1153

Trois questions à… Johanna Senyk de Wanda Nylon, lauréate du grand prix de l’Andam 2016

 

Nous avions rencontré la créatrice du label parisien Wanda Nylon lors de son deuxième défilé, qui prolongeait la sensibilité urbaine de la collection printemps-été 2016. Les hoodies se mêlaient à des robes parfois longues, loose et faciles à porter…

1153

Numéro : Quel est l’auteur du poème que vous aviez placé sur les bancs du défilé ?

Johanna Senyk : C’est ma grande sœur qui l’a écrit à partir de punchlines que je lui ai données, qui traduisent l’attitude des femmes Wanda Nylon. Je lui ai dit, par exemple : “No pearls, no bag.” Je veux refléter une femme indépendante qui ne se réfugie ni dans les conventions bourgeoises, ni dans les sortilèges du consumérisme. J’aime également l’idée de m’adresser à une femme qui travaille, et non à une femme oisive. On me fait parfois remarquer que mon discours est celui d’une féministe, et cela ne me pose aucun problème [rires].

 

Cette collection automne-hiver 2016-2017 poursuit l’élargissement du langage de votre label qui se spécialisait initialement dans les matières plastiques et l’outwear…

Il s’agissait ici de notre deuxième défilé, qui s’inscrit effectivement dans ce projet de proposer un vestiaire complet. Je travaille toujours avec les matières plastiques, mais je développe de nouvelles pièces chaque saison, notamment, cette fois, des mailles techniques et des pièces pour le soir, avec du Lurex. Toujours dans l’idée de servir les femmes, de leur apporter des options contemporaines pour se vêtir.

 

Vous faites partie des nominés au prix LVMH, comment envisagez-vous votre participation à cette compétition ?

Je travaille chaque collection comme si c’était LA collection de ma vie. Cela ne change donc en rien mon investissement total, mais j’avoue que j’étais si heureuse lorsque j’ai appris cette nouvelle, peu de temps avant la Fashion Week parisienne, que j’ai imaginé immédiatement cinq looks que j’ai ajoutés à mon défilé. 

 

 

Retrouvez les backstages du défilé Wanda Nylon automne-hiver 2016-2017.

Wanda Nylon automne-hiver 2016-2017

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles
879

A Venise, la maison Lesage expose ses broderies exceptionnelles

Mode À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations. À Venise, l'exposition Homo Faber rend hommage aux métiers d'art à travers l'Europe. La maison de broderies Lesage y expose ses créations.

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019
823

Le défilé Michael Kors printemps-été 2019

Fashion Week Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.   Couleurs vives, imprimés floraux voire tropicaux, ceintures et colliers coquillages, Michael Kors emmène l’esprit plage sur son défilé homme et femme printemps-été 2019.  

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid
874

Les portraits de Kristin-Lee Moolman, entre extravagances queer et vestiges de l’apartheid

Photographie Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social. Dans une Afrique du Sud hétéronormative qui peine à effacer les cicatrices de l’apartheid, la photographe Kristin-Lee Moolman développe une imagerie fantasque où des modèles queer redéfinissent la notion d’identité et mettent à mal l’ordre social.