21 Mars

Erwin Blumenfeld, génie de la photographie de mode à la Cité de la Mode et du Design

 

La Cité de la Mode et du Design met à l’honneur les clichés d’Erwin Blumenfeld, le photographe de mode qui a bouleversé l’Amérique des années 40.

Par La rédaction

  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld
    1/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld
    2/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld - Variante de la photographie parue dans Vogue US, Mai 1946
    3/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld
    4/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld
    5/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld - Danseuse du Ballet Saddler Wells, 1952
    6/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld
    7/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld - Corset Lily of France, organdi de Dior, bas modeltex, sandales Valley Modèle : Ruth Knowles Devant un paravent de photographies de Blumenfeld. Variante de la photographie parue dans Vogue US 15 Février 1953
    8/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld
    9/10
  • ©The Estate of Erwin Blumenfeld - Marua Motherwell, 1942
    10/10
1/10
  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

  • Issue de plus de six cents archives, l’exposition “Studio Blumenfeld New York, 1941-1960” revient sur les œuvres majeures du photographe allemand Erwin Blumenfeld. Photographe officiel des grandes revues de mode de l’époque, Erwin Blumenfeld n’a cessé d’expérimenter la couleur à travers des jeux de lumière, des visions kaleidoscopiques et l’utilisation de coloris inédits dans son studio new-yorkais. Des expérimentations qu’il menait également dans le domaine de la publicité, pour des marques comme Elizabeth Arden. Sur plus de 200 clichés exposés, 30 sont d'ailleurs inédits et dévoilés pour la première fois au grand public : des photographies au graphisme affirmé et aux couleurs exaltées, qui sont devenues de grandes sources d'inspirations pour les plus grands photographes de ce milieu comme Mario Testino et Guy Bourdin. 

     

    L'exposition “STUDIO BLUMENFELD NEW YORK 1941-1960”, du 3 mars au 4 juin 2017 à la Cité de la Mode et du Design.

     

    À VOIR AUSSI : “Disobedient Bodies”, l’exposition démesurée de J. W. Anderson

    SÉLECTION DE LA RÉDACTION : La jeunesse de l’Est s’expose sans tabou

NuméroNews