125

“Hi-Nikki”, le nouvel ouvrage évènement de Nobuyoshi Araki publié par la Fondation Cartier

 

Le photographe culte japonais Nobuyoshi Araki publie un nouveau recueil photographique intimiste aux Éditions Fondation Cartier pour l'art contemporain.

Marion Ottaviani

Toutes images : © Nobuyoshi Araki

Courtesy Taka Ishii Gallery

 

Après son importante rétrospective au musée Guimet achevée en septembre, Araki s'illustre une nouvelle fois à Paris via la sortie d'une nouvelle bible photographique. Fruit du lien solide établi entre le photographe et la Fondation Cartier pour l'art contemporain depuis son exposition Journal Intime de 1985, Hi-Nikki est l'illustration du concept de “faux journal intime” inventé par l'auteur dans les années 80. Celui-ci avait ainsi défini son travail intimiste parfois autobiographique, consistant à capturer le quotidien avec un regard brûlant, parfois voyeuriste et nourri par l'érotisme (on connait notamment ses clichés inspiré par le Kinbaku-bi, art du bondage japonais).

 

À l'occasion de son 30ème anniversaire célébré en 2014, le musée a donc proposé à l'artiste de prendre une photo par jour la poster sur le site internet de la Fondation. Totalement emporté par l'entreprise, Araki a fini par capturer plus de 1250 images durant l'année, résultant en un vaste kaléidoscope de sa vie mêlant instantanés des jours qui passent à Tokyo, natures mortes sensibles et portraits. Un travail titanesque qui s'infiltre au plus près de la vie personnelle du photographe de 75 ans, lequel signe ici un ouvrage indispensable à la compréhension de son œuvre fleuve. 

 

Hi-Nikki (non-diary diary), 696 pages, disponible dès maintenant aux Éditions Fondation Cartier pour l'art contemporain. 

 

Retrouvez notre article sur la collaboration Supreme x Nobuyoshi Araki

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz
803

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz

Photographie Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz. Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz.

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.