408

Les vagues sonores obsédantes de Bob Moses, nouvelle révélation électro

 

L’excellent duo installé à New York sera en concert le samedi 28 novembre au Badaboum. Rencontre.

Inspiré par la ville de New York et sa scène électronique underground où il puise toute son énergie, le duo de Bob Moses sculpte sa musique house en forme de vagues obsédantes et enveloppantes. Si ses compositions se mêlent à une voix envoûtante pour transporter dans l’atmosphère moite des clubs alternatifs, c’est pourtant aux valeurs sûres du rock – le duo cite aussi bien Rage Against The Machine que The Cure, Arcade Fire, Radiohead que The Velvet Undeground – que Tom Howie et Jimmy Vallance, amis depuis le lycée, aiment à se référer. Rencontre avec le groupe à quelques jours de son concert au Badaboum le samedi 28 novembre.

Photo Tim Saccenti

Bob Moses - I Ain’t Gonna Be the First to Cry 

Quelle est la genèse de votre album Days Gone By ?

Bob Moses : Nous avions en tête une musique qui soit aussi introspective qu’euphorique, aussi mélancolique que psychédélique, aussi troublante que sombre. Nous voulions mettre l’accent sur les mélodies et les paroles. L’idée générale était de parfaire le son que nous avions déjà élaboré au fil de nos précédents morceaux, avec des rythmes et des tempos qui ne soient pas forcément ceux de la musique de club. Ce son doit beaucoup à Vancouver où nous avons grandi tous les deux, qu'il s'agisse de la proximité de la scène grunge de Seattle, de la culture du snowboard et de la marijuana, ou encore de la programmation musicale vraiment unique de la radio locale. Le rock, le grunge et le punk ont bercé ces premières années. Mais c'est à New York que Bob Moses est véritablement né. Et c’est bien cette ville, son public, ses producteurs et ses musiciens qui nous ont influencés.

 

Pourquoi avez-vous choisi le nom de Bob Moses ?

Le label avec lequel nous avons commencé, Scissor and Thread, revendiquait un côté new-yorkais rétro et tous les artistes devaient choisir un nom de scène original faisant référence à un symbole emblématique de New York. Nous avons choisi l’architecte Robert Moses, qui a contribué à dessiner le New York que l’on connaît, notamment le pont de Brooklyn.

 

Quelle est l’origine de votre passion pour la musique ?

Nous avons tous les deux grandi dans des familles où la musique jouait un rôle important. Nous avons tous les deux commencé par le piano, très jeunes, que nous avons vite abandonné au profit de la batterie et de la guitare. Nous n’avions pas 10 ans. Tom a commencé à enregistrer des démos avec son groupe de punk à 13 ans… Jimmy aimait plutôt l’idée d’écrire et de jouer de la musique seul.

 

Quelle genre d’expérience voulez-vous partager avec votre public en performance live ?

La plupart des personnes qui viennent à nos concerts connaissent déjà notre musique, ce qui donne à ces rencontres un côté intimiste que nous apprécions beaucoup. Nos chansons sont assez personnelles, donc voir qu’elles ont pu toucher et émouvoir des gens crée un lien assez fort entre eux et nous. À chaque concert, nous essayons de donner une nouvelle vie à notre musique en changeant légèrement les arrangements ou en mixant plusieurs pistes entre elles. Nous avons un petit rituel avant chaque concert. Nous nous prenons dans les bras l’un de l’autre, ou nous nous souhaitons le meilleur pour nous donner du courage, et nous sommes alors prêts à monter sur scène, en espérant créer le lien le plus fort en le public et nous.

 

 

Bob Moses, en concert

le 28 novembre 2015 au Badaboum,

2, rue des Taillandiers, Paris XIe. 

 

Retrouvez l'événement sur facebook.

Billets disponibles sur fnac.com.

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”
374

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”

Musique Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin. Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin.

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse
468

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse

Musique Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul. Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul.

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”
826

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”

Musique Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse.  Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse. 

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible
718

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible

Musique Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible. Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible.

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence
475

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence

Musique En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”. En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”.

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?
825

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?

Musique Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.     Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.