Anonymat et humour dans la campagne Emporio Armani printemps-été 2018

En faisant appel à des personnalités anonymes plutôt que des mannequins pour sa campagne printemps-été 2018, Emporio Armani mise sur la spontanéité.

Par La rédaction

1/6
  • Prenant le contre-pied de ses précédentes campagnes où apparaissent souvent des mannequins à la plastique parfaite, Emporio Armani fait appel à des anonymes pour sa campagne printemps-été 2018. Castés dans les rues d'Italie et des capitales européennes et photographiés à Milan par Ben Weller, Mark Peckmezian et Pawel Pysz, ces mannequins d'un jour s'approprient avec spontanéité les collections estivales du label italien. Jouant également la carte de l'humour, Emporio Armani fait parler ces inconnus à travers des maximes gentiment ironiques et propres à chacun.

     

    Présentée en juin dernier, la collection homme croisait inspirations asiatiques et tailoring luxueux tandis que celle de la femme, qui défilait en septembre, associait teintes pastel, imprimés ludiques et détails fluorescents sur des costumes, coupe-vent et sweatshirts faisant la part belle aux matières comme la soie et le coton technique. 

     

  • Prenant le contre-pied de ses précédentes campagnes où apparaissent souvent des mannequins à la plastique parfaite, Emporio Armani fait appel à des anonymes pour sa campagne printemps-été 2018. Castés dans les rues d'Italie et des capitales européennes et photographiés à Milan par Ben Weller, Mark Peckmezian et Pawel Pysz, ces mannequins d'un jour s'approprient avec spontanéité les collections estivales du label italien. Jouant également la carte de l'humour, Emporio Armani fait parler ces inconnus à travers des maximes gentiment ironiques et propres à chacun.

     

    Présentée en juin dernier, la collection homme croisait inspirations asiatiques et tailoring luxueux tandis que celle de la femme, qui défilait en septembre, associait teintes pastel, imprimés ludiques et détails fluorescents sur des costumes, coupe-vent et sweatshirts faisant la part belle aux matières comme la soie et le coton technique. 

     

  • Prenant le contre-pied de ses précédentes campagnes où apparaissent souvent des mannequins à la plastique parfaite, Emporio Armani fait appel à des anonymes pour sa campagne printemps-été 2018. Castés dans les rues d'Italie et des capitales européennes et photographiés à Milan par Ben Weller, Mark Peckmezian et Pawel Pysz, ces mannequins d'un jour s'approprient avec spontanéité les collections estivales du label italien. Jouant également la carte de l'humour, Emporio Armani fait parler ces inconnus à travers des maximes gentiment ironiques et propres à chacun.

     

    Présentée en juin dernier, la collection homme croisait inspirations asiatiques et tailoring luxueux tandis que celle de la femme, qui défilait en septembre, associait teintes pastel, imprimés ludiques et détails fluorescents sur des costumes, coupe-vent et sweatshirts faisant la part belle aux matières comme la soie et le coton technique. 

     

  • Prenant le contre-pied de ses précédentes campagnes où apparaissent souvent des mannequins à la plastique parfaite, Emporio Armani fait appel à des anonymes pour sa campagne printemps-été 2018. Castés dans les rues d'Italie et des capitales européennes et photographiés à Milan par Ben Weller, Mark Peckmezian et Pawel Pysz, ces mannequins d'un jour s'approprient avec spontanéité les collections estivales du label italien. Jouant également la carte de l'humour, Emporio Armani fait parler ces inconnus à travers des maximes gentiment ironiques et propres à chacun.

     

    Présentée en juin dernier, la collection homme croisait inspirations asiatiques et tailoring luxueux tandis que celle de la femme, qui défilait en septembre, associait teintes pastel, imprimés ludiques et détails fluorescents sur des costumes, coupe-vent et sweatshirts faisant la part belle aux matières comme la soie et le coton technique. 

     

  • Prenant le contre-pied de ses précédentes campagnes où apparaissent souvent des mannequins à la plastique parfaite, Emporio Armani fait appel à des anonymes pour sa campagne printemps-été 2018. Castés dans les rues d'Italie et des capitales européennes et photographiés à Milan par Ben Weller, Mark Peckmezian et Pawel Pysz, ces mannequins d'un jour s'approprient avec spontanéité les collections estivales du label italien. Jouant également la carte de l'humour, Emporio Armani fait parler ces inconnus à travers des maximes gentiment ironiques et propres à chacun.

     

    Présentée en juin dernier, la collection homme croisait inspirations asiatiques et tailoring luxueux tandis que celle de la femme, qui défilait en septembre, associait teintes pastel, imprimés ludiques et détails fluorescents sur des costumes, coupe-vent et sweatshirts faisant la part belle aux matières comme la soie et le coton technique. 

     

  • Prenant le contre-pied de ses précédentes campagnes où apparaissent souvent des mannequins à la plastique parfaite, Emporio Armani fait appel à des anonymes pour sa campagne printemps-été 2018. Castés dans les rues d'Italie et des capitales européennes et photographiés à Milan par Ben Weller, Mark Peckmezian et Pawel Pysz, ces mannequins d'un jour s'approprient avec spontanéité les collections estivales du label italien. Jouant également la carte de l'humour, Emporio Armani fait parler ces inconnus à travers des maximes gentiment ironiques et propres à chacun.

     

    Présentée en juin dernier, la collection homme croisait inspirations asiatiques et tailoring luxueux tandis que celle de la femme, qui défilait en septembre, associait teintes pastel, imprimés ludiques et détails fluorescents sur des costumes, coupe-vent et sweatshirts faisant la part belle aux matières comme la soie et le coton technique.