565

Les nouveaux bars à cocktails parisiens à ne pas manquer

 

Des ambiances d’apothicaire du Botaniste au Shangri-La, aux accords de bière, de rock et de jazz du Fou, en passant par les cocktails de gin du nouveau Bluebird, l’actualité des bars parisiens du mois.

Le bar Botaniste du Shangri-La hotel. Photo : Skiss

 

 

Le Botaniste au Shangri-La

 

Plutôt discret jusqu’alors, le bar du palace parisien ajoute à son décor napoléonien l’esprit apothicaire en s’inspirant de son ancien et illustre locataire, le prince Roland Bonaparte, féru de botanique et qui avait réussi ici-même l’exploit de créer le plus grand herbier privé du monde. Entre flacons et bocaux où infusent plantes médicinales, graines et herbes par dizaines, l’équipe de barmen emmenée par Arnaud Thirel, ressort des oubliettes les alcools français d’antan – génépi, absinthe, chartreuse – pour concocter une carte de cocktails spectaculaire. Aux 23 variétés de gins, le Botaniste sert, parmi les meilleurs, un Bumble Bee à base de cognac, de miel, de lavande et de fève tonka auréolé d’une fine gaufrette reprenant les alvéoles d’une ruche, tout simplement épatant.

 

10, avenue d’Iéna, Paris XVIe. Ouvert de 18 heures à 2 heures, www.shangri-la.com

 

 

Le Bluebird à Charonne

 

C’est à l’un des poèmes du romancier d’origine allemande, fantasque, provocateur et génial, Charles Bukowski, que le Bluebird emprunte le nom. Inspirant l’équipée de Liquid Corp, à l’origine des bars et des restaurants du Moonshiner ou du Dirty Dick à Pigalle, ce bar du quartier Charonne s’offre un décor fifties aux inspirations Mad Men, où airs de bossa-nova, de jazz d’Ella Fitzgerald et de musiques de crooner à la Sinatra font l’ambiance. Derrière le comptoir, les trois barmen cravatés et tatoués s’intéressent au gin, décliné ici en une trentaine de variétés, shakent les grands classiques classés ici par ordre de création – du Tom Collins (1884) en passant par le Classique Martini (1890) –, twistent quelques recettes fameuses au mezcal, rhum et whisky, et ajoutent leur série de low alcool drinks. Point d’orgue : son fumoir à l’aquarium fluorescent où l’on peut s’échapper dans les émanations d’alcool et de cigare.

 

12, rue Saint-Bernard, Paris XIe. Ouvert de 18 heures à 2 heures.

 

 

Le Fou à Sentier

 

Le décor du Fou a des airs de Vienne, de Berlin et de Prague. L’ancienne Conserverie entièrement revue et corrigée par John Whelan – à qui l’on doit le Pompon et le Faust –, s’ouvre désormais sur un bar aux larges comptoirs, esprit american bar avec banquettes-box au choix, décor boisé et effets marbrés en trompe-l’œil, et où barmen en costard blanc et cravate noire servent piscines de crémant, spritz et bonne bière allemande. Jouant la carte blues et jazzy au premier, le piano Zimmermann des années 70 donne lieu à quelques mélodies improvisées, Le Fou propose au sous-sol un club live, les Fous furieux, dédié aux sons rock, jazz, funk, où s’extasier et swinguer jusque tard dans la nuit.

 

37 bis, rue du Sentier, Paris IIe. Ouvert de 19 heures à 2 heures. 

 

 

Le Monkey à Pigalle

 

Elles s’appellent Natacha, Penelope, Doris ou Anastasia. Clin d’œil au passé coquin de l’établissement – l’ancienne Petite Taverne, à la fois bar à hôtesses et repaire de gangsters où un certain Jacques Mesrine avait ses habitudes –, le Monkey associe aux noms de ses anciennes demoiselles de charme des recettes de cocktails sorties de l’imagination de ses nouveaux propriétaires, Antony Faotto et David Janaud. Avec ses banquettes gaufrées bleues et dorées, son comptoir en granit, laiton et miroirs piqués et ses fresques d’origine, le Monkey fait salon de nuit chic, et nous change des bars à soif de Pigalle. Bien vue, la carte sert caviar sur vodka frappée, pizzettas italiennes et Croq’Monkey à base de crème de truffe, de jambon blanc de Paris et de comté affiné (24 mois).

