859

Grotesque, décadente et sublime : la collaboration entre Gareth Pugh et Paulina Otylie Surys se dévoile à la NUE galerie

 

Pour célébrer l’ouverture de son nouvel espace dans le X e arrondissement, la NUE galerie invite la photographe Paulina Otylie Surys à exposer une vingtaine de tirages inédits, habillés par la collection privée du créateur Gareth Pugh.

Par Clara Bianca

La NUE galerie inaugure son nouvel espace parisien avec les clichés exaltés de Paulina Otylie Surys, artiste à l'esthétique provocatrice.

 

Une vingtaine de tirages argentiques — dont certains reconstruits en 3D — qui évoquent l'ère victorienne (si la reine Victoria avait été une punk fétichiste) y sont exposés. Ancienne peintre classique, la photographe polonaise retravaille les négatifs à l'encre et à la teinture, réalisant ainsi des compositions gothiques au caractère dramatique.

 

Également amatrice des arts textiles, Surys a eu accès, dans le cadre de l'exposition, à l’ensemble de la collection privée du styliste Gareth Pugh. Résolument avant-gardiste, l'univers sombre et terriblement moderne du designer exacerbe les photographies en leur octroyant une qualité surréaliste.

 

Énigmatique, grotesque, surnaturel, luxurieux, décadent, sensuel... Sublime.

 

 

England Fallen. Working with Gareth Pugh,                      

Paulina Otylie Surys à la NUE galerie

35 rue Lucien Sampaix, Paris X,

du 7 avril au 8 mai 2016.  

 

Paulina Otylie Surys, exposition England Fallen. Working with Gareth Pugh

Courtesy NUE galerie.

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz
803

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz

Photographie Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz. Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz.

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.