1085

Qui est Grace Wales Bonner, gagnante du prix LVMH 2016?

 

Grace Wales Bonner, diplômée de Central Saint Martins en 2014, a remporté ce jeudi 16 juin 2016, le prix LVMH. Découvrez qui est cette jeune femme à la vision novatrice et au talent prometteur.

À 25 ans, Grace Wales Bonner vient de remporter le prix LVMH 2016, avec un discours atypique pour un designer de mode. Nourrie d’art et de théorie critique, cette Anglaise d’origine jamaïcaine, diplômée de Central Saint Martins en 2014 rayonne d’une grande maturité intellectuelle. Menant de front un travail artistique (des vidéos, sa revue Everythings For Real…) et des collections de vêtements qui se nourrissent mutuellement, la très jeune femme propose une vision novatrice de la mode masculine et de la masculinité, où se mêlent les influences européennes et africaines. 

On dit que l’enfer est pavé de bonnes intentions…  et force est de constater que les créateurs se sont souvent fourvoyés en évoquant l’Afrique sous l’angle d’un exotisme de pacotille vidé de toute signification culturelle, réalisant ainsi de parfaits “mythes” barthésiens. Sans colère, sans jouer les rédemptrices ou les donneuses de leçon, Grace Wales Bonner distille un puissant antidote à ces erreurs de jugement gênantes. Sur le terrain de l’imagerie de mode, la jeune femme compose des portraits majestueux d’hommes noirs en 2016. Mon intérêt pour la culture noire et la représentation des Noirs est centrale dans mon travail, nous expliquait-elle lors de la remise du prix à la Fondation Louis Vuitton. La raison pour laquelle j’ai commencé la mode, c’est probablement parce que je n’avais pas le sentiment que les représentations des Noirs entraient en relation avec ma propre vie. Je voulais montrer une image de la beauté, de la dignité et de la sophistication qui n’existait pas. J’éprouvais le besoin de créer ces images d’hommes noirs jeunes, sexy, virils et bien dans leur peau. Je ne voulais pas utiliser des mannequins noirs pour projeter sur eux un discours qui n’avait rien à voir avec leur expérience.

 

Pour créer cette représentation respectueuse, l’attention à la mode, à ses métiers, à la beauté des matières et des fabrications, est bien sûr essentielle. Le chèque de 300 000 € que vient de signer LVMH à l’ordre de Wales Bonner, sa marque, permettra à la jeune femme prometteuse de poursuivre son œuvre avec un niveau encore accru d’exigence. 

 

www.walesbonner.net 

 

Par Delphine Roche

 

Retrouvez l’interview de Glenn Martens, directeur artistique de Y/Project.

Retrouvez l'interview de Tuomas Merikoski, créateur d'Aalto.

Retrouvez l’interview de Brandon Maxwell.

Retrouvez l’interview de Matthew M. Williams du label Alyx.

Retrouvez l’interview de Christelle Kocher du label Koché.

 

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles
879

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles

Mode À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations. À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations.

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019
823

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019

Fashion Week Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.   Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.  

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.