Découvrez 5 pièces design inspirées par l’ocean

Matière fascinante toujours en mouvement, surface changeante dans son relief comme dans ses couleurs, la mer n’en finit pas d’inspirer les designers. Petite sélection des pièces les plus spectaculaires repérées au salon Nomad de Monaco. 

Par Oscar Duboÿ

  • “The Abyss Horizon”, table basse en bois, acrylique et verre édition limitée à 12 exemplaires, design de Christopher Duffy, Sarah Myerscough Gallery.
    1/5
  • “Yves Kiln”, sculpture en céramique émaillée, édition limitée à 12 exemplaires, création d’Anton Alvarez, Carwan Gallery.
    2/5
  • “Piacunna Anima Maris”, sculpture en albâtre et coquillages de Capiz, pièce unique, création de Rowan Mersh et Bob Lorimer, Gallery Fumi.
    3/5
  • “Pocket Ocean”, sculpture en faïence, design de Mathieu Lehanneur.
    4/5
  • “Soap”, table en résine et verre, design de Sabine Marcelis, Etage Projects.
    5/5
1/5

Au mois d’avril, la Monaco Art Week a une nouvelle fois comblé les amateurs de pièces rares. La deuxième édition du salon Nomad, avec le soutien actif de la Société des Bains de Mer, présentait notamment une très belle sélection, réunissant du design de collection mais aussi quelques pépites d’art contemporain, comme chez Massimo De Carlo et Almine Rech. L’exposition était installée à La Vigie, une magnifique villa perchée sur les rochers. Non contente d’apparaître derrière les fenêtres, la mer s’infiltrait aussi sur les stands, inspirant des pièces d’exception.

 

La table basse Abyss Horizon, imaginée par Christopher Duffy, mimait ainsi les flots agités, empilant de fines plaques de verre en dégradés de bleus, sur l’espace de la Sarah Myerscough Gallery. Un peu plus loin, les céramiques de Mathieu Lehanneur (créées à partir de photos par satellite de la Terre), tels des petits morceaux figés de mer, proposaient une cartographie artistique des océans et de leurs nuances chromatiques. 

 

Sur un mode encore plus expérimental, Anton Alvarez traitait l’idée de fluidité avec un jeu sur la matière, semblant passer de l’état solide à l’état liquide. Elle s’illustrait dans ses sculptures Yves Kiln, en céramique bleu Klein, présentées à la Carwan Gallery.

 

Tout aussi impressionnante, la sculpture Placuna Anima Maris cosignée de Rowan Mersh et Bob Lorimer présentait une nouvelle déclinaison de l’emploi de coquillages cher au premier, qui avait fait sensation au PAD London 2016 grâce à une belle dentelle en lamelles de turritelle (un mollusque marin) sur le stand de la Gallery Fumi. Ces pièces d’une rare virtuosité sont déjà très collectionnées, comme les résines opaques dont Sabine Marcelis s’est fait une spécialité. Trônant au centre du stand d’Etage Projects, sa table Soap, dont l’apparence évoque la texture sensuelle d’un savon sorti de l’eau, a obtenu un franc succès