312

Les nouveaux rois de la pop anglaise: Tom Odell

 

Seul face à son piano, le jeune prodige décline toutes les facettes du sentiment amoureux, et s’attire des comparaisons flatteuses avec les plus grandes icônes pop britanniques. Il a déjà fait pleurer 80 millions de personnes avec son “Another Love”.

Loin du profil rugueux de leurs aînés des années 60-70, Hozier, Tom Odell, James Bay, George Ezra, Benjamin Clementine et Jake Bugg incarnent un nouveau visage de la pop britannique, plus édulcoré et consensuel, qui rassemble les générations autour de sa musique aux influences folks, gospel ou country savamment diluées. Cette redoutable dream team de minets pose ici devant l’objectif du légendaire David Bailey, qui a immortalisé l’allure de Mick Jagger et consorts à la grande époque du Swinging London.

Photo David Bailey

 

Blouson en cuir et tee-shirt en coton, HILFIGER DENIM.

Another Love, Tom Odell

Depuis, il dort mieux. Depuis quoi au juste ? Le blondinet Tom Odell a retrouvé le sommeil depuis qu’il écrit des chansons, “parce que, dit-il, auparavant je n’étais pas satisfait de ne pas le faire”. C’est par ce genre de pirouettes que ce garçon avenant, qui fêtera ses 25 ans en novembre prochain, légitime sa place parmi la nouvelle vague des chanteurs adulés par les jeunes Britanniques. Son premier album, Long Way Down, sorti en 2013, s’est taillé une route confortable sur les ondes de la BBC et dans les late shows comme celui de l’incontournable météorologue du climat musical britannique, Jools Holland.

 

Sa voix puissante aux modulations impressionnantes, son piano tour à tour alerte et fougueux, ses mélodies graciles qui ébrèchent le cœur ou le font s’emballer, tout chez lui apparaît comme la parfaite conjonction entre le sentimentalisme et la volonté de résonner avec les aspirations de son époque. Tandis qu’on le compare à Elton John et à Bowie – carrément –, le poids de tels monuments, à l’ombre desquels il ne pèse pas grand-chose pour l’instant, aurait pu l’intimider. Il préfère s’en amuser : “J’ai simplement envie de prendre du plaisir. Je n’ai pas pour ambition de dominer le monde avec ma musique, ni la prétention d’arriver à la cheville de ces génies. Je voudrais juste continuer le plus longtemps possible, laisser une petite trace, que des gens puissent réécouter mes chansons dans vingt ans et se dire que ce garçon n’était pas mauvais.

 

Sa tête a su rester froide, même si la légende veut qu’avec l’argent versé par sa maison de disques lors de la signature de son contrat, il ait préféré acquérir une Mini Cooper d’époque plutôt qu’un plan épargne-logement. Cette signature, il la doit à une bonne fée, venue un soir s’échouer dans un bar sans prestige où il jouait ses chansons au piano, comme il le faisait depuis l’âge de 16 ans. La bonne fée, c’est Lily Allen, bombinette pop pas tellement plus vieille que lui, qui oriente son manager vers ce piano man éloquent qui a déjà un beau répertoire sous le capot. “Écrire des chansons n’a jamais été une souffrance pour moi, ça m’a toujours paru naturel. Le plus difficile, c’était de trouver un chemin pour les faire entendre.

 

Comme presque tous les jeunes Britanniques en âge de tenir un instrument, il a joué dans des groupes de lycée sans jamais se résoudre à leurs pénibles règles égalitaires : “Un groupe, c’est l’addition de gens qui pensent rarement la même chose mais qu’il faut passer un temps fou à accorder. Comme j’écris à la première personne, que je compose ma musique, je n’avais pas réellement besoin des autres. De toute façon, comme auditeur et comme musicien, la musique a toujours été pour moi une activité essentiellement solitaire.Tom Odell prépare actuellement son deuxième album, pour lequel, dit-il fièrement, il a pris les risques qui faisaient sans doute défaut au trop lisse Long Way Down. Il cite cette fois pour modèle Randy Newman, dont il se contentait de reprendre jusqu’ici I Think It’s Gonna Rain Today. Ambitieux.

 

Retrouvez cet article dans son intégralité dans le Numéro Homme Force automne-hiver 2015, disponible actuellement en kiosque et sur iPad.

