444

Planche(s) contact 2016 : le festival de la photographie de Deauville

 

Depuis six ans, Deauville célèbre la photographie à l'occasion d'un festival unique en France, Planche(s) contact.

Peter Knapp

 

Voilà maintenant six ans que la ville de Deauville accueille son festival international de la photographie, évènement unique en France. A travers un parcours ludique, Planche(s) contact donne l'opportunité à des photographes de renom ou émergents ainsi qu'à des étudiants de sublimer cette ville au rayonnement international. 

 

La septième édition de Planche(s) Contact présente près de quinze expositions, un concours étudiant avec un jury d'exception, ainsi que le fameux concours de la 25ème heure, permettant aux professionnels et amateurs de partager leur vision de Deauville.

 

Cette année, Planche(s) contact accueille la première rétrospective du photographe Peter Knapp dont les sublimes clichés de Deauville ont été réalisés dans les années 70 et 80. Bernard Descamps à travers ses photos en noir et blanc met en exergue les courbes des plages et la beauté des espaces déserts. Le photographe danois, Joakim Eskildsen confère à ses photos une dimension sociale et réaliste, en témoigne cette scène sur le bord de la plage d'une famille se rhabillant. Maia Flore, révélée par le prix HSBC 2015 nous montre un Deauville ornirique entre le rêve et la réalité. Lauréate du Prix de la Fondation Louis Roederer de Planche(s) Contact 2015, Anna Broujean présente une exposition fantasmée, fondée sur le fameux rayon vert, moment particulier où le soleil quitte l’horizon. Pour le festival, Paolo Verzone s’inscrit dans la technique du photodocumentaire et photographie Les travailleurs de la mer, ceux dont le quotidien est au bord de l’eau. Patrick Tourneboeuf s'est immergé dans le plus bel hôtel de la ville, le Normandy, sur lequel il apporte sa vision sensible à mi-chemin entre le documentaire et le travail de mémoire. Enfin, Laurence Leblanc nous fait partager son approche unique de la photographie, maîtresse dans l'art de capturer ce moment où le sujet fusionne avec son environnement.  

 

www.deauville.fr  ​

LE FESTIVAL EST OUVERT TOUS LES JOURS
DU 20 OCTOBRE AU 6 NOVEMBRE,
PUIS LES SAMEDIS, DIMANCHES ET JOURS FÉRIÉS JUSQU’AU 27 NOVEMBRE.

HORAIRES : 10H30 > 13H – 14H30 > 19H 

Bernard DESCAMPS

Patrick TOURNEBOEUF

Laurence LEBLANC 

 

Maia FLORE

Paolo VERZONE 

Joakim ESKILDSEN 

Joakim ESKILDSEN 

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle. 

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies
678

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies

Photographie Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante. Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante.

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes
874

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes

Photographie Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre. Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre.