232

Le Cœur accueille la lauréate du festival d'Hyères Vendula Knopová

 

3 choses à savoir sur Vendula Knopová, l’artiste tchèque lauréate du festival d’Hyères toujours aussi brillante et barrée, à l’occasion de son exposition “Źivijó” à l'espace Le Coeur à Paris.

Il lui arrive parfois d’utiliser l’application Tinder mais ce n’est pas là qu’elle a rencontré son Jules. En revanche ses profils favoris, imprimés et détournés en catalogues, font bel et bien partis de la scénographie de son agence matrimoniale fictive “Źivijó” (présentée au sein de l'espace Le Cœur), un terme qui signifie “santé” en tchèque et qui est aussi le titre d’une chanson populaire d’anniversaire.

 

Elle déteste le folklore et le kitsch des mariages de manière générale, et ceux de ses amis de République tchèque en particulier. D’après elle, l’enthousiasme collectif implicitement de rigueur lors de ces festivités est absolument aberrant. Et le pire moment serait celui ou les gens se sentent obligés de transmettre de manière exagérée un divertissement artificiel et exacerbé. “Dans les mariages tchèques, il y a toujours cette personne désignée d’office pour animer la fête. C’est toujours très embarrassant car tout le monde est ivre-mort et personne ne comprend les règles des jeux qu’elle tente de mettre en place.”

 

Le duo de photographes tchèques Jasanský et Polàk et l’américaine Sally Mann figurent parmi ses plus grandes inspirations. “Ce que j’aime le plus dans les photographies de Jasanský et Polàk, c’est cette part de leur humour qui est imperceptible et que je trouve très excitante. Il n’y a qu’avec eux que je ressens de telles choses.

 

Retrouvez notre portrait réalisé à l'occasion de son exposition à Hyères ici.

 

Vendula Knopová, ZIVIJÒ, jusqu’au 19 novembre à la galerie Le Coeur.

83 rue de Turenne, Paris IIIème

www.lecoeur-paris.com

 

 

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz
803

Découvrez les premiers clichés d’Annie Leibovitz

Photographie Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz. Les manifestations contre la guerre du Vietnam, la tournée légendaire des Stones en 1975, John Lennon... Avec "Annie Leibovitz: The Early Years, 1970–1983”, Taschen rassemble les premiers clichés de la photographe américaine Annie Leibovitz.

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe
786

Les secrets du disco libertin des années 70 révélés par le musée du sexe

Photographie Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance. Épicentre de la culture disco dans les années 70, New York brillait par le multiculturalisme sexuel et social adopté par les discothèques. Aujourd'hui exposés au musée du sexe de Manhattan, les clichés du photographe noctambule Bill Bernstein témoignent de cette période d'extravagance et d'exubérance.

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen
123

À Arles, Ann Ray nous plonge dans l'intimité d'Alexander McQueen

Photographie À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.  À l'occasion des Rencontres d'Arles, la photographe Ann Ray propose, à travers ses photographies argentiques, une plongée dans l'intimité d'un des créateurs les plus iconiques de ces vingt dernières années. Une exposition humble et émouvante qui montre Alexander McQueen sous une lumière nouvelle.