615

“Nightclubbing” au Point Ephémère : la fureur des nuits s’expose à Paris

 

Avec l’exposition collective “Nightclubbing”, au Point Ephémère jusqu’au 21 février, la galerie Alisa propose un témoignage halluciné et vibrant de la vie nocturne des 30 dernières années à Paris et à Londres.

Chill Okubo, Charlie Le Mindu, le 23 mai 2014, L’Amour à Trois, au Trabendo, Paris.

 

Les corps qui dansent, s’oublient, se mêlent… Les corps en apprentissage des adolescents, libres et pulsionnels… Quand la beauté impérieuse du chaos se mêle à l’atmosphère moite et vibrante des boîtes de nuit… “Nightclubbing” capte avec acuité ce désir de vivre avec un grand V, de faire sens avec le présent et de faire communauté, d’une jeunesse libre et insouciante. Son énergie, si puissante, est palpable sur chacun des clichés réunis pour l’occasion au Point Éphémère. L’exposition apparaît alors comme un document précieux sur une jeunesse perdue dans les remous de la vie underground, joyeuse et jouisseuse.

 

 

Nightclubbing par Alisa Gallery, jusqu’au 21 février au Point Éphémère, 200, quai de Valmy, Paris Xe.

Soirée finissage le lundi 22 février à partir de 19 heures.

Hannibal Volkoff, Spotlight Club Chez Françoise, 2011.

Holly Falconer, Club Jolene, Londres, juillet 2009.

Thomas Smith, Juliette, 2 h 39, le 6 octobre 2011, Paris.

Jean-Luc Buro, Corinne Marienneau, bassiste de Téléphone au Rose Bonbon, 1984.

Victoria Lentaigne, Untitled, 2013.

Marie Rouge, Wet for Me, Pride Edition, le 27 juin 2015, #1.

Quels sont les artistes invités à la deuxième édition du festival de photographie In Cadaqués ?
488

Quels sont les artistes invités à la deuxième édition du festival de photographie In Cadaqués ?

Photographie Lancé en 2017, le festival international de photographie In Cadaqués présente sa deuxième édition jusqu'au 30 septembre. Un rendez-vous artistique et pédagogique, accueillant une trentaine de photographes ainsi que divers événements et workshops ludiques. Lancé en 2017, le festival international de photographie In Cadaqués présente sa deuxième édition jusqu'au 30 septembre. Un rendez-vous artistique et pédagogique, accueillant une trentaine de photographes ainsi que divers événements et workshops ludiques.

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz
803

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz

Photographie Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz. Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz.

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.