L’auteur-compositeur-interprète canadien Abel Tesfaye, plus connu sous le nom de The Weeknd, procède à un retour aux sources avec My Dear Melancholy, — virgule incluse — à l’effigie de sa trilogie de mixtapes (House of BalloonsThursday et Echoes of Silence) sorties en 2011. Partagé sur les plateformes de streaming le 30 mars dernier, l’opus offre six nouveaux titres nettement moins accessibles que ses hits classiques figurant sur son dernier album en date Starboy, couronné il y a plus d’un an du Grammy du meilleur album “urban contemporary”.

 

Produit par une légion de producteur électroniques tels que Skrillex, Gesaffelstein ou encore Guy-Manuel de Homem-Christo (moitié du groupe Daft Punk), l’EP propose une gamme de morceaux aux sonorités R&B sombres et moroses, revenant sur les maux sentimentaux du chanteur concernant ses relations avec la star de Disney Channel Selena Gomez et le top model Bella Hadid. Aussi intense qu’intime, The Weeknd se lamente d’une voix suave sur son parcours amoureux autodestructeur, comme par exemple dans la chanson d’ouverture Call Out My Name, où on l’entend chanter “I almost cut a piece of myself for your life” [J’ai presque découpé un bout de moi-même pour ta vie]. On croirait presque à un album écrit par son homologue féminin et amie Lana Del Rey.

 

My Dear Melancholy,, The Weeknd, déja disponible.