951

La chronique sulfureuse de Hollywood par le cinéaste Kenneth Anger

 

Le réalisateur culte, expérimental et underground est aussi un brillant écrivain. Avec son ouvrage “Retour à Babylone”, il dévoile les meilleurs ragots du vieil Hollywood. Revue de cinq rumeurs vénéneuses.

Le réalisateur culte, expérimental et underground qui a influencé Scorsese, Lynch et John Waters est aussi un brillant écrivain. Après son sulfureux Hollywood Babylone publié en 2013 en France, qui dévoilait les meilleurs ragots du vieil Hollywood, les éditions Tristram sortent son deuxième tome, Retour à Babylone, encore plus sulfureux. On en a retenu cinq rumeurs vénéneuses qui déconstruisent le mythe pailleté de la machine à rêve pour révéler l’enfer du décor.

La face cachée du grand séducteur James Dean

 

D’après Kenneth Anger, sur le tournage de La Fureur de vivre, le sex-symbol avait chopé des morpions. Entre les scènes, il ne cessait de se gratter l’entrejambe jusqu’à ce que le réalisateur, Nicholas Ray, l’emmène à la pharmacie chercher de l’“insecticide”. À cette époque, le beau Jimmy fréquentait Le Club, un bar cuir d’East Hollywood, en quête de sexe anonyme. Il y découvrit les plaisirs du bondage et des coups de ceinture. Au club, on le surnommait “le cendrier humain” car lorsqu’il était défoncé, il se mettait torse nu et suppliait ses maîtres d’écraser leurs mégots sur lui. On apprend aussi comment Dean réussit à se faire réformer de l’armée en racontant qu’il était gay. Quand l’actrice et chroniqueuse Hedda Hopper lui demanda comment il avait fait, il lui répondit : “J’ai embrassé le toubib.” On apprend également qu’au début de sa carrière, sans le sou, il vécut chez un vieux producteur de télévision qui l’entretenait.

Alfred Hitchcock était un voyeur (et un psychopathe)

 

L’un des plus grands réalisateurs de tous les temps n’aimait pas seulement effrayer le spectateur, il aimait aussi espionner les femmes, voire les maltraiter. Atteint de scopophilie (la satisfaction du désir sexuel par le regard) il regardait, muni d’un télescope, les actrices se déshabiller dans d’autres maisons, notamment la sublime Grace Kelly, qu’il fit tourner. Il harcela ensuite sexuellement une autre blonde typique de son univers, Tippi Hedren, à qui il vouait un culte malsain (il possédait notamment chez lui une réplique de son visage). Comme cette dernière refusa sans cesse ses avances, il se vengea à l’écran. Il exigea notamment, par volonté de “réalisme”, que de vrais volatiles s’attaquent à elle sur le tournage des Oiseaux. Elle faillit perdre un œil et fit une dépression nerveuse chronique après l’affaire.

La vie tragique de Jean Seberg

 

Quand l’héroïne du film à la modernité folle À bout de souffle arriva aux États-Unis dans les années 60, elle se lia d’amitié avec les Black Panthers et se radicalisa politiquement. Pour la discréditer, le FBI fit circuler des documents prétendant qu’elle avait été mise enceinte par l’un des membres du mouvement contestataire. Son mari de l’époque, Romain Gary, déclara que le FBI était, par cette intimidation, le premier responsable de la mort prématurée de son épouse, dont le corps fut retrouvé des années plus tard, nu dans une couverture, à l’arrière d’une voiture. La cause de sa mort ? Une overdose de barbituriques. D’après Anger, pendant les derniers jours de sa vie la comédienne avait sombré dans la paranoïa. Elle avait l’impression que même son Frigidaire la menaçait. À bout de souffle, vraiment…

Liz Taylor sortait les poubelles pour aller mieux

 

Au début des années 80, l’actrice aux yeux violets effectua un séjour dans un centre de désintoxication, le Betty Ford Center, pour soigner son addiction aux médicaments et à l’alcool, qui durait depuis vingt-cinq ans. Elle a raconté y avoir passé la plupart de son temps à sortir les poubelles et à laver la terrasse au jet d’eau, deux tâches qui l’auraient grandement aidée à guérir. Celle qui interpréta brillamment l’illustre Cléopâtre y affronta également la solitude pour la première fois de sa vie. Ce qui n’a pas dû être facile pour cette grande amoureuse (et pas que des bijoux) devant l’Éternel.

