23

Rencontre avec Michael Nau, héros sensible du folk américain

 

Auteur-compositeur prolifique, Michael Nau sort onze titres regroupés sur l’album “Mowing”. Un premier opus en solo dans la plus pure tradition pop folk américaine.

Photo : Whitney McGraw

Après huit ans de bons et loyaux services sous le nom Cotton Jones – groupe fondé aux côtés de sa femme Whitney McGraw, l’Américain Michael Nau a décidé d’ouvrir un nouveau chapitre de son parcours en se lançant dans une carrière solo. Enregistré entre le Maryland, Burlinghton et Nashville, son premier effort Mowing s’impose immédiatement comme un pur produit de l’Americana : pop dépouillée et enveloppante, parfois baroque (Winter Beat), et constamment évocatrice des vestiges d’une grande tradition folk.

 

Les spectres du Harvest Moon de Neil Young, de Nick Drake, mais aussi du regretté Elliott Smith planent sur ces compositions aux mélodies sublimes portées par une instrumentation minimaliste et une voix envoûtante au premier plan. “Je suis aussi très fan de JJ Cale d’ailleurs, je l’écoutais encore hier soir dans l’avion pour Paris. Pour lui, cependant, la comparaison s’arrête là : “Au fur et à mesure que la composition avançait, j’essayais surtout de me concentrer sur les musiciens qui travaillaient avec moi, sur ce qu’ils m’inspiraient. Pour moi, c’est la seule référence qui soit vraiment palpable. 

 

Car si l’album porte son nom, l’auteur-compositeur n’a pas pu se détacher de l’approche collective cultivée avec Page France, sa formation passée. “Il y a cinq ans, je me suis dit qu’il était temps que je planche sur un album solo, nous a-t-il raconté, mais j’étais trop immergé dans le travail et j’ai fini par perdre toute perspective sur mes compositions. C’est le fait de m’entourer et d’enregistrer live qui m’a redonné une capacité de jugement. 

Les spectres du Harvest Moon de Neil Young, de Nick Drake, mais aussi du regretté Elliott Smith planent sur ces compositions aux mélodies sublimes.

Le clip de Love Survive réalisé par Parallel Teeth.

Cela s’ajoute à un grand besoin de travailler de manière plus posée, pour minimiser l’angoisse qui peut parfois venir du fait de se lancer sans groupe pour amortir les chocs. Les sessions d’enregistrement se font donc de manière disparate au fil des années et des voyages, sans que l’artiste ne sache si cette matière sera utilisable ou pas au final. “Pendant toute cette période, je suis allé de ville en ville sans même être en tournée, explique-t-il. Je me suis arrangé pour gagner de l’argent en vendant du matériel, ce qui a rendu chaque configuration pour enregistrer différente. Les outils et les instruments variaient, et ça m’a réellement poussé hors de ma zone de confort pour tenter, à chaque fois, de réinventer le son. À la fin du processus uniquement, l’unité entre ces titres apparaît au musicien “comme un heureux accident”.

Je me considère davantage comme un musicien de scène que de studio.

Photo : Whitney McGraw

C’est cette approche funambule du songwriting qui a inspiré le nom de l’escapade instrumentale Mow, pour finalement donner le titre Mowing à l’album, “fauchage” en français. “Ce choix est un peu arbitraire au final, avoue-t-il, mais j’aimais le côté hésitant et instable de ce mot. Il est aussi lié au recoupement de ces morceaux épars, chacun avec son histoire et son caractère.” De ce vagabondage solitaire naît un travail parfois fourmillant aux côtés d’amis musiciens de confiance, comme Benny Yurco, qui a notamment tourné avec Bryan Adams. Enrichi par ce type d’interventions bienveillantes, l’album est presque intégralement enregistré en live. L’Américain se considère davantage comme un musicien de scène que de studio”, chose qui se vérifie en live car il préfère enregistrer tous les instruments simultanément.“Sur scène, tout est plus spontané, collaboratif. Mon esprit n’entrave pas mon plaisir avec des doutes et des remises en question perpétuelles.” Une harmonie salutaire qu’on retrouvera avec plaisir le 8 décembre sur la scène du Point Éphémère.

 

Michael Nau, Mowing (Full Time Hobby/[PIAS]), disponible.

 

 

Propos recueillis par : Marion Ottaviani

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”
374

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”

Musique Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin. Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En guise de visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans la C-Base de Berlin.

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse
468

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse

Musique Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul. Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul.

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”
826

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”

Musique Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse.  Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse. 

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible
718

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible

Musique Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible. Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible.

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence
475

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence

Musique En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”. En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”.

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?
825

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?

Musique Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.     Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.