134

Interview exclusive d'Olivier Rousteing après son tout premier défilé homme pour Balmain

 

Rencontre avec Olivier Rousteing, directeur artistique de Balmain, qui, pour la première fois, adopte le format défilé pour présenter sa collection homme printemps-été 2016.

Numéro : Vous avez présenté samedi votre tout premier défilé masculin. Pourquoi avoir opté pour ce nouveau format ?

 

Olivier Rousteing : J’ai été nommé à la direction artistique de la maison il y a quatre ans, et je pense qu’aujourd’hui, la ligne masculine de Balmain mérite d’avoir une vraie place dans la Fashion Week. La marque connaît une expansion commerciale réelle. Les ouvertures de boutiques et de points de vente se sont considérablement accélérées. L’univers, le style Balmain sont désormais bien connus, et le format du défilé permet d’affirmer ma vision : la musique, le casting composent un univers cohérent qui permet de faire comprendre qui je suis, ce qu’est Balmain aujourd’hui et ce que la marque sera demain. La ligne masculine représente 40 % de notre chiffre d’affaires, mais je voulais vraiment mêler des silhouettes féminines à ce défilé, car il est important de montrer qu’il existe une connexion entre l’homme et la femme Balmain.

 

J’adore les réseaux sociaux, j’adore les pop stars, j’aime regarder MTV et j’adore le hip hop. Pourquoi devrais-je avoir honte de ma culture ? 

Vous avez fait allusion à une façon générationnelle de porter le vêtement (les fourches basses, les superpositions…). Est-ce votre façon de vous inscrire fortement dans votre époque, dans votre génération, qui séduit les basketteurs, les footballeurs, les pop stars très fidèles à Balmain ?

 

Olivier Rousteing :Je pense en effet être un designer qui écoute sa génération. Je n’ai pas honte de mon inscription dans la culture du présent, je n’éprouve pas le besoin de revisiter les années 70 pour me donner une légitimité. Ce qui m’intéresse, c’est d’ouvrir les yeux sans préjugé sur le monde qui nous entoure. Je me nourris de mes amitiés, des personnalités formidables que je rencontre. J’adore les réseaux sociaux, j’adore les pop stars, j’aime regarder MTV et j’adore le hip-hop. Pourquoi devrais-je avoir honte de ma culture ? Je n’ai pas l’intention d’attendre que le hip-hop soit reconnu comme une culture valable – ce qui arrivera probablement dans une vingtaine d’années – pour l’incorporer dans mes influences. Il est vrai que le milieu de la mode a encore tendance à considérer le hip-hop comme un mouvement vulgaire, sans opérer aucune distinction parmi ses acteurs. Je pense que la vulgarité est ailleurs. Porter une casquette ou un pantalon un peu baggy n’a rien de vulgaire.

Dans vos collections masculines, vous proposez des matières très travaillées, des pièces très décorées, qui peuvent paraître audacieuses au regard de la définition traditionnelle du masculin.

 

Olivier Rousteing : Mes clients masculins aiment la richesse extraordinaire des pièces féminines, et souhaitent retrouver dans leur garde-robe le même degré d’élaboration. D’autre part, il est important pour moi d’exprimer l’aspect haute couture de nos créations. Balmain est une maison parisienne, et, sur la scène mondiale, Paris fait toujours office de plateforme d’expérimentation et de recherche.

 

L’homme Balmain que j’imagine chaque saison est un champion.

Vous proposez pour l’été 2016 une collection quasi-monochrome, du sable au brun. Cette palette est assez nouvelle pour la maison.

 

Olivier Rousteing : Il était important pour moi de surprendre. On m’attend toujours sur des roses, des verts électriques, je voulais montrer que je peux travailler aussi du beige. Je me pousse toujours plus loin, en tant que designer, et j’aime challenger la presse, montrer qu’on ne saurait me résumer à un style. C’est pourquoi j’ai travaillé une palette monochrome.

 

Dans votre public figuraient aujourd’hui des footballeurs et des basketteurs. Vous êtes l’un des rares créateurs capables de séduire ces sportifs, qui aiment vos propositions de mode, comme le prouve leur enthousiasme après le défilé, en backstage. Qu’est-ce qui explique à vos yeux cette connexion, que l’on sent sincère ?

 

Olivier Rousteing : Je suis très fier que Balmain parle à ces hommes dotés d’une forte confiance en eux. Le basketteur Russell Westbrook, les footballeurs Paul Pogba et Karim Benzema, le manager de Justin Bieber, ont défié la vie pour écrire leur propre parcours, avec force et détermination. Ces hommes ont livré des batailles, ils n’ont  rien lâché, ils veulent être des champions, et je crois que c’est ce qu’ils aiment aujourd’hui dans les collections masculines de Balmain : l’homme Balmain que j’imagine chaque saison est un champion. 

