1037

Cinq raisons de courir voir Heinz Mack à la Galerie Perrotin

 

Matthieu Poirier, commissaire de l’exposition Heinz Mack à la Galerie Perrotin jusqu’au 4 juin, nous explique en cinq points pourquoi l’Allemand est un artiste majeur et passionnant pourtant méconnu du grand public… jusqu’à aujourd’hui.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Heinz Mack, vue de l’exposition Spectrum à la Galerie Perrotin, Paris, Parallelogramm (2016), acier Inoxydable, 260 x 121 x 75 cm.

Photo : Claire Dorn © Heinz Mack/ADAGP, Paris, 2016 Courtesy Galerie Perrotin

Heinz Mack, Vibration im Blau (1959), résine synthétique sur toile, 128 x 162 cm.

Photo : Pierre Antoine © Heinz Mack/ADAGP, Paris, 2016 Courtesy Galerie Perrotin

 

 

 

1. YVES KLEIN LE CONSIDÉRAIT COMME LE PLUS GRAND ARTISTE DE SA GÉNÉRATION

 

“Depuis sa rétrospective au Musée d’Art moderne de la Ville de Paris en 1973, Heinz Mack a été un peu oublié des institutions françaises. Pourtant, cet Allemand né en 1931 a été précurseur aussi bien de l’abstraction que de l’art cinétique et du land art... bien avant les Américains ! Les pièces présentées à la Galerie Perrotin ont été réalisées entre 1950 et 2016, et les plus anciennes donnent pourtant l’impression d’être totalement actuelles. Certaines peintures auraient pu être réalisées aujourd’hui par les frères Quistrebert qu’on a vus au Palais de Tokyo, les reliefs lumineux par Olafur Eliasson [bientôt exposé à Versailles], certaines sculptures par Jeppe Hein ou Carsten Höller. On reconnaît les précurseurs à leur descendance et à leur capacité à avoir tracé des directions suivies actuellement par de nombreuses stars de l’art contemporain. On croit souvent que le land art, par exemple, a été inventé par les Américains. Pourtant dès 1955-1958, Heinz Mack réalise des œuvres qui l’amorcent : il rapporte du désert des sacs entiers de sable pour façonner ses toiles. Il intervient en plein Arctique pour installer, au milieu des icebergs, une sculpture qui leur fait écho. C’est également l’un des inventeurs de l’art cinétique et un initiateur du renouveau de l’art abstrait. Yves Klein le considère à l’époque comme le plus grand artiste de sa génération.”

Heinz Mack, Lamellenrelief (1963), aluminium, bois et Plexiglas, 140 x 95 x 2 cm.

Photo : Pierre Antoine © Heinz Mack/ADAGP, Paris, 2016 Courtesy Galerie Perrotin

 

 

2. PLUS QUE DES PEINTURES, PLUS QUE DES SCULPTURES : DES RELIEFS RYTHMÉS COMME UNE PARTITION

 

“Le relief est une catégorie oubliée de l’histoire de l’art. Une “no go zone” entre sculpture et peinture. Heinz Mack en a été l’un des grands réinventeurs. Mais ce relief n’a pas pour objet de dessiner un personnage en le rendant plus réel : il est au contraire abstrait, à l’instar de cet aluminium repoussé vers l’arrière comme en joaillerie. Une forme surgit vers nous alors que l’on s’enfonce en elle. Ce travail autour du relief permet à l’artiste de jouer avec la lumière et l’ombre, essentielle dans son travail. Bien qu’abstraite, son œuvre est truffée de références au réel. On semble reconnaître ici la mer, là le désert. Mack tente par l’abstraction de reproduire la palpitation vitale du monde. La simplicité des faits permet la complexité des effets. Dans ses monochromes, il applique – à l’aide d’outils qu’il façonne lui-même – une peinture épaississante, de manière régulière, comme pour repérer une même note sur l’ensemble de la toile. Chaque toile devient un fragment d’une partition infinie. Cela ne doit rien au hasard puisque Heinz Mack était musicien. Sa monochromie est une monotonie musicale, un ton unique déployé dans le temps… et dans l’espace. Son approche de la musique était aussi expérimentale. Lorsqu’il se mettait au piano, il délaissait le clavier et jouait directement avec les cordes à l’aide d’aimants.”

Heinz Mack, Lichtgitter-Relief (1984), acier verni, cuivre et bois, 100 x 91,5 x 41,5 cm.

Photo : Pierre Antoine © Heinz Mack/ADAGP, Paris, 2016. Courtesy Galerie Perrotin

Heinz Mack, vue de l’exposition Spectrum à la Galerie Perrotin, Paris.

 

 

 

3. DES ŒUVRES QUI NOUS RAPPELLENT QUE NOUS AVONS UN CORPS

 

“La simplicité de l’objet chez Heinz Mack suscite des effets lumineux, perceptifs et sensoriels complexes. On passe son temps à bouger, à le contourner et à l’apprivoiser. À chacun de nos mouvements, les œuvres se révèlent autrement. Mack n’a de cesse de rappeler au spectateur qu’il n’est pas un piquet avec deux yeux fixes, mais au contraire un corps en mouvement et perceptif. Dans une époque où tout est image, et où toute image se regarde de façon fixe sur un écran, Mack, à l'inverse, nous invite à bouger autour de l’objet. Il orchestre ce mouvement pour faire du spectateur un acteur de l’expérience esthétique.”

Heinz Mack dans son studio à Düsseldorf, en 1959.

Photo : Archives Heinz Mack

 

 

 

4. UNE PERSONNALITÉ FASCINANTE ET PARADOXALE

 

“Heinz Mack, c’est la carrure d’un Picasso et une sensibilité à fleur de peau. Toujours à cheval entre une virilité à l’ancienne et une féminité éthérée, Mack a été marqué par la guerre. Son père est mort du typhus dans un camp de prisonniers. Et, lorsqu’il étudiera à Düsselfdorf, ce sera dans une Allemagne ravagée : la bibliothèque ne compte que trois livres sur ses étagères… Alors, lorsqu’il créera avec d’autres le groupe ZERO en 1957, ce sera avec ce contexte très particulier en tête. Le collectif aura pour volonté profonde de repartir à zéro après avoir vu l’humanité descendre dans l’horreur absolue. Une renaissance portée par une philosophie profondément humaniste. Ce retour à zéro est aussi un retour au zéro de la création, à un cri primal de l’art.”

Vue de l’exposition Heinz Mack, Spectrum à la Galerie Perrotin, Paris du 23 avril au 4 juin.

Photo : Claire Dorn © Heinz Mack/ADAGP, Paris, 2016 Courtesy Galerie Perrotin

 

 

5. UNE EXPOSITION DIGNE D’UN GRAND MUSÉE

 

“Pour l’expositon à la Galerie Perrotin, j’ai travaillé directement avec Heinz Mack en Allemagne. Nous avons sélectionné ensemble plus de 70 pièces qui rendent compte des grands sujets de son œuvre : la lumière, l’espace, le temps, la vibration, le rythme… Heinz Mack est un artiste prolifique, mais j’ai voulu me concentrer sur les oeuvres les plus emblématiques : de ce dessin réalisé en 1950 jamais montré jusqu’ici, jusqu’à des pièces prêtées par des musées ou des collectionneurs. Certains tableaux – je pense notamment aux tableaux en résine noire de 1957-1959 – peuvent atteindre un million d’euros.”

 

Heinz Mack, Spectrum, exposition conçue par Matthieu Poirier, Galerie Perrotin, 76, rue de Turenne, Paris IIIe. Jusqu’au 4 juin.

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.