Sur les terrains, où il évolue au poste de défenseur central au PSG et en Equipe de France, Presnel Kimpembe se fait remarquer pour ses qualités de footballeur. A 22 ans, le jeune joueur est un de ceux dont les exploits sont les plus suivis. En dehors des terrains, Presnel cultive une vraie passion pour le style et la mode. Une passion qui l'a naturellement amené à exercer, le temps d'une soirée mémorable, le rôle de "directeur créatif" et ambassadeur de l'Underground Football Club d'Adidas. Lors de l'édition 2018 de ce tournoi amateur très prisé, s'affrontaient des joueurs travaillant chez Louis Vuitton, Kenzo, Rick Owens, Elite Models ou encore Bureau Betak, confirmant que le football, longtemps considéré comme un sport "de beaufs", a résolument changé d'image. Pour le prouver, le charmant Presnel Kimpembe, généreux, disponible et tout sourire, a supervisé toute la soirée… le style des équipes en lice, pour décerner le trophée… du plus beau maillot. Une occasion rêvée pour recueillir ses confidences, au sujet de son amour de la mode et du style.

 

 

“Quand on est un joueur parisien, on a cette petite pression relative à la mode, comme une petite responsabilité supplémentaire

 

 

“Certains estiment que le rapprochement du monde de la mode et de celui du football est une sorte d'alliance contre-nature. Mais on ne peut pas nier que ces deux mondes se rencontrent de plus en plus souvent. Les footballeurs ne s'habillent plus de la même façon qu'il y a vingt ans, c'est une autre génération, et à mon sens, l'évolution, en termes de style, est positive. Pour ma part, j'aime bien la mode et j'ai mon propre style. Donc je suis content que la mode et le foot se rapprochent. Je n'ai pas encore eu la possibilité d'assister à des défilés, malgré les propositions que j'ai reçues. Je pense que ça viendra. J'aime beaucoup notamment la marque OAMC. Et dans les vestiaires du PSG, les joueurs s'habillent tous avec des vêtements de grandes maisons. Parfois, on se chambre un peu sur nos styles (rires). Et quand on est un joueur parisien, on a cette petite pression relative à la mode, comme une petite responsabilité supplémentaire notamment auprès des joueurs étrangers. Et puis évidemment, quand on porte au quotidien tous la même tenue dont on n'a pas choisi le design, la coiffure et les chaussures prennent une grande importance. C’est notre moyen d’exprimer un style, une identité. Avoir une coupe bien stylée et les crampons qui vont avec, ça ajoute une petite touche personnelle. Adidas, avec qui je suis en partenariat, a une vraie crédibilité dans la mode. Ce n'est pas un hasard si je les ai choisis. Leurs designs d'hier, comme d'aujourd'hui, leur ligne Originals, leurs collabs avec des créateurs, les distinguent vraiment par rapport à d'autres équipementiers. Quand ils m'ont proposé d'être le directeur créatif de leur Underground Football Club, j'ai donc accepté avec plaisir. L'idée de superviser en termes de design de maillot, des équipes constituées de personnes qui travaillent dans la mode, c'est inspirant et c'est une mission qui me correspond.”