350

“Bottega Veneta – Art of Collaboration”

 

Bel ouvrage paru aux éditions Rizzoli, “Bottega Veneta – Art of Collaboration” rassemble les campagnes iconiques de la maison Bottega Veneta, fruit de collaborations entre le directeur artistique Tomas Maier et des artistes triés sur le volet.

Il y a peu, Tomas Maier prenait position pour appeler à préserver l’architecture moderniste japonaise. Étonnant de la part d’un designer de mode, ce souci exprimé publiquement rappelait à ceux qui l’auraient oublié à quel point ce créateur allemand discret, qui préfère mettre en lumière son travail plutôt que sa personne, est animé par un amour sincère de l’art, de l’architecture, du cinéma et de la photographie. 

Collection : Spring Summer 2011 Campaign, Photographe: Alex Prager, Karolina Kurkova, Santiago Montero

Tout au long de sa carrière qui l’a mené de la maison Hermès à Bottega Veneta, autre splendide institution du chic intemporel, sa vaste culture personnelle dans ces disciplines a constitué la colonne vertébrale du style et des inspirations du directeur artistique. Lorsqu’il prend les rênes de Bottega Veneta en 2002, Tomas Maier imagine immédiatement de faire appel, pour les campagnes de la maison, à des artistes qui le passionnent plutôt qu’à la poignée de grands photographes de mode que s’arrachent les marques, au risque d’y perdre toute singularité visuelle. En l’espace de treize années, les collaborations de Tomas Maier avec des artistes triés sur le volet ont constitué une iconographie fascinante, dont témoigne aujourd’hui le livre “Bottega Veneta – Art of Collaboration”. 

 

 

En révélant les origines de cette passion, la préface de l’ouvrage (signée de Tim Blanks) souligne également son authenticité. Alors qu’il vit à Paris, en 1977, Tomas Maier écume les marchés aux puces et les ventes de l’hôtel Drouot pour commencer à construire une collection de photographies qui se développera par la suite via le circuit des galeries. Le regard du créateur sur l’image est personnel, instruit, éclairé par la connaissance pointue de l’œuvre de maîtres tels que Irving Penn. Ce qui l’amène à des choix d’artistes audacieux : le Sud-Africain Pieter Hugo signe par exemple la campagne de la saison printemps-été 2014. Ces images où les mannequins posent dans des décors naturels (forêt ou fleurs), sont typiques du style documentaire et distancié des portraits de Pieter Hugo, où les modèles font corps avec leur environnement au lieu de le dominer, selon les conventions classiques du portrait où la figure prime le fond. Pour la saison printemps-été 2011, Tomas Maier collabore avec l’artiste californienne Alex Prager, qui signe des images fortement inspirées des “Oiseaux” d’Hitchcock. Au fil des années, des figures cultes telles que Nan Goldin, Robert Longo, ainsi que des artistes moins connus du grand public tels que Robert Polidori ou Jack Pierson, prêtent leur œil unique aux campagnes de la maison. Et lorsque l’immense Peter Lindbergh signe des images pour la saison printemps-été 2013, il crée, bien au-delà d’un simple exercice de commande, une véritable mise en scène cinématographique nimbée de mystère et de glamour, comme il en a le secret. Dans cette collection d’images, l’empreinte de Tomas Maier est omniprésente : dans la liberté dont font preuve les artistes, se lit la qualité du dialogue qu’ils nouent avec le directeur artistique.

 

 

 

“Bottega Veneta – Art of Collaboration”, de Tomas Maier, Rizzoli New York, 2015.

 

Par Delphine Roche

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle. 

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies
678

Des Jackson Five à Aretha Franklin, un ouvrage réunit les icônes de la soul et du funk des seventies

Photographie Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante. Dans les années 70, le photographe Bruce W. Talamon immortalise l'âge d'or du funk, du R'n'B et de la soul. De Stevie Wonder à Aretha Franklin, en passant par Marvin Gaye et les Jackson Five, il multiplie les clichés, à l'affût de la prochaine étoile montante de cette époque exubérante.

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes
874

Le réel en fragments de Wolfgang Tillmans au Carré d'art de Nîmes

Photographie Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre. Après deux expositions en 2017 à la Tate Modern de Londres et à la Fondation Beyeler, le musée d’art contemporain de Nîmes célèbre à son tour le mythique photographe allemand dans une exposition jusqu’au 16 septembre.