Marilyn Monroe a été traumatisée par son séjour en hôpital psy

 

Elle disait qu’elle allait finir par devenir vraiment folle à force d’être enfermée “avec des dingos”. Anger évoque également le séjour en clinique de Gene Tierney. Alors qu’elle jouait un spectacle, la sublime actrice brune avait été embrassée par une “fan” qui avait la rubéole et qui avait quitté son lit spécialement pour aller la voir. Gene Tierney était enceinte. À cause de ce baiser, elle a attrapé la rubéole et sa fille est née aveugle et handicapée. À la suite de cette affaire, elle sombra dans une profonde dépression nerveuse (on peut le comprendre) et tenta de mettre fin à ses jours. Internée dans un hôpital psychiatrique, elle y subit même des électrochocs.

 

Retour à Babylone (éditions Tristram) livre de 320 pages illustrées, en librairie le jeudi 28 avril.

 

Par Violaine Schütz

“The Marvelous Mrs. Maisel”, la série comique qui a tout rafflé aux Emmys
896

“The Marvelous Mrs. Maisel”, la série comique qui a tout rafflé aux Emmys

Culture Sacrée meilleure série comique 2018, “The Marvelous Mrs Maisel” a remporté cinq statuettes à la 70e cérémonie des Emmy Awards, qui récompense les meilleures séries américaines. Focus sur le triomphe de ce projet produit par Amazon.   Sacrée meilleure série comique 2018, “The Marvelous Mrs Maisel” a remporté cinq statuettes à la 70e cérémonie des Emmy Awards, qui récompense les meilleures séries américaines. Focus sur le triomphe de ce projet produit par Amazon.  

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

La rappeuse Brooke Candy réalise un film porno, entre papillons, orgasmes et transexuels
676

La rappeuse Brooke Candy réalise un film porno, entre papillons, orgasmes et transexuels

Culture L'ancienne strip-teaseuse reconvertie rappeuse trash, Brooke Candy, change à nouveau de poste. Dix jours après la sortie du tonitruant “My Sex”, l'artiste néoféministe dévoile “I Love You”, un court-métrage pornographique queer avant-gardiste réalisé par ses soins. L'ancienne strip-teaseuse reconvertie rappeuse trash, Brooke Candy, change à nouveau de poste. Dix jours après la sortie du tonitruant “My Sex”, l'artiste néoféministe dévoile “I Love You”, un court-métrage pornographique queer avant-gardiste réalisé par ses soins.

Loewe marie mode et grands classiques de la littérature avec Steven Meisel
529

Loewe marie mode et grands classiques de la littérature avec Steven Meisel

Culture Madame Bovary, Le Portrait de Dorian Gray, Don Quichotte , Dracula… Loewe réédite une série d'ouvrages littéraires classiques, dont les couvertures sont signées du photographe américain Steven Meisel. Madame Bovary, Le Portrait de Dorian Gray, Don Quichotte , Dracula… Loewe réédite une série d'ouvrages littéraires classiques, dont les couvertures sont signées du photographe américain Steven Meisel.

Qui était Lindsay Kemp, le danseur-mime mentor de David Bowie et Kate Bush ?
684

Qui était Lindsay Kemp, le danseur-mime mentor de David Bowie et Kate Bush ?

Culture Mentor de David Bowie et de Kate Bush dans les années 70, Lindsay Kemp s’est éteint dans la nuit du 25 août. Numéro revient sur le parcours du Britannique, icône de la danse et du mime populaire. Mentor de David Bowie et de Kate Bush dans les années 70, Lindsay Kemp s’est éteint dans la nuit du 25 août. Numéro revient sur le parcours du Britannique, icône de la danse et du mime populaire.