265

Les défilés Redemption, Vionnet, Maison Margiela et Dries Van Noten

 

Pour la deuxième journée de la Fashion Week parisienne, Gabriele Moratti, Goga Ashkenazi, John Galliano et Dries Van Noten ont proposé de brillantes invitations au voyage, entre bohème rock et Japon.

Redemption, Vionnet, Dries Van Noten et Maison Margiela.

Plus rock et bohème que jamais, sur le podium de Redemption, les héroïnes d’aujourd’hui, Daria Strokous, Lily Donaldson, Isabeli Fontana et Angela Lindvall semblaient tout droit sorties du Festival de Coachella. Slims en cuir, ponchos en daim et mini-robes glitter à l’appui, ces muses, invitées du directeur de création Gabriele Moratti pour son premier défilé, jouent les frondeuses sur une planète où Led Zeppelin, Neil Young et Mick Jagger règnent en maître. Redemption marque aussi sa différence, et sa générosité, en reversant 50 % de ses bénéfices à des organismes de bienfaisance.

Sous la houlette de Goga Ashkenazi, les déesses Vionnet se révèlent mystiques et vaporeuses. Anna Cleveland ouvre le show dans une robe de vestale grecque. S’ensuivent des silhouettes à l’aura antique, que Goga Ashkenazi, qui a fait renaître la maison, enserre dans des housses de tulle et de mousseline lors d’une mise en scène poétique brillante.

John Galliano réinterprète, avec tout le talent qu’on lui connaît, la silhouette de la geisha pour son troisième défilé chez Maison Margiela, huit ans après la mythique collection haute couture printemps-été 2007 de Dior

– qu’il avait entièrement dédiée au pays du Soleil-Levant. Ces Madame Butterfly oscillent entre Versailles et Portobello Road, dissimulant leurs robes en mousseline sous des vestes trapèze à manches 7/8e. Elles sont gantées jusqu’aux coudes et jouent avec le feu, mélangeant le vernis et le mat, le monochrome et la couleur, le jour et la nuit… Une fois de plus, John Galliano orchestre la fusion du théâtre, de l’histoire et de la mode.

Le Japon encore à l’honneur chez Dries Van Noten, qui perche ses modèles sur des sandales de geisha. Pour cette collection printemps-été 2016 qui invite au voyage, le créateur belge mélange les clins d’œil : l’Asie, tout d’abord, qui lui inspire des jeux de formes cylindriques et des mélanges de couleurs vives. L’Inde, ensuite, qui suscite des effets de coutures souples et de nouages façon sari. Le Mexique millénaire, enfin, dont Dries Van Noten reprend certains symboles pour les décliner en motifs parcimonieux ou en imprimés magnétiques, sur les sous-pulls ou sur les gants.

 

 

Par Louise Samson

Le défilé Byblos printemps-été 2019
876

Le défilé Byblos printemps-été 2019

Fashion Week Chaque année, depuis 1986, le désert de Black Block (Nevada) accueille le festival Burning Man. Une rencontre artistique qui est le point de départ de la collection printemps-été 2019 du label Byblos mené par Manuel Facchini. Un défilé qui mêle les influences hippies et space-age et dans lequel les silhouettes fines sont soudainement surdimensionnées. Chaque année, depuis 1986, le désert de Black Block (Nevada) accueille le festival Burning Man. Une rencontre artistique qui est le point de départ de la collection printemps-été 2019 du label Byblos mené par Manuel Facchini. Un défilé qui mêle les influences hippies et space-age et dans lequel les silhouettes fines sont soudainement surdimensionnées.

Le Palace accueille le défilé Gucci printemps-été 2019
1

Le Palace accueille le défilé Gucci printemps-été 2019

Fashion Week Le mythique night-club des années 80 a accueilli ce lundi le défilé Gucci printemps-été 2019. S'inspirant des mises en scène décadentes, subversives et hallucinées des Italiens Leo de Berardinis et Perla Peragallo, Alessandro Michele nous projette dans un monde théâtral et grandiloquent. Le mythique night-club des années 80 a accueilli ce lundi le défilé Gucci printemps-été 2019. S'inspirant des mises en scène décadentes, subversives et hallucinées des Italiens Leo de Berardinis et Perla Peragallo, Alessandro Michele nous projette dans un monde théâtral et grandiloquent.

Le défilé Jacquemus printemps-été 2019
123

Le défilé Jacquemus printemps-été 2019

Fashion Week C’est dans les jardins de l’ambassade d’Italie que Jacquemus a présenté sa collection printemps-été 2019 : La Riviera. Dans la continuité de ses deux dernières collections, La Bomba et Le Souk, il propose une série de silhouettes légères et vaporeuses, davantage sexy que sensuelles, bien loin des silhouettes déconstruites et conceptuelles de ses débuts. Enfin, après ses chapeaux XXL et ses micro-sacs, il prend le pari du sac géant, qui habille une silhouette à lui seul. C’est dans les jardins de l’ambassade d’Italie que Jacquemus a présenté sa collection printemps-été 2019 : La Riviera. Dans la continuité de ses deux dernières collections, La Bomba et Le Souk, il propose une série de silhouettes légères et vaporeuses, davantage sexy que sensuelles, bien loin des silhouettes déconstruites et conceptuelles de ses débuts. Enfin, après ses chapeaux XXL et ses micro-sacs, il prend le pari du sac géant, qui habille une silhouette à lui seul.

La danse inspire Maria Grazia Chiuri pour Dior printemps-été 2019
123

La danse inspire Maria Grazia Chiuri pour Dior printemps-été 2019

Fashion Week Accompagnée d'une performance de la chorégraphe israélienne Sharon Eyal, la collection Dior printemps-été 2019 rendait hommage à la liberté du corps, au mouvement et à la danse. Un défilé puissant et captivant. Accompagnée d'une performance de la chorégraphe israélienne Sharon Eyal, la collection Dior printemps-été 2019 rendait hommage à la liberté du corps, au mouvement et à la danse. Un défilé puissant et captivant.