6833

Nouveau défi pour Maria Grazia Chiuri, première femme directrice artistique de Dior

 

La très talentueuse créatrice a été officiellement nommée à la direction artistique de la maison Dior ce vendredi 8 juillet. Retour sur son parcours…

Portrait : Pierre Even

 

 

Première femme nommée à la direction artistique de Dior, Maria Grazia Chiuri était à la tête de la maison Valentino depuis 2008.

 

Née à Rome, Maria Grazia Chiuri est profondément amoureuse de la Ville éternelle. Durant leurs interviews communes en tant que codirecteurs artistiques de la maison Valentino, le duo qu’elle composait avec Pierpaolo Piccioli expliquait souvent qu’il ne passait jamais plus d’une journée à Milan.

 

Dès ses débuts, son parcours professionnel plus que parfait s’est lui aussi inscrit en résonance avec la Ville éternelle et ses maisons mythiques, Fendi et Valentino. Après avoir étudié à Rome, à l’European Institute of Design, la créatrice a obtenu un poste chez Fendi (où elle a immédiatement appelé son ami Pierpaolo à la rejoindre) et s’est spécialisée dans les accessoires. C’est à la tête de ce secteur que Maria Grazia et Pierpaolo se sont ensuite illustrés chez Valentino avant de devenir, en 2008, codirectrice artistique (toujours avec Pierpaolo) de toutes les lignes de la grande maison romaine.

 

Une des principales inspirations de Maria Grazia est la musique : elle a notamment emmené ses amis écouter le concert de clarinette de Woody Allen, un jour de voyage à New York. Pour savoir ce qui est cool et rester connectée à l’actualité culturelle alors qu’elle travaille d’arrache-pied, Maria Grazia compte sur ses enfants : “Je suis très chanceuse, car mes enfants me disent ce qui est cool. Ils me nourrissent d’informations culturelles, ils me parlent du monde, car la mode n’est pas seulement une question de vêtements, c’est une question d’époque. Il faut connaître son époque, et la musique et les livres sont une bonne façon de le faire.

 

Généreuse, Maria Grazia s’est régulièrement investie dans une opération caritative, Cash & Rocket on Tour, au concept détonant : un rallye automobile réservé aux femmes et organisé par des associations humanitaires. L’idée en est simple : afin de recueillir des dons pour des associations venant en aide aux enfants défavorisés en Afrique, des participantes issues de différents milieux professionnels se livrent à une course effrénée dans des voitures de sport rouges, en parcourant plusieurs pays d’Europe (environ 1 500 km). Pilote chevronnée, Maria Grazia a même remporté l’édition 2012 de cette course, et déclarait alors : “En tant que mère et femme poursuivant une carrière exigeante, je comprends l’importance de la solidarité entre femmes. Je sais que les femmes doivent toujours donner un peu plus que les hommes, à la maison comme au travail, pour obtenir ce qu’elles veulent. Cash & Rocket rassemble des femmes officiant dans différentes industries, issues de différentes cultures et tranches d’âge, mais nous avons toutes un but commun : récolter de l’argent à des fins humanitaires, tout en nous soutenant les unes les autres au fil de cette épreuve.

 

Par Delphine Roche

 

 

 

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles
879

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles

Mode À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations. À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations.

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019
823

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019

Fashion Week Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.   Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.  

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.