181

Hedi Slimane fait renaître l'esprit Couture d'Yves Saint Laurent

 

Hedi Slimane ravive l'esprit Couture de la maison au coeur d'un sublime hôtel particulier du XVIIème siècle installé Rue de l'Université.

Comment définir l’exclusivité ? Qu’est-ce qu’une maison de couture parisienne en 2015? Quel rêve incarne-t-elle ? A ces questions, Hedi Slimane, Directeur de Création de la maison Saint Laurent, apporte des réponses pertinentes pour notre époque à rebours des étiquettes établies. 

En 1961, Yves Saint Laurent et Pierre Bergé fondaient la maison de haute couture Yves Saint Laurent, qui lançait en 1967 une ligne de prêt-à-porter également dessinée par le couturier, Yves Saint Laurent Rive Gauche. Depuis son arrivée dans la maison en 2012, Hedi Slimane œuvre dans le plus grand secret à raviver la flamme sacrée. A sa façon : pas question d’un défilé dans le calendrier officiel de la Haute Couture. Pas même une présentation. Ce n’est pas dans le label générique du made in France, dans le panier partagé des ateliers parisiens qu’Hedi Slimane entend puiser le lustre, le mythe, le rêve, la valeur ajoutée de ses pièces haute couture. Mais plutôt dans l’histoire de la maison elle-même : un label d’excellence parisienne infiniment riche, dans lequel s’imbriquent si fortement l’histoire des arts et celle de l’architecture.  

 

La maison de couture s’incarne d’abord un lieu, l’hôtel de Sénecterre construit en 1685 par Thomas Gobert, architecte de Louis XIV, situé 24 rue de l’Université, sur la rive gauche (plus intellectuelle et arty). Dans ce endroit chargé d’histoire, Hedi Slimane apporte une collection de meubles et d’œuvres d’art qui tissent une trame narrative reliant le 18e siècle à notre époque. Au-dessus de l’escalier Louis XV, un diptyque noir et blanc commandé à l’artiste Garth Weiser –contraste graphique si parisien et si typique de l’univers impulsé par le Directeur de Création.

Le jardin, inexistant, est entièrement refait d’après des documents d’archive. Le mobilier mêle quant à lui la collection de la maison –Yves Saint Laurent et Pierre Bergé ayant assemblé l’une des plus belles collections d’art moderne et de design Art Déco, dont une partie fut dispersée lors d’une vente publique historique, en 2009 – avec celle d’Hedi Slimane. Les pièces proviennent des mouvements modernistes, Art Deco, et du XVIIIe siècle, avec une place privilégiée accordée à Elizabeth Eyre de Lanux, designer moderniste favorite d’Hedi - dont un bureau qui meublait l’appartement d’Yves Saint Laurent, rue de Babylone. Les œuvres d’art privilégient le minimalisme et les rythmes graphiques : Carl Andre, Daniel Buren et Ad Reinhardt.

 

Hedi Slimane propose un parcours à travers l’histoire de l’excellence française. Photographiés dans l’hôtel de Sénecterre, les visuels de la campagne mettent en scène des mannequins portant les pièces du label couture baptisé Yves Saint Laurent. Réalisées par un atelier "Tailleur" et un atelier "Flou", conformément à la tradition de la couture parisienne, ces pièces sont des commandes exclusives réalisées au cas par cas pour des figures qui incarnent l’esprit de la maison (actrices, musiciennes...). Ces vêtements, qui portent désormais une étiquette de soie ivoire frappée du nom Yves Saint Laurent, sont définies par la maison comme le parfait complément au prêt-à-porter rock impulsé depuis 2012 par le créateur.

 

 

 

Par Delphine Roche

Gucci accueille les performances de Michael Clark dans son hub milanais
481

Gucci accueille les performances de Michael Clark dans son hub milanais

Mode Ce mercredi 19 septembre, Gucci a accueilli la performance du chorégraphe britannique Michael Clark au sein de son Gucci Hub à Milan. À cette occasion, certains danseurs portaient des pièces issues des collections les plus récentes de la maison italienne. Ce mercredi 19 septembre, Gucci a accueilli la performance du chorégraphe britannique Michael Clark au sein de son Gucci Hub à Milan. À cette occasion, certains danseurs portaient des pièces issues des collections les plus récentes de la maison italienne.

“Mais pourquoi les femmes ne feraient-elles pas ce qu’elles veulent de leur corps ?” Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent
806

“Mais pourquoi les femmes ne feraient-elles pas ce qu’elles veulent de leur corps ?” Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent

Mode Depuis deux ans, le directeur artistique de Saint Laurent, Anthony Vaccarello, impulse une vision forte et contemporaine de la séduction. Nourri de l’esprit de la maison, il en revisite les codes, le noir, l’or et les détails couture, pour les mettre au service d’une femme de caractère à l’attitude essentiellement libre. ALors qu'il vient de resigner pour 3 ans, Numéro a interviewé le créateur belge à la tête de l'illustre maison parisienne. Depuis deux ans, le directeur artistique de Saint Laurent, Anthony Vaccarello, impulse une vision forte et contemporaine de la séduction. Nourri de l’esprit de la maison, il en revisite les codes, le noir, l’or et les détails couture, pour les mettre au service d’une femme de caractère à l’attitude essentiellement libre. ALors qu'il vient de resigner pour 3 ans, Numéro a interviewé le créateur belge à la tête de l'illustre maison parisienne.

À Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles
879

À Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles

Mode À Venise, l'exposition “Homo Faber” rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderie Lesage y expose ses créations. À Venise, l'exposition “Homo Faber” rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderie Lesage y expose ses créations.