223


Order now
Numéro
28

De “The Walking Dead” à “Minari” : 5 choses à savoir sur Steven Yeun, l’acteur coréen qui a séduit Hollywood

Cinéma

À 37 ans, Steven Yeun est le premier homme d'origine asiatique a avoir été nommé dans la catégorie "Meilleur acteur" aux Oscars 2021. S'il est popularisé par son rôle héroïque dans The Walking Dead, il s'est ensuite illustré dans une myriade de projets aussi puissants qu'exigeants. Voici cinq choses à retenir sur Steven Yeun, l'acteur coréen qui a séduit Hollywood.

Yeri Han et Steven Yeun dans "Minari" (2020) de Lee Isaac Chung.

Je suis heureux de servir la communauté. Je suis un Américain d'origine asiatique et la fierté que j’en tire est immense. La 93e cérémonie des Oscars marquera l’histoire du cinéma américain. D’abord parce que Chloé Zhao a raflé trois statuettes pour son film Nomadland – dont celles du “meilleur film” et de “meilleure réalisatrice”, devenant la deuxième femme après Kathryn Bigelow a être couronnée de la sorte –, mais aussi parce que deux acteurs asiatiques ont été nommés dans la catégorie “meilleur acteur”, ce qui relève de l’inédit. Aux côtés de Riz Ahmed (Sound of Metal), Steven Yeun a figuré dans la prestigieuse liste des cinq acteurs en lice pour son rôle dans Minari (2020) de Lee Isaac Chung. Tout comme son alter ego d’origine pakistanaise, Steven Yeun est discret, sarcastique, trop poli, et semble souffrir d’un terrible syndrome de l’imposteur… S’il se décrit comme “névrosé, cynique et anxieux”, il n’en est pas moins l’un des fiers représentants d’une nouvelle génération d’acteurs hollywoodiens qui puisent dans leur vécu de fils d’immigré l’émotion nécessaire pour une interprétation dramatique juste. Né en Corée du Sud, Steven Yeun emménage dans le Michigan avec sa famille alors qu’il est enfant : un passé qui n'est pas sans rappeler l’intrigue de Minari – nommé dans six catégories aux Oscars 2021 –, un drame relatant l’arrivée d’une famille coréenne dans une ferme de l’Arkansas rurale dans lequel il incarne le père de famille. L’occasion pour Numéro de revenir sur cinq rôles qui ont marqué la carrière de l’acteur coréen qui a séduit Hollywood.

Steven Yeun dans la saison 6 de "The Walking Dead" (2016) de Robert Kirkman.

1. Il obtient un rôle dans The Walking Dead quelques mois après avoir emménagé à Los Angeles

 

Lorsque Steven Yeun décide de tenter sa chance à Hollywood, il a pour seule expérience les cours d’improvisation qu’il suivait à l’université de Kalamanzoo. Alors que sa famille lui avait suggéré de “rejoindre l’industrie du divertissement en Corée”, comme l'ont fait des milliers d’autres gyopos [les coréens ayant grandi aux États-Unis], il préfère voir les choses en grand, confie-t-il au quotidien américain The New York Times. C’est seulement cinq mois après son emménagement dans la Cité des Anges que l’acteur, alors âgé de 25 ans, obtient le rôle de Glenn Rhee dans The Walking Dead, la série apocalyptique de Robert Kirkman, alors qu’il vient de se voir refuser un rôle dans une sitcom. 

2. Il a rejoint le casting du premier film Netflix sélectionné à Cannes

 

À l’issue de la projection d’Okja au Festival de Cannes en mai 2017, la salle forme une ovation de quatre minutes. Le film de Bong Joon-ho, qui s'érige comme une critique de la surconsommation de viande, retrace l’amitié entre une petite fille et un cochon géant, alors que ce dernier est enlevé par une patronne d'industrie alimentaire glaciale (Tilda Swinton). Distribué par Netflix, le long-métrage illustre une nouvelle facette de l’acteur, qui joue le rôle de K, un anti-héros candide accompagnant Okja dans son épopée vengeresse contre la grande compagnie. Le réalisateur coréen, marqué par sa collaboration avec l’acteur, dira à propos de Steven Yeun au moment de la nomination de ce dernier aux Oscars 2021 qu’il dispose d’une “palette incroyable, et d’un grand sens du mystère.

Steven Yeun dans "Sorry to Bother You" (2018) de Boots Riley.

3. Il a joué dans Sorry to Bother You, le film du rappeur Boots Riley

 

Boots Riley est vocaliste, batteur, producteur… mais aussi militant communiste. Dans son unique long-métrage, Sorry to Bother You, il s’inspire de son propre passé pour dépeindre le quotidien difficile de Cassius (LaKeith Stanfield) et Squeeze (Steven Yeun), deux employés en télémarkerting. Dans cette comédie dramatique aux airs d’épisode de Black Mirror, les deux hommes se voient pris dans la spirale du bonheur à la mode consumériste, contraint d’accepter un travail de misère pour payer leur loyer. Si le film, noir et désabusé, a ouvert le Festival du Film de Sundance le 20 janvier 2018, il a eu du mal à être distribué internationalement.

4. Il prend les traits d’un bellâtre assez louche dans Burning

 

Fin septembre 2017, Steven Yeun s’envole pour la Corée pour le tournage de Burning, un thriller psychologique signé Lee Chang-dong, dont l’intrigue se développe autour d’un triangle amoureux réunissant Lee Jongsu, un aspirant écrivain enchaîné par son devoir de paysan, Shin Haemi, une femme du même village rural et Ben (Steven Yeun), un bel homme fortuné qu’elle a rencontré en voyage. Si, à l’image de Patrick Bateman dans American Psycho, Ben est charmant, bien élevé et terriblement riche, il porte aussi les traits d’un psychopathe cynique et calculateur. À mesure que la tension s’épaissit, Lee Jongsu découvre que Ben pourrait être impliqué dans la disparition de la jeune femme…

Steven Yeun dans Minari (2020) de Lee Isaac Chung.

5. Son rôle dans Minari est largement inspiré de son propre vécu

 

Minari (2020), réalisé par Lee Isaac Chung, dépeint les journées ensoleillées d’une famille d’émigrés coréens installés dans une ferme de l’Arkansas, souhaitant vivre le rêve américain. Une intrigue toute proche du passé de l’acteur, dont la famille emménage dans une petite ville du Michigan lorsqu’il est enfant, avant qu'il ne devienne le seul asiatique de sa classe... Dans Minari, l'acteur de 37 ans incarne un père de famille tiraillé entre le poids des traditions, l'inquiétude paternelle et l'espoir d'une vie meilleure. Lorsqu’il est interrogé par Variety à propos de l’annonce de la nomination de Steven Yeun pour les Oscars, Bong Jon-hoo répond : “Steven Yeun est un excellent acteur. Dans Minari, il livre un portrait très réaliste d’un père qui porte un lourd fardeau sur ses épaules.