 

Propos recueillis par Delphine Roche

Le défilé Emporio Armani printemps-été 2019
768

Le défilé Emporio Armani printemps-été 2019

Fashion Week Pour la présentation de sa collection “Boarding” printemps-été 2019, Emporio Armani a orchestré un véritable show dans le sein même d'un immense hangar de l'aéroport Linate de Milan, suivi d’un concert de Robbie Williams. Le label italien a dévoilé des pièces tantôt urbaines et sportswear tantôt plus habillées, déclinées dans des coloris sobres qui ont fait le succès de la maison (noir, blanc, gris, écru) puis dans des coloris plus pop (rose, vert pomme, bleu électrique), et alternant les matières satinées, imperméables, nylon, cuir ou encore brodées de sequins. Un véritable condensé du style Armani depuis ses débuts. Pour la présentation de sa collection “Boarding” printemps-été 2019, Emporio Armani a orchestré un véritable show dans le sein même d'un immense hangar de l'aéroport Linate de Milan, suivi d’un concert de Robbie Williams. Le label italien a dévoilé des pièces tantôt urbaines et sportswear tantôt plus habillées, déclinées dans des coloris sobres qui ont fait le succès de la maison (noir, blanc, gris, écru) puis dans des coloris plus pop (rose, vert pomme, bleu électrique), et alternant les matières satinées, imperméables, nylon, cuir ou encore brodées de sequins. Un véritable condensé du style Armani depuis ses débuts.

Le défilé Prada printemps-été 2019
1

Le défilé Prada printemps-été 2019

Fashion Week Allure sixtie's et bourgeoise faussement sage enrichie de détails techno-psyché, la collection Prada printemps-été 2019 confirme l'incroyable capacité de Miuccia Prada à proposer des collections complexes mais séduisantes.  Allure sixtie's et bourgeoise faussement sage enrichie de détails techno-psyché, la collection Prada printemps-été 2019 confirme l'incroyable capacité de Miuccia Prada à proposer des collections complexes mais séduisantes. 

Le défilé Moschino femme printemps-été 2019
481

Le défilé Moschino femme printemps-été 2019

Fashion Week Pour la collection femme printemps-été 2019 du label Moschino, le directeur artistique Jeremy Scott a présenté des robes et tailleurs façon work in progress sur le thème de la couture, impliquant des couleurs primaires et des motifs excentriques qui rappelent les croquis des designers lorsqu'ils dessinent leurs collections.   Pour la collection femme printemps-été 2019 du label Moschino, le directeur artistique Jeremy Scott a présenté des robes et tailleurs façon work in progress sur le thème de la couture, impliquant des couleurs primaires et des motifs excentriques qui rappelent les croquis des designers lorsqu'ils dessinent leurs collections.  

Le défilé Max Mara printemps-été 2019
123

Le défilé Max Mara printemps-été 2019

Fashion Week De saison en saison, Max Mara a fait de l'élégance à l'italienne et l'intemporalité sa marque de fabrique. La collection part du manteau camel, agrémenté cette saison d'une discrète rangée de volants sur les manches, suivi de silhouettes classiques dont les drapés glamour rappellent l'Antiquité . Décliné par la suite en looks monochromes, greige, jaune, kiki, gris, quelques looks à pois et pour finir bleu nuit.  De saison en saison, Max Mara a fait de l'élégance à l'italienne et l'intemporalité sa marque de fabrique. La collection part du manteau camel, agrémenté cette saison d'une discrète rangée de volants sur les manches, suivi de silhouettes classiques dont les drapés glamour rappellent l'Antiquité . Décliné par la suite en looks monochromes, greige, jaune, kiki, gris, quelques looks à pois et pour finir bleu nuit. 

Moncler dévoile son nouveau projet “The Next Chapter”
123

Moncler dévoile son nouveau projet “The Next Chapter”

Fashion Week Après son projet Moncler Genius dévoilé en février dernier et qui a invité huit personnalités créatives de la mode à s'approprier l'univers Moncler, le label italien dévoile une collection annuelle.  Après son projet Moncler Genius dévoilé en février dernier et qui a invité huit personnalités créatives de la mode à s'approprier l'univers Moncler, le label italien dévoile une collection annuelle. 

Le défilé Alberta Ferretti printemps-été 2019
1

Le défilé Alberta Ferretti printemps-été 2019

Fashion Week Couleurs pastels et silhouettes aériennes, la collection printemps-été 2019 d'Alberta Ferretti convoque douceur et innocence. Couleurs pastels et silhouettes aériennes, la collection printemps-été 2019 d'Alberta Ferretti convoque douceur et innocence.