91

Avec “Ornementation Brutaliste”, le designer Mathias Kiss illumine la NextLevel Galerie

 

Le designer Mathias Kiss confirme avec son exposition “Ornementation Brutaliste”, du 30 mai au 18 juillet, sa maîtrise virtuose de l'or dans des installations éblouissantes. Rencontre.

Alliant un savoir-faire artisanal – issu de quinze ans au sein des compagnons – et une passion pour l'expérimentation contemporaine, le designer français Mathias Kiss propose des installations iconoclastes époustouflantes. Au point que sa nouvelle exposition à la galerie NextLevel, à Paris, s'est imposée comme l'évènement design du week-end dernier. Rencontre avec un créateur déjà incontournable.

Numéro : Une sculpture en or impressionnante, attachée au plafond comme une stalagmite, accueille le spectateur de votre exposition. De quoi s'agit-il ?

 

Mathias Kiss : La pièce principale de l'exposition est en réalité une corniche que j'ai souhaité décrocher de son cadre traditionnel. Habituellement, cet élément architectural est en périphérie de la pièce, il suit le mur… J'ai voulu le sortir de ce carcan pour l'installer au milieu de la pièce. La corniche devient sculpture. Plissée, ramassée sur elle-même, elle semble dégouliner du mur. On retrouve dans cette pièce l'essence de mon travail : partir d'un élément classique et lui rendre sa liberté. Ce qui correspond à mon parcours personnel. J'ai commencé chez les Compagnons du Devoir, où quinze ans de chantiers sur les monuments historiques m'ont nourri… mais aussi incité aujourd'hui à me libérer de cet académisme. La corniche ne s'efface pas, elle est massive, phallique, assumée. La corniche haussmannienne correspondait à un mode de vie d'il y a plusieurs siècles.  Je ne veux pas tirer un trait sur ce passé, mais l'adapter à notre culture contemporaine. Soulages s'emparait de la peinture à l'huile, la même que celles des peintres de la Renaissance, pour en faire des monochromes. J'ai la même ambition : m'emparer d'un vocabulaire et d'une matière classique pour inventer autre chose.

 

Vous proposez votre version très personnelle du monochrome, en or, comme une porte gigantesque vers le soleil. En quoi l'or est-il un matériau intéressant ?

 

Mathias Kiss : Ce monochrome de presque deux mètres est un rideau d'or, un bain de lumière dans une pièce. Comme un rayon de soleil. Je l'ai conçu telle une porte. C'est un tableau vivant qui évoluera au gré de la lumière du jour, du matin et du soir. J'y vois aussi un miroir brouillé – une fenêtre aveugle – dans lequel nous ne nous voyons jamais totalement. Nous percevons notre silhouette mais jamais tous les détails. Cette abstraction du reflet est fascinante et invite, j'espère, à la rêverie mais aussi à la réflexion. L'or, c'est la lumière, c'est la vie. Ce n'est pas uniquement l'opulence ou le doré un peu kitsch et passéiste. L'or permet aussi d'engager une réflexion sur le pouvoir, celui de la séduction des femmes à l'aide d'accessoires et de bijoux, celui des hommes qui se sont battus depuis toujours pour le posséder.  

Numéro : Quelles sont les autres pièces présentées ?

 

Mathias Kiss : 24 panneaux au format A4 en or, constitués de 24 ors différents. De l'or rose à l'or champagne en passant par l'or Versailles ou l'or Régence… c'est en les présentant les uns à côté des autres que l'on en perçoit toutes les subtilités. L'or n'est pas une couleur, mais une multitude de variations et de nuances. L'or est loin d'être figé, certaines teintes évolueront avec le temps... Vous trouverez également dans l'exposition l'idée du cadre. Un cadre, normalement, ça cadre, c'est au second plan. Avec moi, il se libère de cet académisme, il passe du second au premier plan pour devenir sujet.

Numéro : "Se libérer des académismes", est-ce également ainsi que l'on doit comprendre votre titre d'exposition Ornementation Brutaliste ?

 

Mathias Kiss : Ces deux mouvements ont souvent été opposés et caricaturés. D'un côté, l'ornementation qui serait figée dans au XVIIIe siècle, avec la figure de l'artisan posant sa feuille d'or et le motif de la feuille d'acanthe. De l'autre, le brutalisme issu du modernisme avec ses angles et ses lignes droites, son minimalisme et son rigorisme. J'essaie d'en proposer, dans les deux cas, une approche libérée et contemporaine.

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

 

Ornementation Brutaliste à la NextLevel Galerie de Paris, jusqu'au 18 juillet, 8 rue Charlot, 75003 Paris. www.mathiaskiss.com

Photos © David Zagdoun

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami
789

“Comme Warhol, on m'a accusé de détourner la culture populaire.” Rencontre avec Takashi Murakami

Art Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre. Après avoir fait sensation avec ses œuvres inspirées par l’univers du manga et par la pop culture japonaise, Takashi Murakami fit figure de pionnier en collaborant avec la mode. Il poursuit aujourd’hui cette démarche iconoclaste en cosignant des expositions avec le créateur Virgil Abloh. Rencontre.

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul
803

La 3e Scène de l'Opéra de Paris accueille l'univers mystérieux d’Apichatpong Weerasethakul

Culture Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise. Le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, Palme d’Or au Festival de Cannes en 2010, est le nouvel invité de la 3e Scène de l’Opéra de Paris. Dès le 3 octobre, il présentera “Blue”, son nouveau court-métrage tourné pendant douze nuits en plein cœur de la forêt thaïlandaise.

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes
812

“NSFW Female Gaze” ou l’érotisme selon les femmes

Art Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...   Le musée du sexe de New York accueille, jusqu’au 14 octobre, “NSFW Female Gaze”, une exposition qui invite les femmes à explorer les notions de genre, de sexualité et de fantasme...  

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”
854

Gucci annonce l’exposition de Maurizio Cattelan sur son nouvel “art wall”

Art À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement. À l’occasion de la nouvelle exposition du Yuz Museum de Shanghai, The Artist is present, dont Maurizio Cattelan est le commissaire, Gucci dévoile son nouvel “art wall” et promeut l’événement.

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?
745

À quoi ressemble le V&A de Dundee, premier musée consacré au design en Écosse ?

Design La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma. La ville de Dundee, au nord-est de l’Écosse, accueille la nouvelle antenne du Victoria & Albert Museum (Londres) qui ouvrira ses portes le 15 septembre prochain. Une œuvre néo-brutaliste imaginée par l’architecte japonais Kengo Kuma.

Les régions, nouveaux eldorados des musées
885

Les régions, nouveaux eldorados des musées

Art Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.         Le 15 septembre prochain, le V&A Dundee, une antenne du Victoria and Albert Museum, ouvre ses portes en Écosse. Si en 2017 la Tate Liverpool a drainé près de 650 000 visiteurs, depuis plus d‘une dizaine d’années, on assiste à une délocalisation territoriale des grands établissements nationaux de part et d’autre de la Manche.