605

La révélation U.S.Girls : hédonisme disco, puissance glam-rock et électro sombre

 

Avec son album “Half Free” sorti à la rentrée 2015, Meghan Remy, alias U.S. Girls, révélait toute l’étendue de son talent. Entre hédonisme disco, puissance glam-rock et électro sombre, elle dévoile aujourd'hui sa dernière vidéo.

C’est la voix rare de Meghan Remy – comme un instrument qui n’aurait pas besoin d’être accordé parce que sa justesse proviendrait des tripes plutôt que de la technique – qui travaille le mieux à rendre singulière chacune de ses productions.

Entamer l’écoute de Half Free de U.S. Girls, c’est accepter de déferler sur une highway américaine, radio à fond, dans une symphonie allumée et brillante de rock, d’électro sombre, de dub et de disco. Une course folle à la Thelma et Louise, qui évoquera les plus beaux moments musicaux de Yoko Ono (Walking on Thin Ice), des premières heures de Blondie et des groupes punk comme Bikini Kill du mouvement féministe Riot Grrrl. Avec le nom de son projet, U.S. Girls (au pluriel), l’Américaine Meghan Remy, aujourd’hui installée à Toronto, ne pouvait mieux exprimer son ambition de revêtir les habits de toutes ces femmes, et de toutes les autres. J’admire le travail de Cindy Sherman, confie-t-elle, de passage à Paris. “Sa manière de se grimer et d’incarner avec vérité tous les types féminins dans ses photos me fascine.” La jeune femme vient d’ailleurs de se raser la tête, passant d’un look Debbie Harry eighties à celui de Sinéad O’Connor. Dans ses morceaux, Meghan Remy s’applique à raconter des histoires de filles, souvent malheureuses, parfois sordides, à la manière d’une Joyce Carol Oates, c’est-à-dire en s’intéressant à la beauté de ses personnages et en défendant leur dignité. “Je n’ai découvert le cinéma de John Cassavetes qu’au moment d’écrire l’album, ajoute-t-elle. Il m’a beaucoup influencée. Cassavetes a cette faculté de rendre universelles les histoires singulières auxquelles il s’attache, à révéler la vérité de ses personnages – bonne ou mauvaise, souvent mauvaise –, sans jugement ni misérabilisme. Je n’ai pas d’autre ambition quand j’écris mes chansons.Sororal Feelings, ballade psychotique aux accents musicaux lynchéens, raconte ainsi la vie de cette fille, qui épouse l’homme avec lequel toutes ses sœurs avaient déjà couché pour de l’argent… Une histoire inspirée du livre de Michael Ondaatje, Coming Through.

Musicalement, la même sincérité l’emporte. Meghan Remy évite l’écueil du pastiche en n’essayant jamais de reproduire le son d’une époque, mais en s’appliquant à raviver une énergie, ici rock, là disco, et surtout à en insuffler une nouvelle, dub ou électro. L’entourage de l’Américaine n’est pas pour rien dans la profusion des genres qui caractérisent son album. Sur les trois titres produits par Onakabasien, la batterie est puissante, le son se fait plus complexe. Le beat du magnifique Woman’s Work, qui conclut l’album, rappelle alors les compositions magistrales d’Austra, autre immense groupe également installé à Toronto. Mais c’est la voix rare de Meghan Remy, comme un instrument qui n’aurait pas besoin d’être accordé parce que sa justesse proviendrait des tripes plutôt que de la technique, qui travaille le mieux à rendre singulière chacune de ses productions. “Une voix d’ovni”, de son propre aveu, qui accompagne divinement les voyages auxquels elle invite. Sur le morceau Window Shades, magistral hymne disco mêlant piano et cordes et hommage assumé aux incroyables productions seventies de Giorgio Moroder, la voix sensuelle de la jeune femme inspirera des errances sexuelles et de multiples attouchements sur la banquette arrière. Puis, la nuit tombée sur la highway, sa voix sera celle d’une crooneuse – Le premier concert auquel j’ai assisté, à 4 ans, était celui de Billy Joel, nous avoue-t-elle – pour un moment de blues barré qui entraînera les corps dans une procession mystique (Red Comes in Many Shades). C’est que U.S. Girls n’en est pas à son coup d’essai, après déjà deux albums. Mais ce troisième, Half Free, signé chez l’excellent label 4D, devrait enfin la consacrer comme une artiste indépendante majeure, sachant manier avec le même talent le glamour et la crasse.

 

Half Free de U.S. Girls (4AD). Disponible le 25 septembre.

 

 

Propos recueillis par Thibaut Wychowanok

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”
374

Boys Noize rend hommage à la techno des nineties avec le rétrofuturiste “Killer”

Musique Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans C-Base de Berlin. Quelques mois après la sortie de “Strictly Raw, Vol. 2”, Boys Noize est de retour avec “Killer”, une reprise d'Adamski à la gloire de la techno des nineties et de la cyber-nation, en collaboration avec Steven A. Clark. En visuel, le producteur allemand signe une reconstitution du clip original, entièrement filmée dans C-Base de Berlin.

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse
468

Dans les coulisses du “Back to Black” d'Amy Winehouse

Musique Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul. Trois ans après le poignant “Amy” d'Asif Kapadia, un nouveau documentaire sur Amy Winehouse s'apprête à voir le jour cet automne. “Amy Winehouse – Back To Black: The Documentary” nous plonge dans les coulisses du second opus de l'artiste. Tout comme “Frank”, l’album est devenu un classique de la soul.

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”
826

Angèle dévoile ses talents de danseuse avec le clip “Jalousie”

Musique Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse.  Avec le clip “Jalousie”, Angèle dévoile un nouvel extrait de son premier album à paraître le 5 octobre prochain. La sœur du rappeur belge Roméo Elvis y dévoile ses talents de danseuse. 

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible
718

4 choses à savoir sur Lana Del Rey, la star vintage à la moue irrésistible

Musique Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible. Avec son look vintage et son chant lancinant, Lana Del Rey envoûte autant qu'elle respire. Tout juste une semaine après la sortie de son inattendu “Mariners Apartment Complex”, elle dévoile “Venice Bitch”, un morceau de 10 minutes qui clôt merveilleusement l'été, et annonce son sixième album “Norman Fucking Rockwell”. Numéro revient en quatre points sur la diva à la moue irrésistible.

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence
475

Avec “Love S.O.S.”, Justice mêle strip-tease, voyeurisme et violence

Musique En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”. En pleine promotion de “Woman Worldwide”, la version live de son album “Woman”, le duo Justice livre un clip aussi torride que violent pour son morceau “Love S.O.S.”.

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?
825

Qui est Noname, la nouvelle bombe hip-hop repérée par Chance the Rapper ?

Musique Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.     Issue de la jeune génération de Chicago en pleine ascension, à l'instar de Chance the Rapper, Noname s’est approprié la scène hip-hop depuis quelques années.