1059

Réouverture du Ritz : visite privée du mythique palace parisien

 

Après quatre ans de travaux et un budget de 400 millions d’euros, le Ritz rouvre ses portes en catimini. La propriété du milliardaire égyptien Mohamed al-Fayed vient de révéler à ses clients son nouveau décor. Reportage.

Le Ritz restera toujours le Ritz”. Un refrain que le président du Ritz, Frank Klein, martèle depuis près de quarante ans. Depuis le début du XXe siècle, la vie du palace parisien, dont les aventures célèbres créèrent le mythe – de Marcel Proust et ses amants à Gabrielle Chanel, préférant aux appartements privés le charme d’une suite où elle demeura toute sa vie, jusqu’aux amours cachées de Lady Di –, rien ou presque n’avait changé. La fermeture annoncée en 2012 devait réveiller un palace légèrement endormi, et que ses nouveaux concurrents tentaient de faire oublier.

 

Restauré de fond en comble, le lobby ouvrant sur la galerie resplendit désormais, baigné de lumière et brillant de dorures. Le mobilier est resté le même, retapissé en bleu nuit, et un nouveau salon en dédicace à Marcel Proust fait office de salon de thé à la française où s’envoyer madeleines, boudoirs et meringues. S’ensuivent deux grandes terrasses coiffées d’un toit mobile, la première, celle du bar Vendôme, et la seconde, jardin du restaurant gastronomique l’Espadon, le terrain du chef Nicolas Sale. 

Des alcôves secrètes permettent de s’isoler sans jamais se faire remarquer.

Afin de célébrer sa spectaculaire métamorphose, le Ritz Paris a confié à Zoe Cassavetes le soin d’imaginer et de concevoir un film, Behind the Door ou la métamorphose de l’ultra luxe.

 

Imaginé intégralement par l’actrice et réalisatrice, la vidéo nous plonge dans le mystère d’un couple incarné par Ana Girardot et Andres Velencoso. Des rues de Paris, ils basculent dans un enchaînement magique d’univers loin des clichés du luxe. 

 

A l’est, côté Cambon, une seconde galerie pensée en passage parisien compile plus de 80 vitrines où s’affichent marques de mode et d’accessoires de luxe. Un choix très large où dégoter la petite robe noire d’Alexis Mabille comme les collections de Dolce & Gabbana, repartir avec un sac Jérôme Dreyfuss ou le dernier modèle de Rolex. Un concept-store dédié au voyage, aux beaux livres et aux produits dérivés Ritz complète la partie souvenirs. Spectaculaire, le Grand Jardin à la française attenant, fait l’adresse cachée à l’ombre des tilleuls taillés comme à Versailles, des alcôves secrètes permettent de s’isoler sans jamais se faire remarquer, et cinq suites créées de toutes pièces avec terrasses sur toit, viennent surplomber l’ensemble. A côté, le bar Hemingway retrouve une seconde fraîcheur, un nouveau bar à cocktails situé juste en face, bardé de miroirs et boiseries laquées agitera, lui, les nuits du Ritz.

La suite Coco Chanel s’est, elle, métamorphosée.

Si les 71 suites et 71 chambres semblent avoir conservé leur kitsch, affichant ciels de lit aux teintes dragées de rose poudré, pistache ou jaune doré, la suite Coco Chanel s’est, elle, métamorphosée, préférant les codes du noir et crème et les tissus en alcatara beige à la surcharge décorative d’avant. Dans les salles de bains, têtes de cygne en plaqué or et imitation rubis (afin de prévenir d’éventuels vols, dit-on à la direction) et boîtes à mouchoirs dorées, font l’effet bling, flattant clients du Moyen-Orient et milliardaires russes. Les téléviseurs s’incrustent dans les miroirs, les téléphones télécommandent la climatisation, les stores et la lumière, la bonne idée revenant aux vieux boîtiers historiques conservés et produisant à peu près les mêmes effets.

 

Un Ritz en somme pas si nouveau, mais dont les quelques folies des grandeurs – du tunnel creusé sous la place Vendôme permettant un accès direct à l’hôtel sans mettre un pied dehors, au premier spa Chanel et sa piscine restaurée, en passant par le club de fitness où s’acquitter d’un abonnement à 7 000 euros, jusqu’à la suite impériale à 28 000 euros la nuit, le Ritz devrait continuer à alimenter quelques fantasmes dans le monde entier.

