15 Décembre

“Tapage nocturne interdit”, les parfums masculins dans l'objectif de Guido Mocafico

 

S’inspirant d’une lumière entre chien et loup posée sur la ville ou la mer, les flacons déclinent des tonalités grisées, des dégradés en clair-obscur ou en noir, mat ou brillant. Les parfums, quant à eux, combinent la sensualité et le réconfort à des accents métalliques et froids, presque mystérieux.

 

 

Réalisation Laurence Hovart

1/6
  • Tout en clair-obscur, ce parfum aux accents liquoreux se joue de la pénombre. Comme un rai de lumière, sauge, menthe poivrée et cardamome s’allient à la bergamote pour attaquer illico tout en fraîcheur et dynamisme. Le bois réconfortant de cèdre s’unit à la lavande et se teinte des accents poudrés et désuets de la violette. Le fond marie la racine de vétiver au patchouli, aux muscs et à la vanille.  “Montblanc Legend Night”, eau de parfum, MONTBLANC. 

  • Inspiré par la force créatrice de l’océan, ce flacon grisé affiche des formes arrondies, comme celles d’un galet. L’écriture olfactive qui s’y love met en tension les embruns, les accents miroitants de l’eau agitée sous la lune et les effluves iodés et salés d’éléments déposés sur la plage par les vagues. Pamplemousse et bergamote y scintillent, le cœur explose de notes marines et le fond se pare d’accents minéraux froids et de bois vibrants. “L’Eau Majeure d’Issey”, eau de toilette, ISSEY MIYAKE.

  • Élément de base de la construction, le béton devient ici le matériau inédit d’un nouveau flacon de parfum. Autre rupture, la fragrance est inspirée par un bois de santal qui renaît, ici, déconstruit et twisté, autour de ses caractéristiques olfactives. Crémeux, boisé et sensuel, le santal est interprété par des baumes et des muscs blancs, un bois de cèdre, de l’encens, de la cardamome et du poivre. À ces dernières notes épicées – signature maison –, s’adjoint un accord métallique froid d’oxyde de rose qui traverse le sillage. “Concrete”, eau de parfum, COMME DES GARÇONS.

  • Dernier opus de la marque, cette fragrance nocturne joue sur le mystère électrisant d’un élixir au cœur de patchouli serti d’encens et de poivre. La vanille y glisse une tonalité sensuelle qui contraste avec la fève tonka et les bois secs. En écho à ces effluves presque secs, le flacon taillé comme un roc en verre noir s’affiche mat. “Just Rock!”, eau de toilette pour lui, ZADIG & VOLTAIRE.

  • Associant le verre noir laqué à un large bandeau noir mat, clin d’œil au cuir Saffiano, ce flacon renferme une fragrance qui se joue des matières nobles. Explorant les frontières du genre masculin, le parfum signé, comme l’ensemble des créations olfactives de la maison par le nez Daniela Andrier, combine avec originalité l’ambre, le patchouli, l’iris et la fève tonka. “L’Homme Prada Intense”, eau de parfum, PRADA.

  • Dernière création parue au sein de la nouvelle collection baptisée “Noire”, cette fragrance singulière joue les contrastes. Les notes douces, régressives et lactées d’amande et de coco s’accompagnent de muscs blancs enveloppants que traverse un souffle froid et fumé, presque résineux, dans lequel on perçoit l’encens et la facette épicée d’un œillet des poètes. “Dent de Lait”, eau de parfum, SERGE LUTENS.

NuméroNews