920

Qui est Vendula Knopová, la gagnante barrée et géniale du Festival d’Hyères ?

 

De l’humour, de l’absurde, de l’inventivité et même de la folie… Le jury photo, présidé par William Klein, a couronné du Grand Prix du jury ce dimanche 24 avril le travail éclectique et brillant de la Tchèque Vendula Knopová.

UNE FAISEUSE D’IMAGES SMART ET ABSURDES

 

Dans l’enceinte de la villa Noailles qui accueille le Festival de mode et de photographie d’Hyères, beaucoup sont passés à côté de son travail. C’est que Vendula Knopová a pris le contre-pied de la photographie traditionnelle jusque dans son choix de présentation. Absence de cadres. Absence de tirages grands formats qui attirent l’œil. L’artiste tchèque a préféré un petit présentoir digne d’un PMU de la plage. Elle y a accroché des cartes postales, des porte-clés, des fanzines, son “Tutorial”… tous réalisés à partir de ses photographies barrées ou de clichés récupérés et réinterprétés. “Tutorial contient une sélection de photographies qui proviennent du disque dur de ma mère, explique-t-elle. Je les ai remixées avec mes instantanés d’épisodes familiaux bizarres.” En phase avec son temps, la jeune fille a totalement intégré, dans son travail, les évolutions marquantes de son époque : l’effacement de la frontière entre privé et public, la disparition de la photographie physique au profit d’une image reproductible sur tous les supports. Un profil de “faiseuse d’images DIY” plus que de photographe, qui a forcément dû séduire Jean-Paul Goude, membre du jury cette année, dont on connaît l’engagement pour cette appellation et ce type de travaux.

“AMBASSADRICE DE L’HUMOUR PLUS QU’ARTISTE”

 

Mises en scène baroques, images humoristiques, clichés pop et colorés, Vendula Knopová fait feu de tout bois, s’approprie toutes les situations de la vie : d’un mouton au regard rendu démoniaque par la lumière du flash à une table de ping-pong transformée en table de dîner. Un mix entre le magazine Toiletpaper de l’artiste Maurizio Cattelan et les œuvres du Suisse Walter Pfeiffer. La photographie me permet d’exprimer mon sens de l’humour en deux secondes, explique-t-elle simplement. Mon frère est psychiatre : il m’a dit une fois que tous les artistes sont un peu fous. Je préfère me considérer comme une ambassadrice de l’humour, plutôt que comme une artiste.”

 

Diplômée en communication des médias de l’université Tomas Bata à Zlin, Vendula Knopová est déjà lauréate du Arte Creative Award 2015. Elle vient d’être couronnée, ce dimanche, au Festival de la photographie d’Hyères par un jury constitué, entre autres, de William Klein, de Jean-Paul Goude bien sûr, mais aussi du créateur Gareth Pugh.

 

vendulaknopova.tumblr.com

 

www.villanoailles-hyeres.com

 

Par Thibaut Wychowanok

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle. 

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies
678

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies

Photographie Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante. Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante.

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes
874

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes

Photographie Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre. Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre.