639

Qui est Desiigner, l’enfant du rap à l'ascension fulgurante ?

 

Tout juste âgé de 19 ans,
le rappeur Desiigner a connu en l’espace de quelques
mois une ascension fulgurante. Sous
la houlette de Kanye West, qui l’a signé sur son label G.O.O.D. Music, le jeune prodige prépare actuellement un premier album très attendu.

Desiigner photographié par Danielle Levitt.

Dans la moiteur d’un après-midi de fin d’été, Desiigner se prête au jeu d’une séance photos.
Le prodige âgé de 19 ans est le plus jeune artiste, depuis l’Anglaise Lorde, à avoir atteint la plus haute marche
des charts avec son single Panda, hit planétaire qui l’a soudain révélé à la face du monde. Depuis, ses grimaces sont déjà devenues une signature reconnue par ses
fans. Devant le studio du Lower East Side, où se déroule le shoot, une nuée de gamins du quartier attendent patiemment, espérant entrevoir le jeune rappeur et, peut-être, faire un selfie avec cette star sortie de leurs rangs. Son histoire aux allures de success story est saisissante : il y a seulement huit mois, Desiigner (Sidney Royel Selby III, de son vrai nom) était comme eux, un jeune citadin plein de rêves ayant grandi à Bedford-Stuyvesant, le quartier de Brooklyn qui a vu naître des pointures du hip-hop comme Biggie Smalls et Jay-Z. Son rêve s’est concrétisé grâce à l’intervention d’un pygmalion des temps modernes : la mégastar Kanye West, qui l’a signé sur son label G.O.O.D. Music. Avec le coaching gagnant de Kanye West, véritable expert en ciselage de sons, Desiigner
a concocté le tube de l’été, puis confirmé l’essai avec un deuxième hit, Tiimmy Turner, histoire de prouver qu’il
n’est pas l’homme d’un unique succès. Telles de bonnes fées, les producteurs parmi les plus éminents de notre époque se sont déjà penchés sur ses morceaux : Menace a concocté le son “trap” lourd et saccadé de Panda,
Mike Dean s’est consacré aux ambiances gothiques de Timmy Turner. Pour entériner une fois pour toutes son sta- tut de musicien avec lequel il faudra désormais compter, Desiigner est en train d’achever son premier album studio, intitulé The Life of Desiigner, mais il refuse de livrer le moindre commentaire à son sujet.

Tout bouge si vite pour moi, c’est dingue!”, nous confie Desiigner. À bien des égards, on pourrait en dire autant de son flow trépidant, indéchiffrable par moments et néanmoins impressionnant. Pendant notre entretien,
il passe sans transition d’un parler standard à une scansion plus proche du rap que d’une conversation courante. Clairement, le jeune homme possède un talent inné pour cette forme musicale et une oreille très sûre pour le
tempo et la structure. “J’ai fait ça toute ma vie, poursuit-il. Quand j’étais petit, mon père m’a donné un dictionnaire de rimes. Je passais mon temps à le feuilleter et à rapper à toute vitesse en enchaînant les rimes.” Et il ajoute : “C’est ça, mon talent.” Écouter ce talent à l’état brut en action, sans vernis, suffit à vous convaincre de la futilité de certaines critiques qui prétendent que son flow traînant et sa chaude voix de basse sont trop semblables à
ceux de Future et d’autres rappeurs d’Atlanta – consciem- ment ou non, chaque jeune artiste tire son inspiration d’illustres prédécesseurs.

Évoquant sa première rencontre avec Kanye West, dans une voiture garée devant l’aéroport de
Los Angeles, Desiigner explique comment ses propres ambitions se sont tout naturellement rapprochées de celles de son célèbre mentor : “[Kanye] me disait alors que nous ne sommes pas des rappeurs, mais des artistes, rapporte-t-il. Et cette description correspond à ce que j’ai toujours rêvé d’être. C’est comme ça que je me suis toujours vu.” Plus spécifiquement – et plus concrètement – Desiigner avoue qu’il rêve de jouer “devant des millions de fans” et d’enregistrer un album qui “fasse ressentir toutes les émotions possibles”. Il maîtrise déjà l’art de déclen- cher la joie et la frénésie chez ses admirateurs. Son éner- gie et son enthousiasme inépuisables sont contagieux. Même les critiques y succombent. Sa tactique vis-à-vis de ceux qui l’agressent ? “Les inonder de douceur. Si je danse et que je m’éclate à côté de toi, tu te dis : ‘Je ne peux pas haïr ce mec ! Il est là pour son plaisir, c’est tout’.” À l’écouter, nous non plus.