 

53, rue Jean-Baptiste-Pigalle, Paris IXe. Ouvert du mardi au samedi de 18 heures à 2 heures, www.monkeypigalle.com

 

 

Par Alexis Chenu

Bouillon Julien et La Lorraine, deux bistros parisiens à redécouvrir
878

Bouillon Julien et La Lorraine, deux bistros parisiens à redécouvrir

Food Tandis que la cuisine de bistro opère un retour remarqué sur la scène gastronomique parisienne, deux adresses historiques s'offrent un second souffle. Tandis que la cuisine de bistro opère un retour remarqué sur la scène gastronomique parisienne, deux adresses historiques s'offrent un second souffle.

L'Officine Universelle Buly rue de Saintonge, l'endroit insolite du Marais à découvrir absolument
23

L'Officine Universelle Buly rue de Saintonge, l'endroit insolite du Marais à découvrir absolument

Lifestyle Une parfumerie et officine, un café, un atelier de fleurs séchées et une galerie dans une verrière, L'Officine Universelle Buly de la rue Saintonge, l'adresse du Marais à découvrir absolument. Une parfumerie et officine, un café, un atelier de fleurs séchées et une galerie dans une verrière, L'Officine Universelle Buly de la rue Saintonge, l'adresse du Marais à découvrir absolument.

Ce qu’il faut savoir sur La Mamounia, le palace mythique de Marrakech
978

Ce qu’il faut savoir sur La Mamounia, le palace mythique de Marrakech

Lifestyle Comme Yves Saint Laurent à son époque, qui venait souvent y déjeuner ou boire le thé, les aficionados du lifestyle ne jurent que par La Mamounia, le palace mythique né dans les années 20, qui a accueilli toutes les stars hollywoodiennes des années 50. Comme Yves Saint Laurent à son époque, qui venait souvent y déjeuner ou boire le thé, les aficionados du lifestyle ne jurent que par La Mamounia, le palace mythique né dans les années 20, qui a accueilli toutes les stars hollywoodiennes des années 50.

7 adresses pour découvrir Florence le temps d’un week-end
101

7 adresses pour découvrir Florence le temps d’un week-end

Voyage Le créateur italien Ermanno Scervino qui a fait de Florence le siège de sa maison de couture nous fait découvrir ses adresses favorites au sein de la capitale toscane et aux creux des collines qui la bordent. Le créateur italien Ermanno Scervino qui a fait de Florence le siège de sa maison de couture nous fait découvrir ses adresses favorites au sein de la capitale toscane et aux creux des collines qui la bordent.

L’objet du jour : le plaid de Jessica Ogden pour A.P.C.
856

L’objet du jour : le plaid de Jessica Ogden pour A.P.C.

Mode A.P.C. vient de dévoiler sa nouvelle collection de plaids en patchwork et de coussins réalisée par la créatrice Jessica Ogden à partir des chutes de tissus inutilisées du label. Parmi eux, ce modèle dans les tons rouges, bleus et marrons. A.P.C. vient de dévoiler sa nouvelle collection de plaids en patchwork et de coussins réalisée par la créatrice Jessica Ogden à partir des chutes de tissus inutilisées du label. Parmi eux, ce modèle dans les tons rouges, bleus et marrons.

 L’hôtel Standard, le luxe dans toute sa singularité
862

L’hôtel Standard, le luxe dans toute sa singularité

Lifestyle Fondés par le propriétaire du Château Marmont, les hôtels Standard jouent le paradoxe en refusant, à l'opposé de leur nom, toute idée d'uniformité. Restaurant étoilé, spa et décoration personnalisée de rigueur sur chaque site, ils proposent leur vision du luxe, sur des standards très élevés. Fondés par le propriétaire du Château Marmont, les hôtels Standard jouent le paradoxe en refusant, à l'opposé de leur nom, toute idée d'uniformité. Restaurant étoilé, spa et décoration personnalisée de rigueur sur chaque site, ils proposent leur vision du luxe, sur des standards très élevés.