137

Les inspirations de la Maison Ullens

 

Kim Laursen, directeur artistique de Maison Ullens, évoque les influences à l'origine de ses pièces luxueuses.

Collectionneuse d’art contemporain et philanthrope, la milliardaire belge Myriam Ullens fondait en 2012 sa propre ligne de beaux basiques luxueux, Maison Ullens. Kim Laursen, qui en assure aujourd’hui la direction artistique, évoque avec Numéro ses sources d’inspiration. Rencontre.

 

Numéro : Maison Ullens porte le nom de sa fondatrice. Quel est le projet de la marque ?

 

Kim Laursen : Myriam Ullens voyage énormément. Il est très important pour elle de transporter des valises d’une taille raisonnable, donc composées intelligemment. C’est pourquoi elle a eu l’idée de pièces transformables ou réversibles. Dans notre collection de l’hiver dernier, par exemple, un manteau pouvait se changer en quatre vêtements différents. C’était une peau lainée finition maille, réversible, dont le bas pouvait se dézipper. Ce travail relève presque de l’architecture. Nous travaillons beaucoup le cuir. Les tissus, tels que la popeline, que nous utilisons pour les chemises, sont infroissables. 

Quel a été votre parcours jusqu’à aujourd’hui ?

 

Kim Laursen : Je travaille dans la mode depuis vingt-cinq ans. J’ai débarqué à Paris en 1991 et je suis resté quinze ans chez Christian Lacroix. Entré assistant, je suis devenu directeur de style. Je suis ensuite passé chez Kenzo, j’ai assisté le duo Clements Ribeiro chez Cacharel, puis j’ai travaillé en free-lance pour Paule Ka, Elie Saab et d’autres. Mon expérience s’étend du prêt-à-porter luxueux aux marques plus mainstream. J’ai l’avantage de connaître beaucoup de techniques et de configurations différentes. 

Myriam Ullens a fondé avec son mari un grand centre d’art contemporain à Beijing (l’UCCA, Ullens Center for Contemporary Art). Les passionnés d’art qui officient dans la mode ont parfois tendance à proposer des collaborations avec leurs artistes favoris un peu tirées par les cheveux. Ce n’est visiblement pas le cas de Myriam Ullens. Quelle est son implication dans la maison ?

 

Kim Laursen : À Beijing, le centre d’art de Myriam est un bloc énorme situé dans un quartier entièrement dévolu à l’art. Myriam et son mari se sont implantés là avant tout le monde et le centre reçoit désormais trois millions de visiteurs chaque année. Myriam Ullens n’a jamais voulu imprimer l’œuvre d’un artiste sur un sac ou un vêtement, mais elle s’intéresse beaucoup aux textures. Dans une collection, je m’étais ainsi inspiré d’un artiste allemand qui, dans ses tapisseries murales, explorait les textures de la nature, de fossiles par exemple. C’est ce type d’interactions qui nous intéresse. La passion pour l’art de Myriam lui inspire une ouverture d’esprit rare, et nous dialoguons beaucoup. Elle veut que les collections soient réellement construites et pensées, il est donc très agréable de discuter avec elle de la légitimité d’une pièce ou d’une autre. Il faut oser sans se perdre. Pousser toujours un peu plus loin.

 

Propos recueillis par Delphine Roche 

“Mais pourquoi les femmes ne feraient-elles pas ce qu’elles veulent de leur corps ?” Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent
806

“Mais pourquoi les femmes ne feraient-elles pas ce qu’elles veulent de leur corps ?” Anthony Vaccarello, directeur artistique de Saint Laurent

Mode Depuis deux ans, le directeur artistique de Saint Laurent, Anthony Vaccarello, impulse une vision forte et contemporaine de la séduction. Nourri de l’esprit de la maison, il en revisite les codes, le noir, l’or et les détails couture, pour les mettre au service d’une femme de caractère à l’attitude essentiellement libre. ALors qu'il vient de resigner pour 3 ans, Numéro a interviewé le créateur belge à la tête de l'illustre maison parisienne. Depuis deux ans, le directeur artistique de Saint Laurent, Anthony Vaccarello, impulse une vision forte et contemporaine de la séduction. Nourri de l’esprit de la maison, il en revisite les codes, le noir, l’or et les détails couture, pour les mettre au service d’une femme de caractère à l’attitude essentiellement libre. ALors qu'il vient de resigner pour 3 ans, Numéro a interviewé le créateur belge à la tête de l'illustre maison parisienne.

Gucci accueille les performances de Michael Clark dans son hub milanais
481

Gucci accueille les performances de Michael Clark dans son hub milanais

Mode Ce mercredi 19 septembre, Gucci a accueilli la performance du chorégraphe britannique Michael Clark au sein de son Gucci Hub à Milan. À cette occasion, certains danseurs portaient des pièces issues des collections les plus récentes de la maison italienne. Ce mercredi 19 septembre, Gucci a accueilli la performance du chorégraphe britannique Michael Clark au sein de son Gucci Hub à Milan. À cette occasion, certains danseurs portaient des pièces issues des collections les plus récentes de la maison italienne.