05 Avril

Mode, nature et développement durable mis à l'honneur au V&A Museum

 

À travers son exposition Fashion From Nature, le V&A Museum de Londres explore les liens entre mode, nature et développement durable du XVIème à aujourd'hui.

Par Léa Zetlaoui

  • Calvin Klein Green Carpet Challenge dress worn by Emma Watson to the MET Gala 2016
    1/7
  • Greenpeace Detox Catwalk in Bandung © Greenpeace/ Hati Kecil Visuals
    2/7
  • Paul Poiret samovar evening dress probably cuprammonium gilt metal thread and machine made lace france winter 1921-2
    3/7
  • ‘Grape’ dress (detail) made with Vegea, a leather alternative made from grape waste © Vegea
    4/7
  • Cellulose acetate evening coat (detail), designed by Alix, Paris, 1936 © Victoria and Albert Museum, London
    5/7
  • Greenpeace printed cotton t-shirt, Britain, 1990s © Victoria and Albert Museum, London
    6/7
  • Earrings made from heads of Red Legged Honeycreeper birds, circa 1875 © Victoria and Albert Museum, London
    7/7
1/7
  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

  • Ces derniers mois, de nombreuses maisons de luxe ont annoncé stopper l’utilisation de la fourrure dans leurs collections. Emboîtant le pas de la très engagée Stella McCartney, célèbre depuis le lancement de sa maison en 2001 pour son grand respect de l’environnement. Versace, Tom Ford ou encore Givenchy adoptent désormais la fourrure synthétique.

     

    Industrie créative souvent réputée pour son innovation permanente, la mode accuse pourtant dans le domaine du développement durable un certain retard et, rares sont les labels, à l’instar de Stella McCartney, Vivienne Westwood ou plus récemment H&M Conscious (bien que la marque suédoise soit sujette à d’autres controverses concernant sa production) qui se soucient réellement de l’environnement.

     

    Avec son exposition Fashion From Nature, le V&A Museums de Londres cherche à expliquer les liens entre la mode et la nature ces quatre derniers siècles : de simples dessins de faune et de flore sur une robe, l’idéologie green, la notion d’upcycling ou encore les matériaux innovants...

     

    De l'utilisation des matières naturelles ou animales aux matériaux synthétiques mais polluants de la production de masse puis à celle des textiles respectueux de l’environnement. De l’inspiration incessante de la faune et la flore dans la mode depuis quatre siècles. De l’implication des différents créateurs et maisons et des mouvements protestataires qui pointent régulièrement du doigt l’industrie. Des solutions innovantes, utopiques ou interactives visant à réduire l’impact de la mode sur la planète... S’étalant sur quatre siècles et réunissant quelques trois cent pièces (vêtements, bijoux, affiches et photos), l’exposition Fashion From Nature soulève à travers tous ces thèmes des questions aussi passionnantes que fondamentales autour d’un sujet plus que jamais dans l’actualité.

NuméroNews