360

L’hommage au corps de David Koma

 

Directeur artistique de Mugler depuis 2013, David Koma défile à Londres depuis 2009 avec son propre label, célébrant le corps en toute sophistication avec ses robes bodyconscious.

360

Numéro : Depuis les débuts de votre label en 2009, vous vous inspirez de la danse. D’où vient cette fascination ?

David Koma : J’ai grandi à Saint-Pétersbourg, juste à côté du théâtre Mariinsky. Enfant, j’ai donc assisté à de nombreuses représentations, et j’ai eu la chance de rencontrer des danseurs incroyables, qui ont initié mon intérêt pour cette forme d’art.

 

De nombreux défilés de la saison printemps-été 2016 ont présenté des tutus à peine réinterprétés, mais votre hommage à la danse est beaucoup plus subtil ?

J’adore la délicatesse et la féminité de la danse classique, mais je voulais l’aborder sous un angle différent, plus fort. Combiner les couches de tulle pastel avec des empiècements de cuir noir créait un équilibre plus intéressant, qui semblait aussi plus pertinent pour la fille David Koma.

 

Pourquoi êtes-vous fidèle aux formes bodyconscious, qui sont un élément essentiel de votre vocabulaire, pour votre label comme pour vos créations chez Mugler ?

J’aime respecter la beauté naturelle du corps, je travaille mes coupes de façon à célébrer la beauté de la silhouette féminine. J’ai étudié l’anatomie, ce qui me permet d’élaborer des lignes plus expérimentales, tout en évitant soigneusement les déséquilibres qui ne respectent pas les proportions du corps.

 

Dans cette collection, vous soulignez la taille de plusieurs manières : avec des corsets souples, des lignes incurvées, des ceintures fines enroulées… cette partie du corps féminin est-elle à vos yeux la plus sensuelle ?

Oui définitivement, je suis naturellement attiré par les silhouettes à taille de guêpe. Cette saison, j’ai voulu l’exagérer de toutes les façons possibles.

 

Au sein de votre collection sophistiquée pointent des notes de sportswear, aimez-vous ce vocabulaire ?

Les formes héritées de la pratique du sport jouent un rôle important dans mes recherches. Intégrer des touches de sportswear à mes vêtements sculpturaux et bodyconscious leur insuffle une autre dynamique. Utiliser les matières high-tech du sportswear ajoute une touche contemporaine à mes collections.

 

Propos recueillis par Delphine Roche

 

Retrouvez notre review du défilé printemps-été 2016 de Mugler.

 

 

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles
879

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles

Mode À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations. À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations.

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019
823

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019

Fashion Week Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.   Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.  

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.