon Lambert, Untilthen faisait alors un double pari : celui d’une programmation mixte, entre artistes mythiques (Joan Jonas, Douglas Gordon) et moins connus ; et celui d’une implantation à Saint-Ouen en plein cœur du quartier des Puces. Y répond aujourd’hui un double plaisir : celui de traîner, entre deux magasins d’antiquaires, dans leur superbe espace le week-end (la galerie n’ouvre au public que du vendredi au dimanche) et celui de découvrir une nouvelle exposition de Robert Barry, monument de l’art conceptuel. 

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.