Numero

Doug Aitken installe sa maison “Mirage” au sommet d’une montagne

Art

Après le désert de Palm Springs et la banque centenaire de Détroit, l’installation de l’artiste américain se pose désormais dans les montagnes enneigées de Gstaad.

Doug Aitken – sélectionné pour la Biennale du Whitney en 1997 et prix international de la Biennale de Venise en 1999 – est connu mondialement pour ses œuvres vivantes qui interagissent directement avec l’univers dans lesquels elles ont été créées. L’installation “Mirage” ne fait pas exception. Construite à l’image d’une maison type de banlieue américaine, sa surface miroitante reflète le paysage créant un effet d'optique saisissant.

 

Le spectateur, qui perd alors tout repères spatio-temporels, détourne son regard de l’environnement alentour pour se focaliser sur ce kaléidoscope hypnotique. En perpétuelle mutation, l’œuvre Land Art refletait auparavant le désert aride de Palm Spring et l’architecture d’une banque centenaire de Détroit (emplie d’installations lumineuses). Désormais, elle entre dans un nouveau dialogue avec les montagnes alpines, au fil des saisons.

 

Inaugurée le premier février dans le cadre de la troisième édition d’Elevation 1049 (un festival d’art contemporain née en 2014 à Gstaad), l’œuvre réalisée in situ sera visible pendant deux ans. Celle-ci rappelle les “Underwater Pavilions” crées il y a quelques années. Immergées à dix mètres de profondeur, ces sculptures miroitantes évoluaient au contact de l’eau et des algues. Que ce soit à travers ces œuvres sous-marines - où le plongeur pouvait flotter en observant son reflet dans les surfaces en miroirs - ou la maison mirage, véritable rêve éveillé, Doug Aitken crée des objets qui reconnectent le public dans le présent tout en lui faisant prendre conscience de sa place sur Terre.

1/5

Lire aussi

  • 31
    Art

    Kanye West offre 10 millions pour une œuvre d’art

  • L'exposition photo "Fabula” de Charles Fréger à l'Armani Silos

    Depuis près de vingt ans, Charles Fréger s’intéresse aux codes vestimentaires d’individus qui composent différentes communautés.

    Clichés des Rikishi (lutteurs de sumo), figures masquées à l’effigie des Yokai (divinités japonaises), Bigoudènes en Bretagne, équipe de water-polo en Normandie, soldats européens… À l’intersection de l’art et la recherche anthropologique, Charles Fréger immortalise des individus appartenant à des collectivités sportives, militaires, professionnelles et traditionnelles. L’habit de travail, de loisir ou le costume folklorique représente le fil rouge de son travail photographe sériel.

     

    Prise de vue frontale, lumière blanche et crue d’un flash embarqué qui met en évidence un sujet toujours centré et fait ressortir les couleurs chatoyantes et acidulées des vêtements… La photographie de Charles Fréger démontre comment l'habit – véritable moyen de communication non-verbale – trahit à lui seul un besoin viscéral d’appartenance au groupe. Après avoir exposé dans de nombreux musées et galeries à l’international, écrit de nombreux ouvrages et collaboré avec des créateurs comme le styliste Walter van Beirendonck, le photographe de Bourges est mis a l’honneur avec une immense rétrospective à l’Armani Silos, à Milan. Riche de plus de deux cent cinquante portraits, l’exposition intitulée Fabula est à découvrir jusqu’au 24 mars 2019.

     

    Exposition “Fabula” de Charles Fréger, à l’Armani Silos, jusqu’au 24 mars 2019.

  • 28
    Art & Design

    Dix choses à savoir sur le Bauhaus, l’école d’art et d’architecture qui fête son premier siècle

loading loading