 

Retrouvez notre enquête “Le Ritz : les dessous d’une réouveture annoncée”. 

 

 

Par Alexis Chenu

Bouillon Julien et La Lorraine, deux bistros parisiens à redécouvrir
878

Bouillon Julien et La Lorraine, deux bistros parisiens à redécouvrir

Food Tandis que la cuisine de bistro opère un retour remarqué sur la scène gastronomique parisienne, deux adresses historiques s'offrent un second souffle. Tandis que la cuisine de bistro opère un retour remarqué sur la scène gastronomique parisienne, deux adresses historiques s'offrent un second souffle.

L'Officine Universelle Buly rue de Saintonge, l'endroit insolite du Marais à découvrir absolument
23

L'Officine Universelle Buly rue de Saintonge, l'endroit insolite du Marais à découvrir absolument

Lifestyle Une parfumerie et officine, un café, un atelier de fleurs séchées et une galerie dans une verrière, L'Officine Universelle Buly de la rue Saintonge, l'adresse du Marais à découvrir absolument. Une parfumerie et officine, un café, un atelier de fleurs séchées et une galerie dans une verrière, L'Officine Universelle Buly de la rue Saintonge, l'adresse du Marais à découvrir absolument.

Ce qu’il faut savoir sur La Mamounia, le palace mythique de Marrakech
978

Ce qu’il faut savoir sur La Mamounia, le palace mythique de Marrakech

Lifestyle Comme Yves Saint Laurent à son époque, qui venait souvent y déjeuner ou boire le thé, les aficionados du lifestyle ne jurent que par La Mamounia, le palace mythique né dans les années 20, qui a accueilli toutes les stars hollywoodiennes des années 50. Comme Yves Saint Laurent à son époque, qui venait souvent y déjeuner ou boire le thé, les aficionados du lifestyle ne jurent que par La Mamounia, le palace mythique né dans les années 20, qui a accueilli toutes les stars hollywoodiennes des années 50.

7 adresses pour découvrir Florence le temps d’un week-end
101

7 adresses pour découvrir Florence le temps d’un week-end

Voyage Le créateur italien Ermanno Scervino qui a fait de Florence le siège de sa maison de couture nous fait découvrir ses adresses favorites au sein de la capitale toscane et aux creux des collines qui la bordent. Le créateur italien Ermanno Scervino qui a fait de Florence le siège de sa maison de couture nous fait découvrir ses adresses favorites au sein de la capitale toscane et aux creux des collines qui la bordent.

L’objet du jour : le plaid de Jessica Ogden pour A.P.C.
856

L’objet du jour : le plaid de Jessica Ogden pour A.P.C.

Mode A.P.C. vient de dévoiler sa nouvelle collection de plaids en patchwork et de coussins réalisée par la créatrice Jessica Ogden à partir des chutes de tissus inutilisées du label. Parmi eux, ce modèle dans les tons rouges, bleus et marrons. A.P.C. vient de dévoiler sa nouvelle collection de plaids en patchwork et de coussins réalisée par la créatrice Jessica Ogden à partir des chutes de tissus inutilisées du label. Parmi eux, ce modèle dans les tons rouges, bleus et marrons.

 L’hôtel Standard, le luxe dans toute sa singularité
862

L’hôtel Standard, le luxe dans toute sa singularité

Lifestyle Fondés par le propriétaire du Château Marmont, les hôtels Standard jouent le paradoxe en refusant, à l'opposé de leur nom, toute idée d'uniformité. Restaurant étoilé, spa et décoration personnalisée de rigueur sur chaque site, ils proposent leur vision du luxe, sur des standards très élevés. Fondés par le propriétaire du Château Marmont, les hôtels Standard jouent le paradoxe en refusant, à l'opposé de leur nom, toute idée d'uniformité. Restaurant étoilé, spa et décoration personnalisée de rigueur sur chaque site, ils proposent leur vision du luxe, sur des standards très élevés.