 

 

→ Abonnez-vous au magazine Numéro

→ Abonnez-vous à l'application iPad Numéro

 

 

Par Christophe Conte

Pour “La Marcheuse” , Christine & the Queens s’essaye à la tauromachie
698

Pour “La Marcheuse” , Christine & the Queens s’essaye à la tauromachie

Musique À trois jours de la sortie de son deuxième opus tant attendu, “Chris”, Christine & the Queens se défait de ses tenues SM portées dans “5 dollars” et devient une torera solitaire dans “La marcheuse”, un clip où la douceur et les métaphores règnent. À trois jours de la sortie de son deuxième opus tant attendu, “Chris”, Christine & the Queens se défait de ses tenues SM portées dans “5 dollars” et devient une torera solitaire dans “La marcheuse”, un clip où la douceur et les métaphores règnent.

Rencontre avec Róisín Murphy, pop star malgré elle
708

Rencontre avec Róisín Murphy, pop star malgré elle

Musique Icône de mode et pop star malgré elle, Róisín Murphy se singularise par son extravagance, sa pop expérimentale et une vision très glamour de l’art. À l'occasion de la sortie de ses quatre nouveaux EP, elle répond aux questions de Numéro. Icône de mode et pop star malgré elle, Róisín Murphy se singularise par son extravagance, sa pop expérimentale et une vision très glamour de l’art. À l'occasion de la sortie de ses quatre nouveaux EP, elle répond aux questions de Numéro.

Rencontre avec Jungle, la pépite disco-funk de la rentrée
876

Rencontre avec Jungle, la pépite disco-funk de la rentrée

Musique En 2014, Jungle a bombardé les stations de radio avec son funk addictif et ses clips où des danseurs hip-hop prennent possession d’un garage en survêtement Adidas. Josh Lloyd-Watson et Tom McFarland sont de retour avec un nouvel album : “For Ever” mêle leur indétrônable soul à des airs disco eighties façon Earth, Wind and Fire. En 2014, Jungle a bombardé les stations de radio avec son funk addictif et ses clips où des danseurs hip-hop prennent possession d’un garage en survêtement Adidas. Josh Lloyd-Watson et Tom McFarland sont de retour avec un nouvel album : “For Ever” mêle leur indétrônable soul à des airs disco eighties façon Earth, Wind and Fire.

MorMor, le jeune prodige qui fait de l'ombre aux pop stars
879

MorMor, le jeune prodige qui fait de l'ombre aux pop stars

Musique Nouveau virtuose de l'indie-pop, MorMor s'apprête à conquérir les charts. Surgissant de nulle part, le Torontois débarque avec “Heaven’s Only Wishful ”, un premier EP de 5 titres très convaincant qui mêle confessions et onirisme. Rencontre avec le jeune prodige. Nouveau virtuose de l'indie-pop, MorMor s'apprête à conquérir les charts. Surgissant de nulle part, le Torontois débarque avec “Heaven’s Only Wishful ”, un premier EP de 5 titres très convaincant qui mêle confessions et onirisme. Rencontre avec le jeune prodige.

Lana Del Rey, un océan agité et des papillons dans son nouveau clip “Mariners Apartment Complex”
571

Lana Del Rey, un océan agité et des papillons dans son nouveau clip “Mariners Apartment Complex”

Musique Plus d'un an après la sortie de “Lust For Life”, Lana Del Rey revient avec “Mariners Apartment Complex”, une ballade lancinante à la guitare accompagnée d'un clip vintage en noir et blanc réalisé par sa sœur.  Plus d'un an après la sortie de “Lust For Life”, Lana Del Rey revient avec “Mariners Apartment Complex”, une ballade lancinante à la guitare accompagnée d'un clip vintage en noir et blanc réalisé par sa sœur. 

Hommage à Rachid Taha, héros de la mixité musicale
587

Hommage à Rachid Taha, héros de la mixité musicale

Musique Il a réconcilié les chapelles sonores avec des tubes comme  “Ya Rayah” ou la reprise de  “Douce France” de Charles Trenet. Rachid Taha est mort d'une crise cardiaque dans son sommeil à 59 ans mais il aura réveillé la France entière avec son mélange remuant et généreux de raï, de punk et d’électro. Il a réconcilié les chapelles sonores avec des tubes comme  “Ya Rayah” ou la reprise de  “Douce France” de Charles Trenet. Rachid Taha est mort d'une crise cardiaque dans son sommeil à 59 ans mais il aura réveillé la France entière avec son mélange remuant et généreux de raï, de punk et d’électro.