Dior Croisière 2019 : ambiance mexicaine au château de Chantilly

Vendredi 25 mai, la maison Dior présentait sa collection Croisière 2019 au château de Chantilly. Pour cette nouvelle collection, Maria Grazia Chiuri s'est inspirée des cavalières mexicaines traditionnelles appelées “escaramuzas”. Chapeaux de paille signés Stephen Jones, robes et jupes plisées ou à volants multiples, larges ceintures de cuir ou encore cabas en toile de Jouy peuplée d'animaux exotiques composent le vestiaire de cette rodeo girl des temps modernes.

Par Henri Delebarre

  • 1/92
  • 2/92
  • 3/92
  • 4/92
  • 5/92
  • 6/92
  • 7/92
  • 8/92
  • 9/92
  • 10/92
  • 11/92
  • 12/92
  • 13/92
  • 14/92
  • 15/92
  • 16/92
  • 17/92
  • 18/92
  • 19/92
  • 20/92
  • 21/92
  • 22/92
  • 23/92
  • 24/92
  • 25/92
  • 26/92
  • 27/92
  • 28/92
  • 29/92
  • 30/92
  • 31/92
  • 32/92
  • 33/92
  • 34/92
  • 35/92
  • 36/92
  • 37/92
  • 38/92
  • 39/92
  • 40/92
  • 41/92
  • 42/92
  • 43/92
  • 44/92
  • 45/92
  • 46/92
  • 47/92
  • 48/92
  • 49/92
  • 50/92
  • 51/92
  • 52/92
  • 53/92
  • 54/92
  • 55/92
  • 56/92
  • 57/92
  • 58/92
  • 59/92
  • 60/92
  • 61/92
  • 62/92
  • 63/92
  • 64/92
  • 65/92
  • 66/92
  • 67/92
  • 68/92
  • 69/92
  • 70/92
  • 71/92
  • 72/92
  • 73/92
  • 74/92
  • 75/92
  • 76/92
  • 77/92
  • 78/92
  • 79/92
  • 80/92
  • 81/92
  • 82/92
  • Photo : Estelle Hanania
    83/92
  • Photo : Adrien Dirand
    84/92
  • Photo : Adrien Dirand
    85/92
  • Photo : Adrien Dirand
    86/92
  • Photo : Adrien Dirand
    87/92
  • Photo : Adrien Dirand
    88/92
  • Photo : Adrien Dirand
    89/92
  • Photo : Adrien Dirand
    90/92
  • Photo : Adrien Dirand
    91/92
  • Photo : Adrien Dirand
    92/92
1/92

Après Los Angeles l’année dernière, c’est autour d’un manège installé aux Grandes Ecuries du Château de Chantilly que Maria Grazia Chiuri a choisi de présenter sa collection Dior Croisière 2019. Dévoilées sous une pluie battante, les 82 silhouettes de cette collection intitulée Diorodeo s’inspirent de l’univers équestre des escaramuzas, ces rodéos girls mexicaines qui pratiquent la charreria, un jeu sportif traditionnel composé d’une série d’épreuves. Orchestrée par la torera française Marie Sara, un spectacle équestre animé par 8 de ces cavalières a accompagné le défilé.

 

Au milieu d’une profusion de robes et de longs jupons plissés ou à volants, en tulle ou en dentelle, des silhouettes plus masculines composées (chemise en popeline blanche, fine cravate noire ou pantalons) viennent compléter ce vestiaire destinée à une femme libre et indépendante, célébrée par Maria Grazia Chiuri depuis son arrivée chez Dior. Marquée par de larges ceintures en cuir noir, la taille est également soulignée par l’iconique veste Bar  revisitée dans une toile de coton beige. Aux pieds, cette amazone moderne porte des bottines à lacets en caoutchouc tandis que sur sa tête, un chapeau de paille lui confère une allure de cow-boy. Peuplée de tigres et de serpents, la toile de Jouy est omniprésente. Dans ce classique de la confection française revisité, Maria Grazia Chiuri taille manteaux, shorts et cabas estampillés Christian Dior. Première femme à dessiner les collections féminines de la maison Dior, elle livre avec son deuxième défilé Croisière l'une de ses plus belle collection.