933

Rencontre avec Brandon Maxwell, styliste de Lady Gaga et finaliste du prix LVMH 2016

 

Ancien assistant de Nicola Formichetti, créateur autodidacte et styliste de Lady Gaga, le Texan Brandon Maxwell est l’un des huit finalistes du prix LVMH 2016. Rencontre avec ce créateur étonnant.

Brandon Maxwell par Inez & Vinoodh.

 

Numéro : Vous êtes le styliste personnel de Lady Gaga, et un de ses proches amis. A-t-elle influencé votre vision de la mode ?

Brandon Maxwell : Lady Gaga m’influence énormément. Elle m’a appris à garder l’esprit ouvert, à ne pas avoir peur. Le fait de l’habiller pour la scène m’a beaucoup appris également, car les vêtements doivent être confortables afin de lui permettre de danser, de se mouvoir avec aisance. C’est une leçon que j’ai retenue lorsque j’ai décidé de lancer mes propres collections de mode féminine en avril 2015.

 

Vous avez aussi été l’assistant de Nicola Formichetti, à l’époque où il était lui-même le styliste de Lady Gaga, qu’avez-vous appris de lui ? 

Nicola est une personne douce et inspirante. Et il a mené tant de carrières différentes !  Grâce à lui, j’ai compris qu’on peut se renouveler sans cesse au cours d’une vie. 

Brandon Maxwell printemps-été 2016 par Angela Pham/BFA NYC

 

Votre collection automne-hiver 2016 est à la fois classique en termes de couleurs, et audacieuse en termes de coupes, avec des épaulettes sculpturales. Comment décrivez-vous votre style ?

Mon intention principale est toujours de mettre en valeur la beauté des femmes. Je construis les collections silhouette par silhouette, en drapant directement sur le corps d’un mannequin cabine. Je m’inscris dans une tradition de tailoring, d’architecture du vêtement. Je veux que mes pièces soient de parfaits classiques intemporels, qui s’adaptent à toutes les saisons. 

 

Qu’est-ce qui a changé depuis votre tout premier défilé, pour le printemps-été 2016 ?

Nos ventes ont fortement progressé, nous sommes présents dans beaucoup plus de boutiques. Aujourd’hui, j’ai une vraie clientèle. J’en suis très heureux, et cela a profondément modifié mon processus de création : désormais je dessine pour les femmes que j’ai rencontrées dans nos boutiques. Je pense à construire leur garde-robe, à répondre à leurs désirs. 

 

Contrairement à d’autres jeunes créateurs en lice pour le prix LVMH, vous étiez déjà connu du public en tant que styliste et ami de Lady Gaga, avant même de participer à la compétition. Quelle est pour vous l’importance de concours ?

J’ai connu beaucoup de succès en tant que styliste, mais rien ne garantit que j’en aurai autant en tant que créateur. Le prix LVMH est donc d’une importance cruciale pour moi, et je suis très fier de faire partie des finalistes. Pouvoir montrer son travail aux grands professionnels de l’industrie est une chance fabuleuse. Ce sera aussi une occasion pour ma mère, qui n’est encore jamais venue à Paris, de séjourner dans la ville pour la première fois, afin d’assister à la remise des prix. Si je gagne, je pourrai créer deux postes clés dans ma société, dans les domaines du design et du suivi de production. Mon but a toujours été de lancer une vraie marque de luxe américaine qui me survive.

 

www.brandonmaxwellstudio.com

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

 

Retrouvez nos interviews des finalistes du LVMH Prize :

Retrouvez l'interview de Glenn Martens.

Retrouvez l'interview de Matthew M. Williams du label Alyx.

Retrouvez l'interview de Christelle Kocher du label Koché.

 

 

Gucci accueille les performances de Michael Clark dans son hub milanais
481

Gucci accueille les performances de Michael Clark dans son hub milanais

Mode Ce mercredi 19 septembre, Gucci a accueilli la performance du chorégraphe britannique Michael Clark au sein de son Gucci Hub à Milan. À cette occasion, certains danseurs portaient des pièces issues des collections les plus récentes de la maison italienne. Ce mercredi 19 septembre, Gucci a accueilli la performance du chorégraphe britannique Michael Clark au sein de son Gucci Hub à Milan. À cette occasion, certains danseurs portaient des pièces issues des collections les plus récentes de la maison italienne.

“Mais pourquoi les femmes ne feraient-elles pas ce qu’elles veulent de leur corps ?” Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent
806

“Mais pourquoi les femmes ne feraient-elles pas ce qu’elles veulent de leur corps ?” Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent

Mode Depuis deux ans, le directeur artistique de Saint Laurent, Anthony Vaccarello, impulse une vision forte et contemporaine de la séduction. Nourri de l’esprit de la maison, il en revisite les codes, le noir, l’or et les détails couture, pour les mettre au service d’une femme de caractère à l’attitude essentiellement libre. ALors qu'il vient de resigner pour 3 ans, Numéro a interviewé le créateur belge à la tête de l'illustre maison parisienne. Depuis deux ans, le directeur artistique de Saint Laurent, Anthony Vaccarello, impulse une vision forte et contemporaine de la séduction. Nourri de l’esprit de la maison, il en revisite les codes, le noir, l’or et les détails couture, pour les mettre au service d’une femme de caractère à l’attitude essentiellement libre. ALors qu'il vient de resigner pour 3 ans, Numéro a interviewé le créateur belge à la tête de l'illustre maison parisienne.