43

3 questions à… Moodoïd

 

Rencontre avec Moodoïd, un nouveau visage incontournable de la pop française. Portrait Hedi Slimane.

Révélé en 2014 avec un premier album aux sonorités joyeuses et psychédéliques, Moodoïd s'est imposé comme une figure libre de la jeune scène française. Pablo Padovani, son chanteur, dévoile à Numéro ses multiples obsessions.

Moodoïd a été photographié par Hedi Slimane dans le cadre de la série photo SAINT LAURENT PARIS SESSIONS 1.

Numéro : Quelle est ta plus grande obsession ?

Pablo Padovani : L’amour et la musique. Je passe mon temps à chanter dans ma tête. Et je suis obsédé par l'idée de mémoriser toutes ces choses auxquelles on ne prête pas assez attention, ces mélodies qu'on chantonne sans s'en rendre compte, par exemple. Je m'en empare pour créer par la suite. Je passe aussi 98% de mon temps à être amoureux, ou tout du moins à essayer de l’être. Les femmes sont une autre de mes obsessions. Elles m'entourent quotidiennement dans mon travail, sur scène notamment. Je prends beaucoup de plaisir à les regarder dans le métro…

 

La nourriture semble être une autre de tes idées fixes, à en croire tes vidéos...

Cela vient de mon éducation : j’ai grandi dans le Sud-Ouest et ma famille est amatrice de cuisine. Le repas était très souvent associé à l'idée de festin. Mes parents invitaient beaucoup d'amis et la nourriture a toujours représenté pour moi un  moment de partage. Dès mes premiers voyages, j'ai appris à connaître les pays à travers les plats. La nourriture est aussi très esthétique. Les couleurs, les matières, les dispositions des aliments dans les plats… tout cela me fascine. J'y vois des correspondances avec la musique. Dans les deux cas, il s'agit d'un art subtil de l'arrangement et de la composition.

 

D’où vient ton goût pour les costumes, la magie et la scène ?

Je suis un grand fan de magie et de fantastique, mais aussi du burlesque et de Charlie Chaplin. Je me souviendrai toujours de cette scène sublime du Kid où Charlot s’envole avec de petites ailes… J’ai aussi grandi avec le cinéma de Spielberg, puis avec les clips de Michel Gondry. Son univers de bric et de broc m'a grandement influencé. Moodoïd a toujours eu l'ambition d'être autant un projet esthétique que musical. Dès mon premier concert, à 14 ans, je suis allé sur scène et j’ai ressenti le besoin de me déguiser. Je voulais faire le clown. Cette étape du costume et maquillage, dans la loge, est primordiale pour moi. C'est ce qui transforme ces moments en instants magiques et singuliers, et qui me permet d'emmener les gens vers une autre réalité, dans une petite bulle...

 

 

Le monde Möö de Moodoïd (Enterprise Records / Sony). Disponible.

 

 

Par François Castrillo

Élucidez les énigmes musicales d’Yves Tumor
856

Élucidez les énigmes musicales d’Yves Tumor

Musique Repéré par Shayne Oliver, ami de Blood Orange et proche de Nicolas Jaar, Yves Tumor n’a plus rien à prouver. Pourtant, il a transformé son studio en laboratoire et poursuit ses expérimentations musicales. Avec son nouvel album Safe in the Hands of Love, un précipité soul est apparu au fond du tube à essai. Repéré par Shayne Oliver, ami de Blood Orange et proche de Nicolas Jaar, Yves Tumor n’a plus rien à prouver. Pourtant, il a transformé son studio en laboratoire et poursuit ses expérimentations musicales. Avec son nouvel album Safe in the Hands of Love, un précipité soul est apparu au fond du tube à essai.

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”
374

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”

Musique Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin. Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin.

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse
468

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse

Musique Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul. Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul.

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”
826

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”

Musique Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse.  Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse. 

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible
718

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible

Musique Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible. Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible.

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence
475

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence

Musique En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”. En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”.