 

The Life Of Desiigner de Desiigner (G.O.O.D. Music), disponible début 2017.

 

Par Abby Schreiber.

Pour “La Marcheuse” , Christine & the Queens s’essaye à la tauromachie
698

Pour “La Marcheuse” , Christine & the Queens s’essaye à la tauromachie

Musique À trois jours de la sortie de son deuxième opus tant attendu, “Chris”, Christine & the Queens se défait de ses tenues SM portées dans “5 dollars” et devient une torera solitaire dans “La marcheuse”, un clip où la douceur et les métaphores règnent. À trois jours de la sortie de son deuxième opus tant attendu, “Chris”, Christine & the Queens se défait de ses tenues SM portées dans “5 dollars” et devient une torera solitaire dans “La marcheuse”, un clip où la douceur et les métaphores règnent.

Rencontre avec Róisín Murphy, pop star malgré elle
708

Rencontre avec Róisín Murphy, pop star malgré elle

Musique Icône de mode et pop star malgré elle, Róisín Murphy se singularise par son extravagance, sa pop expérimentale et une vision très glamour de l’art. À l'occasion de la sortie de ses quatre nouveaux EP, elle répond aux questions de Numéro. Icône de mode et pop star malgré elle, Róisín Murphy se singularise par son extravagance, sa pop expérimentale et une vision très glamour de l’art. À l'occasion de la sortie de ses quatre nouveaux EP, elle répond aux questions de Numéro.

Rencontre avec Jungle, la pépite disco-funk de la rentrée
876

Rencontre avec Jungle, la pépite disco-funk de la rentrée

Musique En 2014, Jungle a bombardé les stations de radio avec son funk addictif et ses clips où des danseurs hip-hop prennent possession d’un garage en survêtement Adidas. Josh Lloyd-Watson et Tom McFarland sont de retour avec un nouvel album : “For Ever” mêle leur indétrônable soul à des airs disco eighties façon Earth, Wind and Fire. En 2014, Jungle a bombardé les stations de radio avec son funk addictif et ses clips où des danseurs hip-hop prennent possession d’un garage en survêtement Adidas. Josh Lloyd-Watson et Tom McFarland sont de retour avec un nouvel album : “For Ever” mêle leur indétrônable soul à des airs disco eighties façon Earth, Wind and Fire.

MorMor, le jeune prodige qui fait de l'ombre aux pop stars
879

MorMor, le jeune prodige qui fait de l'ombre aux pop stars

Musique Nouveau virtuose de l'indie-pop, MorMor s'apprête à conquérir les charts. Surgissant de nulle part, le Torontois débarque avec “Heaven’s Only Wishful ”, un premier EP de 5 titres très convaincant qui mêle confessions et onirisme. Rencontre avec le jeune prodige. Nouveau virtuose de l'indie-pop, MorMor s'apprête à conquérir les charts. Surgissant de nulle part, le Torontois débarque avec “Heaven’s Only Wishful ”, un premier EP de 5 titres très convaincant qui mêle confessions et onirisme. Rencontre avec le jeune prodige.

Lana Del Rey, un océan agité et des papillons dans son nouveau clip “Mariners Apartment Complex”
571

Lana Del Rey, un océan agité et des papillons dans son nouveau clip “Mariners Apartment Complex”

Musique Plus d'un an après la sortie de “Lust For Life”, Lana Del Rey revient avec “Mariners Apartment Complex”, une ballade lancinante à la guitare accompagnée d'un clip vintage en noir et blanc réalisé par sa sœur.  Plus d'un an après la sortie de “Lust For Life”, Lana Del Rey revient avec “Mariners Apartment Complex”, une ballade lancinante à la guitare accompagnée d'un clip vintage en noir et blanc réalisé par sa sœur. 

Hommage à Rachid Taha, héros de la mixité musicale
587

Hommage à Rachid Taha, héros de la mixité musicale

Musique Il a réconcilié les chapelles sonores avec des tubes comme  “Ya Rayah” ou la reprise de  “Douce France” de Charles Trenet. Rachid Taha est mort d'une crise cardiaque dans son sommeil à 59 ans mais il aura réveillé la France entière avec son mélange remuant et généreux de raï, de punk et d’électro. Il a réconcilié les chapelles sonores avec des tubes comme  “Ya Rayah” ou la reprise de  “Douce France” de Charles Trenet. Rachid Taha est mort d'une crise cardiaque dans son sommeil à 59 ans mais il aura réveillé la France entière avec son mélange remuant et généreux de raï, de punk et d’électro.