Alors que chacun attendait le digne successeur de l’album Sucker paru en 2015, la fêtarde invétérée Charli XCX surprenait en mars dernier avec Number 1 Angel : mixtape réjouissante et alternative libertaire à un album possiblement cadenassé. La chanteuse réitère l’expérience en cette fin d’année avec Pop 2 produit par A.G Cook, quatrième compilation de sa jeune carrière déjà prolifique. Dix morceaux inédits, des guests et un beau 8,4 attribué par Pitchfork. Une œuvre dance équilibriste qui dynamite les night-clubs et révèle des accents électro pop impétueux. De ses premières maquettes sur Myspace à son premier contrat chez Asylum Records, à 18 ans, Charli XCX est la compositrice cachée derrière I Love It, succès monumental d’Icona Pop en 2012 et le Fancy d’Iggy Azalea. Sans tarder, elle a foncé tout droit vers le tube avec Boom Clap, incantation mainstream de 2014 issue de son album True Romance.

 

 

Sorte de Kate Bush dopée à la caféine, Charli XCX renoue, dans Pop 2, avec l’univers des Spice Girls et de Britney Spears qui ont bercé son enfance.

 

 

Autrefois obnubilée par l’idée d’être cool, Charli XCX cherche à se réinventer en quittant méthodiquement la musique bubblegum qui a rythmé les soirées de bon nombre d’adolescentes. Libérée de son fardeau, l’artiste livre avec Pop 2 un nouvel opus qui électrise les quinquagénaires autant qu’il met les bus scolaires à sac. Du premier titre Backseat (en duo avec Carly Rae Jepsen) à Porsche, qu’elle partage avec l’extravagante MØ, chacun y trouvera l’hymne idéal pour une arrivée en soirée au ralenti, lunettes de soleil au bout du nez. Fascinée par la musique yéyé des années 60, Charli XCX n’en a conservé que l’esprit. Amatrice de French touch et sorte de Kate Bush dopée à la caféine, elle renoue, dans Pop 2, avec l’ADN des Spice Girls et de Britney Spears qui ont bercé son enfance. Charli XCX refuse d’être un modèle pour quiconque et assure l’équilibre entre héroïne fatale et jeune fêtarde : “Je ne crois pas qu’être sexy fasse de moi une marionnette ou me réduise à une femme-objet”, nous confiait-t-elle. “Je n’ai jamais fait de la musique pour devenir un modèle pour la jeunesse. C’est parfois un rôle que certains tentent de m’assigner… alors que je n’ai rien demandé.” Telle une pop star étincelante qui écumerait les raves en débardeur le week-end, la chanteuse de 25 ans est bien loin de la witch house de ses débuts, ces sonorités électroniques au souffle occulte et sombre du début des années 2000.

 

Abreuvée par le retour des synthé eighties et la renaissance de l’eurodance, soutenue par des chœurs robotiques, la brunette nous laisse découvrir une voix altérée par la technologie, parfaitement à l’aise en hôtesse de cette mixtape ultramoderne. On y retrouve de nombreux invités, les têtes d’affiche citées plus tôt, mais également le rappeur militant LGBT Mykki Blanco, la drag-queen brésilienne Pabllo Vitar ou le jeune rappeur estonien Tommy Cash. À travers cette compilation féminine sans être féministe, Charli XCX nous propose une pop expérimentale savoureusement fun qui égayera forcément cette fin d’année.

 

Pop 2 de Charli XCX (Asylum Records), déja disponible.